Archives du 25 octobre 2010

Informations intéressantes sur l’aide au développement

Par défaut


Je devrais me mettre uniquement au micro-blogging car j’y découvre plein de pépites d’informations intéressantes sur l’aide au développement. Malheureusement, ce ne sont pratiquement que les médias anglophones qui en parlent…Merci à @lrakoto qui, par ailleurs, dit dans son billet Développement international et le déficit “d’attention” en date du 28 septembre 2010 :
Vous trouverez sur le web une communauté dynamique et vibrante, (principalement anglophone) d’acteurs du développement qui échangent idées, expériences et critiques sur l’humanitaire et le développement en général.
Voici quelques articles à lire absolument ( ne pas hésiter à utiliser « google translate » si il le faut) sur comment faire face à la mendicité, les erreurs que l’on répète périodiquement en matière d’aide internationale, ce qu’Obama a vu juste en matière de développement, le problème de la l’utilisation de la pauvreté et de la misère pour lever des fonds ou encore «poverty porn», le rôle essentiel des femmes, le respect dû aux personnes vulnérables et les problèmes de l’implication des multinationales ou des célébrités.
Ce surplus cognitif dont Clay Shirky parle longuement doit etre considéré plus attentivement par le monde du développement.
Car la raison pour laquelle on s’est investi dans le domaine du développement est que la cause des plus vulnérables nous passionne et il devrait faire partie de notre répertoire que de partager cette passion sans verser dans le misérabilisme ou le « poverty porn ». Certes comme le titre de ce site formidable l’indique : « Les bonnes intentions ne suffisent souvent pas » […]


De cet article publié sur le NY Times, découvert grace à @kitcody Curing the Ills of America’s Top Foreign Aid Agency , j’ai retenu cette phrase “We have to be honest with ourselves about what is the goal of different programs,”
The Saturday profile By MARK LANDLER
Published: October 22, 2010
A FEW days after Rajiv Shah was sworn in as the head of the United States Agency for International Development, he stopped by to see its rapid response center, a high-tech command post for disaster relief, which on that day stood empty and still.
Twelve hours later, an earthquake devastated Haiti, and for the next two months the center became Dr. Shah’s round-the-clock home. A brainy, 37-year-old physician with little government experience, Dr. Shah suddenly found himself coordinating a desperate emergency relief effort under the gaze of President Obama
.

« What will ultimately help developing countries thrive is TRADE NOT AID »

J’ai extrait cette phrase du billet découvert grâce aux twitts de Dambiso Moyo dont j’ai déjà «parlé» sur mon blog à propos de l’aide fatale. En voici un extrait
A SHOCKING WASTE OF BILLIONS (express.co.uk)

Friday October 22, 2010 By Julie Carpenter
Samuel Bowman
Giving help in emergencies and for disaster relief, such as the tsunami and the Haitian earthquake, is a given but Bowman believes that what will ultimately help developing countries thrive is trade not aid.
“No country has ever grown rich by being given aid,” he insists. “Countries grow rich when you open markets to them. Kenya is a great example. The European Union trade barriers mean it’s difficult for Kenyan farmers to sell anything but about 20 years ago, there was a crack which allowed flowers to be sold and now the biggest industry in Kenya is the flower industry. They’re now a world leader and even sell to Amsterdam.”
He adds: “Aid is a way for us to feel good about ourselves but it doesn’t help the people who need it most.”

Tout espoir dans l’aide au développement n’est donc pas perdu…Quant à moi, je continue de rêver sur «Mon Madagascar à moi». « J’y arriverai un jour ! J’y arriverai ! »