J’apprends à être un bon mutant en élevant mon angle de vision…

Par défaut

« L’opium du peuple dans le monde actuel n’est peut-être pas tant la religion que l’ennemi accepté… Un tel monde est à la merci, il faut le savoir, de ceux qui fournissent un semblant d’issue à l’ennui. » G. Bataille

Un monde sans ennemis ?

En bref, il est dit, dans mes trouvailles sur le Net, qu’il vaut mieux en avoir…(les bons ennemis, je veux dire). Et hier soir au Grand Journal de Canal Plus, j’ai entendu Philippe Starck dire : « Il ne faut pas combattre l’ennemi, il faut proposer autre chose. » Ce qui m’a fait penser à son intervention au TEDTalks en 2007 : « ELEVEZ VOTRE ANGLE DE VISION même pour des balais de WC » dans sa méditation sur le design.

Apprendre à vivre sans ennemi – Entretien avec Abraham Burg
4 janvier 2009 International : Israel/Palestine
Traduction par contreinfo.info de la Publication originale sur Time : Can the Jewish People Survive Without an Enemy?
Entretien avec Abraham Burg, ancien président de la Knesset […]

Les meilleurs ennemis du monde : Israéliens et Palestiniens, entre voisins
de Amar, Stéphane aux Editions Denoël , Paris – collection Impacts – Parution : mai 2008
Résumé du livre
A l’instar du conflit israélo-palestinien, des citoyens de ces deux pays réussissent à parler sans se maudire, étudient ou font de la politique ensemble. Cette enquête permet de révéler ces modèles de coexistence, qui, de la Galilée à Gaza, des collines de la Cisjordanie aux quartiers d’Haïfa, invitent à porter un regard d’espoir sur le quotidien de ces juifs et de ces musulmans d’Orient.

The Danger of A World Without Enemies
MICHAEL IGNATIEFF is Carr Visiting Professor of Human Rights at the Kennedy School of Government at Harvard University. A different version of this essay was delivered as a lecture for the Committee on Conscience at the U.S. Holocaust Memorial Museum in December.

Le libéralisme face à ses ennemis
Marcin Król – WORLDLY PHILOSOPHERS
Gens de bonne volonté, les libéraux ont de la peine à concevoir qu’ils ont des ennemis implacables. Etant eux-mêmes tolérants, ils croient que les autres le sont aussi. Mais les actes d’Osama Ben Laden sont là pour nous rappeler qu’il est des ennemis sans merci. Comment distinguer ces derniers de nos simples adversaires et comment réagir ?

Contre-Info

ContreInfo porte une attention particulière à l’actualité internationale. Une vision réduite au pré carré Franco-français n’est plus de mise aujourd’hui. Notre futur commun se dessine à Washington, Pékin, Tel-Aviv ou Téhéran, tout autant qu’à Paris ou Bruxelles. Nous ne pouvons plus penser que les événements lointains ne nous concernent guère. Dans l’environnement qui est le nôtre, l’oubli de cette dimension mondiale relèverait de l’aveuglement. La planète ne connaît de frontières ni pour les questions climatiques ou environnementales, ni pour les solidarités culturelles, ni pour les flux migratoires, ni pour le potentiel de contagion porté par les conflits régionaux. Notre avenir se déterminera ensemble, par la négociation, la juste répartition des ressources et des fruits du développement, le respect de tous pour l’environnement, et le souci partagé du maintien de la paix et de la résolution des conflits. Aussi nous ne pouvons rester indifférents aux atteintes de l’équilibre écologique, aux injustices subies par les peuples, aux foyers de tensions et aux coups de force qui sont une menace permanente pour le futur de notre maison commune.

Lecture intéressante

Le livre de Brad Blandon : L’honnêteté radicale – Comment transformer sa vie en disant la vérité.
Ce que j’ai aimé le plus dans le résumé, Brad Blanton dit : Ce livre est un antidote à la souffrance générale. J’espère qu’il va te faire chier et te blesser, mais aussi t’inspirer et lever la mainmise du mental sur ton esprit.

Celui d’A.J. Jacobs : L’Année où j’ai vécu selon la Bible [Littérature étrangère XXIe].
A.J. Jacobs teste les limites du comportement humain, les coutumes, la culture, la connaissance – et le sens de l’humour de sa femme. Il a lu dans Esquire un article sur l’honnêteté radicale de Brad Blanton et il a donc décidé de suivre le concept pour être honnête avec lui-même : « J’ai décidé de plonger la tête la première. Expérimenter moi-même la vie selon la Bible et découvrir ce qui est bon et ce qui n’est peut-être pas approprié au 21e siècle. » Le mieux, c’est de l’écouter en parler chez mon « ami » TED : A.J. Jacobs: My year of living biblically