« The G20 communiqué (the really honest version) » : Ce n’est ni du lard ni du cochon…

Par défaut


Et vous ? Qu’en pensez-vous ? Voici l’article que j’ai traduit avec l’aide de Google Translate…

DEREK DECLOET
From Saturday’s Globe and Mail
Published Friday, Nov. 12, 2010 7:26PM EST
Last updated Saturday, Nov. 13, 2010 12:09PM EST

[1] Nous, dirigeants du G20, sommes unis dans notre conviction qu’en travaillant ensemble nous pouvons assurer un avenir plus prospère pour les citoyens de tous les pays.

[2] Toutefois, platitudes vides mises de côté, s’il se présente la possibilité de faire des citoyens de notre pays plus prospères au détriment de ceux d’autre pays, 20 sur 20 d’entre nous la prendront sûrement.

[3] Dix-sept d’entre nous pensent toujours que la situation actuelle est en grande partie la faute des Américains, de toute façon.

[4] Quand nous nous sommes d’abord réunis en novembre 2008 pour parler de la récession mondiale la plus sévère à laquelle notre génération ait jamais été confrontée, nous nous sommes engagés à soutenir et stabiliser l’économie mondiale et, en même temps, à jeter les bases d’une réforme. Cela a aidé.

[5] Mais nous avons maintenant atteint le point où ces sommets globaux réalisent peu, en dehors de stimuler l’emploi temporaire dans les compagnies aériennes, les hôtels et les médias, en plus de fournir de courtes escapades vers des endroits lointains pour des centaines de parasites politiques, avec les deniers publics.

[6] Ce résultat à Séoul était prévisible. Il ya deux ans, la crainte d’une récession mondiale était bien réelle et largement connue par les pays du G20. Depuis lors, nos fortunes économiques ont rapidement divergé en même temps que nos désirs et nos impératifs politiques.

[7] Il n’est pas réaliste de s’attendre à ce que la chancelière d’Allemagne, dont l’économie a crû à un taux de 9 pour cent annualisé au deuxième trimestre, et que le président des États-Unis, dont l’économie est en rade, et que le Premier ministre du Royaume-Uni, dont la maison sera bientôt incendiée par une bande de maraudeurs d’étudiants, qu’ils trouvent un accord sur les détails de ce qu’il faut faire sur quelque chose d’aussi complexe et multiforme que l’économie mondiale.

[8] Par conséquent, nous devons recourir à des aphorismes vagues. Les risques demeurent. Nous devons rester vigilants. La prudence est essentielle.

[9] Nous promettons de renforcer le processus d’évaluation par lequel nous contrôlons et évaluons les pressions internes et externes qui affectent la durabilité du système financier global. Nous consentons à renforcer et améliorer les mécanismes et les processus par lesquels nous coopérerons sur des réformes, au nom du changement  propice à la croissance économique, en tenant compte des circonstances nationales et régionales, le cas échéant.

[10] En outre, nous sommes d’accord que toute personne qui peut comprendre ce que signifie vraiment la Section 9 est un génie bon à enfermer.

[11] Si nous étions un groupe légèrement plus petit, moins un pays particulièrement puissant dont le système politique a été récemment accablé par ce qu’on appelle le mouvement Tea Party, ce communiqué mettrait probablement en évidence certaines lacunes dans la pensée économique actuelle américaine.

[12] En particulier, un tel communiqué serait en désaccord avec les propositions des États-Unis de laisser tomber 600 milliards de dollars d’un hélicoptère et d’imposer des limites sur la taille du déficit commercial ou excédent que n’importe quel pays pourrait accumuler, afin de rééquilibrer l’économie mondiale qui est encore beaucoup trop déséquilibrée pour le confort de chacun.

[13] Bien que ce dernier puisse être noble dans son but, nous tenons à souligner qu’il est quelque peu contradictoire pour un pays d’exprimer des soucis graves concernant la taille de son déficit commercial, refuser ensuite de considérer l’augmentation des impôts, même modestement, à réduire un déficit budgétaire grave , au motif qu’une telle augmentation de la taxe laisserait ses citoyens avec moins d’argent pour acheter des choses dans les magasins Wal-Mart et qui sont fabriqués en Chine.

[14] Cependant, nous ne sommes pas le G17, donc s’il vous plaît oubliez que nous l’avons mentionné.

[15] Nous considérons avec inquiétude, et secondairement avec jubilation, la situation en Irlande et nous exhortons le gouvernement irlandais à se déplacer vers une résolution rapide de son bourbier financier insoluble. Nous notons comme une forme d’encouragement que l’Argentine est un membre du G20, donc rien n’est désespéré.

[16] Nous restons vraiment profondément inquiets quant à la nature tordue de la reprise économique. Nous notons que les déséquilibres mondiaux – tels que l’accumulation d’importants excédents en forte croissance, les pays dépendant des exportations, en particulier la Chine – ont contribué directement et de façon majeure à l’accumulation de mauvaises bulles financières dans le monde développé qui a mené à la crise financière de 2008. Nous notons aussi que ces déséquilibres n’ont pas été guéris.

[17] Cependant, nous devons reconnaître que le sommet de Séoul prouve la fausseté de l’idée que 20 hommes et femmes dans une salle peuvent, sur deux jours, négocier une solution coopérative à un problème difficile, notamment lorsque leurs principales préoccupations sont, presque sans exception, la politique intérieure.

[18] Par conséquent, pour respecter les engagements vagues que nous avons faits à Séoul, nous nous engageons à mettre en place un groupe de travail pour s’attaquer à ce problème avant le sommet du G20 en France en 2011, date à laquelle nous nous engageons solennellement à résoudre le problème au sommet du G20 en 2012, où que ce soit.

[19] Pour le côté positif, le kimchi est fabuleux.

Publicités