Les cerfs-volants : l’avenir des énergies renouvelables selon Saul Griffith

Par défaut



Dans cette courte présentation, Saul Griffith dévoile l’invention sur laquelle sa nouvelle entreprise Makani Power travaille : des turbines géantes de cerfs-volants qui génèrent des quantités surprenantes d’énergies renouvelables et propres.
Translated into French (France) by Danith YONG
Reviewed by Thomas VANDENBOGAERDE

Résumé de la transcription : Le fabuleux destin du jouet favori de tous les enfants
Les cerfs volants ont plus de mille ans, les chinois les utilisaient déjà à des fins militaires.
En 1827, un homme nommé George Pocock a été le premier à utiliser les cerfs volants pour le remorquage de voiture dans une course d’attelage de chevaux à travers la campagne anglaise. Tous les inventeurs de l’époque comme Hargreaves, Langley, et même Alexander Graham Bell (inventeur du téléphone) ont utilisé le cerf volant dans la conquête de l’aviation. Ensuite, Orville et Willbur Whright ont expérimenté pour toute la première fois un vol de 12 secondes avec le Whright Flyer. Ce fut fantastique pour l’avenir de l’aviation commerciale. Malheureusement, les cerfs volants furent une nouvelle fois relégués au stade de jouets pour enfants.
C’est seulement dans les années ’70, avec la crise énergétique, qu’un homme nommé Miles Loydqui a écrit dans le «Journal of Energy » l’observation clé suivante : «une aile volante, dans une zone libre peut balayer plus de ciel et générer plus d’énergie dans un temps défini, qu’une turbine à voilure fixe»
Donc pour faire court (NDLR) : nous avons à nouveau une crise énergétique à laquelle s’ajoute une crise climatique. […] Dans les 30 à 40 prochaines années, nous devons en gros produire 10 000 milliards de watts ou plus d’une nouvelle énergie propre. Le vent est la deuxième plus importante source d’énergie renouvelable, après l’énergie solaire : 3 600 térawatts, plus qu’assez pour fournir à l’humanité 200 fois l’énergie dont elle a besoin. La plus grande de cette énergie est dans les altitudes supérieures à 100m, où nous n’avons pas encore de technologie pour l’atteindre. Nous voici donc à l’aube d’une nouvelle ère pour les cerfs-volants. Vous avez besoin d’être un robot pour faire voler cette chose durant des milliers d’heures.  Et la chose véritablement importante ici est que nous sommes en train de développer les systèmes de contrôle, comme l’ont fait les frères Wright, qui permettront un vol soutenu et de longue durée. Et cela n’abime pas un endroit comme celui-ci. Voilà ce vers quoi nous nous dirigeons. Nous sommes donc au-delà de cette étape des 12 secondes. Et nous travaillons sur des machines de l’ordre du mégawatt, qui volent à 600m et génèrent un tas d’électricité propre.

Les commentaires sont fermés.