Deborah Rhodes nous présente un appareil qui détecte trois fois plus de tumeurs au sein, et la raison pour laquelle il ne nous est pas accessible #TEDWomen #CancerSein

Par défaut


En travaillant avec une équipe de physiciens, le Dr Deborah Rhodes a développé un nouvel outil de détection des tumeurs qui est trois fois plus efficace que les mammographies traditionnelles pour les femmes avec un tissu mammaire dense. Les implications pour sauver des vies sont fantastiques. Pourquoi n’en avons-nous donc pas entendu parler ? Deborah Rhodes nous fait partager les coulisses de la création de cet outil, et la raison politique et économique qui empêche son utilisation courante.

Extrait de la Transcription en français
[…] Premièrement, connaissez votre densité. 90% des femmes ne la connaissent pas, et 95% des femmes ne savent pas que cela augmente leur risque de cancer du sein. Le Connecticut est devenu le premier et le seul état à exiger que les femmes reçoivent la notification de leur densité mammaire après une mammographie. J’étais à un congrès d’imagerie mammaire avec 60 000 personnes la semaine dernière à Chicago. J’étais médusée qu’il s’y tienne un débat enflammé pour savoir si nous devrions dire aux femmes quelle est leur densité mammaire. Évidemment, nous devrions. Si vous ne la connaissez pas, veuillez la demander à votre médecin ou lire les détails de votre compte rendu de la mammographie. Deuxièmement, si vous êtes pré-ménopausée, essayez de programmer votre mammographie dans les deux premières semaines de votre cycle menstruel, quand la densité mammaire est relativement plus faible. Troisièmement, si vous percevez un changement persistant au niveau du sein, exigez un examen complémentaire. Quatrièmement, et plus important, le débat autour de la mammographie va continuer à faire rage, mais je crois que toutes les femmes de 40 ans et plus devraient passer une mammographie par an […]
La mammographie n’est pas parfaite, mais c’est le seul test qui a fait ses preuves pour réduire la mortalité du cancer du sein. Mais cet étendard de la mortalité est l’épée même que les plus fervents partisans de la mammographie manient pour entraver l’innovation. Certaines des femmes qui développent un cancer du sein en meurent plusieurs années plus tard. Et la plupart des femmes, heureusement, survivent. Cela prend donc 10 années ou plus à n’importe quelle méthode de dépistage pour faire la preuve d’une réduction de la mortalité due au cancer du sein. La mammographie est la seule qui existe depuis suffisamment longtemps pour pouvoir le revendiquer. Il est temps pour nous d’accepter à la fois les succès extraordinaires de la mammographie et ses limites. Nous devons personnaliser le dépistage basé sur la densité.

Lire aussi
The politics of breast cancer: Q&A with Deborah Rhodes
One of the things that jumped out at the beginning of your talk is when you said, “The breast is the most political organ there is.”

In some ways, being a political organ is a good thing, because it means you have a very strong base of interest, and that can serve a good cause. There is a stronger advocacy group around breast cancer than around any other type of cancer, or in fact any other health issue period. The Susan G. Komen Foundation is a wonderful example of grassroots advocacy becoming extremely powerful in changing the course of breast cancer research, and indeed the lives of women with breast cancer.
“I couldn’t turn away”: Part 2 of our Q&A with Deborah Rhodes
In the second part of our conversation with Dr. Deborah Rhodes (read Part One), we talk about the situation in the Democratic Republic of Congo, and her partnership with the Panzi Hospital, which serves victims of sexual violence there. She tells the incredibly disturbing story that got her involved, and discusses what can be done to help American doctors contribute in a lasting way.