«Et c’est maintenant qu’il se réveille, notre DSK multinational, pour prôner enfin la cohérence entre les politiques économiques de tous les pays ?»

Par défaut

Décidément, je trouve facilement des gens pour parler à ma place. Là, c’est un commentaire en rapport à l’article que j’ai lu sur lepoint.fr « FMI Strauss-Kahn lance un appel à la coordination la veille du G20 Finances »"Nous avons une pression politique dans la plupart des pays", souligne le directeur général du FMI Dominique Strauss-Kahn
J’avais parlé des réformes des institutions mais pour Monsieur le Marquis, tout va toujours très bien…il n’y a rien à réformer au FMI, en tout cas, j’ai toujours rien lu à ce sujet…C’est plutôt aux autres de réformer…et il ne donne que son point de vue…

Le directeur général du Fonds monétaire international Dominique Strauss-Kahn a lancé jeudi, à la veille d’une réunion du G20, un appel à la coordination entre grandes puissances économiques, les prévenant que leurs réformes financières étaient parfois "incohérentes".
[…]
Le FMI plaide pour une taxation du secteur financier
Le Fonds doit remettre aux ministres des Finances et banquiers centraux du groupe des pays riches et émergents du G20, réunis vendredi à Washington, un rapport sur la taxation du secteur financier, qu’il souhaite coordonnée. Selon une version préliminaire publiée par la BBC, il proposerait deux taxes, l’une s’appliquant à chaque institution financière sur le total de ses actifs, et pondérée en fonction des risques, et l’autre sur ses profits et rémunérations. "Ce n’est qu’un rapport d’étape, au sujet duquel nous allons écouter les ministres avant de produire la version finale", remise aux chefs d’État et de gouvernement lors d’un sommet du G20 prévu au Canada en juin, a souligné Dominique Strauss-Kahn.
Les propositions ont déjà été critiquées par le secteur. "Une véritable politique de prévention (des crises) ne passe aucunement par la taxation", a estimé la Fédération bancaire française.
[…]
"Les discussions sur cette question, de notre point de vue au FMI, il vaudrait beaucoup mieux qu’elles se tiennent au sein d’institutions multilatérales, plutôt que de manière bilatérale entre les deux grands acteurs, à savoir la Chine et les États-Unis", a insisté Dominique Strauss-Kahn, en référence aux pressions de Washington pour faire cesser l’arrimage du yuan au dollar.

Liens connexes aux réformes des institutions

FMI : la croissance mondiale frôlera les 4% en 2010 (lefigaro.fr)

Le Fonds monétaire international s’inquiète de l’explosion des dettes publiques dans les pays avancés.
Selon le Fonds monétaire international, l’économie mondiale progressera à un rythme de 3,9% en 2010, contre 3,1% précédemment estimé. L’économie de la zone euro devrait aussi se redresser plus rapidement que prévu, avec une croissance de 1%.
L’année 2010 devrait être moins morose que prévu. Le Fonds monétaire international (FMI) a revu à la hausse ses prévisions de croissance ce mardi. L’économie mondiale devrait progresser à un rythme de 3,9%, contre 3,1% prévu en octobre. Le directeur du FMI, Dominique Strauss-Kahn, avait indiqué en fin de semaine dernière à Hong-Kong que les prévisions initiales seraient dépassées. La vigueur de la reprise variera cependant selon les régions.


L’argent alternatif – Contrôler la croissance (triarticulation.org)

L’argent a une longue histoire. D’abord émis par les temples, il l’a ensuite été par les Etats. Ceux-ci ont fini par en perdre le contrôle : depuis des années le sort de leurs monnaies se décide sur le marché international. Le résultat est si catastrophique que certains ont tendance à idéaliser le passé. Personne n’envisage bien sûr de redonner à une quelconque église le contrôle d’une monnaie. Nombreux sont par contre ceux qui rêvent d’une restauration du contrôle démocratique. La véritable alternative est ailleurs : travailler à une économie assez responsable pour venir elle-même à bout de problèmes comme l’inflation et la spéculation monétaire. Une proposition serait de donner à l’argent une date d’échéance.

Et la Banque Mondiale a annoncé la couleur la première en octobre dernier (banquemondiale.org)

La Banque poursuit un programme de réformes ambitieux en vue de permettre à l’institution de gagner en efficacité tout en confortant sa légitimité auprès des pays en développement qu’elle soutient.
+ Discours –
«Le Groupe de la Banque mondiale après la crise»
+ Communiqué
La Banque mondiale change pour s’adapter aux nouveaux enjeux

«Refonder l’UNESCO, par Manuel Maria Carrilho», ambassadeur du Portugal auprès de l’Unesco (le monde.fr),
Tel est le titre de l’article sur lemonde.fr en date d’aujourd’hui.

[…] Force est de constater que malgré ses programmes innombrables et assurément méritoires, c’est loin d’être le cas. Cela traduitla trajectoire déclinante de la plus importante institution mondiale pour la culture, l’éducation, la science, la communication et les droits de l’homme.
[…] Aujourd’hui, l’Unesco se trouve à une incontournable croisée de chemins :
elle doit se revivifier en s’ouvrant aux besoins d’une époque et d’un monde qui ont considérablement changé ces derniers temps.

Quant au FMI, tout va très bien Madame la Marquise (lefigaro.fr du 23/11/09)
Ce n’est pas le Figaro qui a ainsi intitulé son article, c’est moi qui l’interprète ainsi. Et encore une fois, ce n’est que mon opinion…

[…] «Grâce à une réaction rapide et audacieuse, qui s’est opérée dans une atmosphère de coopération politique sans précédent,l’activité économique mondiale repart à la hausse» a indiqué lundi Dominique Strauss-Kahn, le patron du Fonds Monétaire International (FMI) dans un discours prononcé à Londres lors de la conférence annuelle de la confédération patronale britannique, la CBI.

About these ads

Une réponse

  1. Une amicale pensée et une intervention matinale, pour ramener les débats à l’échelle des préoccupations des Malgaches.

    (…) Il est donc à craindre que cette crise financière n’affecte l’ensemble de l’économie mondiale réelle et ne conduise au repli sur elles-mêmes de toutes les parties susceptibles de porter un intérêt particulier aux efforts fournis par les pouvoirs publics malgaches pour attirer les investisseurs potentiels étrangers à Madagascar. Le FMI lui-même – « une usine à faire des rapports » selon les propres termes de son Directeur Général Dominique Strauss-Kahn – qui est l’un des principaux bailleurs de fonds de la Grande Île et qui vit essentiellement des intérêts que lui versent les pays emprunteurs, se trouve actuellement confronté à de sérieuses difficultés consécutives à la chute de ses recettes . (…) (*)

    FAUJAS A. « Dominique Strauss-Kahn veut supprimer 15 % des emplois du FMI », le Monde du 08/12/2007.
    (*) in « Les Codes d’investissement, fer de lance du développement économique de Madagascar ? », Roger RABETAFIKA & Vola M. RAJAONARISON-RAZAFINAVALONA, Mélanges en l’honneur de Pierre BELTRAME, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 1er trimestre 2010, p. 509.