Archives du 22 novembre 2010

Ecouter Régis Debray : L’Invité de la rédaction de RSR (merci @Toshikoshi)

Par défaut

Je suis en train d’écouter – là, maintenant – une émission sur rsr.ch très intéressante dont @Toshikoshi m’a transmis le lien.

Les craintes d’une époque: les migrations. Toute la semaine la rédaction de la RSR s’intéresse à ce phénomène dans le contexte d’une situation économique difficile en Europe. Avec ses conséquences, notamment un repli identitaire et une montée des extrêmes droites.
Invité du Journal: Régis Debray, écrivain, médiologue, essayiste. Vient de publier « Eloge des frontières », aux éditions Gallimard.
La mondialisation caractérise notre planète. La technique et l’économie abolissent les frontières. Or, 27’000 kilomètres de frontières nouvelles ont été crées depuis 20 ans. Ce n’est pas un paradoxe, l’homme a besoin de se circonscrire, d’avoir un chez soi, l’homme n’est pas « l’ami des terrains vagues ». Plus la technologie évolue et abolit les frontières, plus l’homme a besoin de marquer son identité et sa différence. Une frontière n’est pas un mur, elle est franchissable des deux côtés, il n’y a pas de frontières entre Israël et la Palestine par exemple. Mais il faut une frontière, comme une porte. Quand il n’y a plus de porte, tous ceux qui entrent sont des intrus. La bonne frontière est comme la peau, elle permet d’entrer et de sortir. Autrement dit la frontière est le vaccin contre le mur.

Pour télécharger l’émission http://bit.ly/aD6QFU

Entendu entre autres :
La pratique des rétro-commissions est mondiale : il ne s’agit pas de source illégale, c’est la soif permanente d’argent qui est inquiétante…(affaire Karachi)

Publicités

«Les Guépards contre les Hippopotames» by George Ayittey – Lutte contre la corruption

Par défaut

Cette vidéo est un TED Talks qui date de 2007 mais elle mérite d’être viralisée car toujours d’actualité…En introduction, l’économiste Ghanéen George Ayittey remercie TED Global pour l’organisation de cette conférence qui va devenir la plus importante de ce début de 21ème siècle dit-il. «Vous croyez qu’un gouvernement africain organiserait une telle conférence ? Vous imaginez l’Union Africaine organiser une telle conférence ? Même pour cela, ils feraient appel à l’aide étrangère. J’aimerais également rendre hommage aux TED Fellows June Arunga, James Shikwati, Andrew et les autres TED Fellows. Ce sont eux que j’appelle la Génération des Guépards. Cette génération Guépard est une nouvelle sorte d’africains qui ne s’en laissent pas compter sur la corruption. Ils comprennent ce que la responsabilité et la démocratie veulent dire. Ils n’attendront pas que les gouvernements fassent quelque chose pour eux. C’est cela, la Génération Guépard. Et le salut de l’Afrique repose sur les épaules de ces guépards. Par opposition, bien sûr, nous avons la génération Hippopotame.»

Lire la suite de la transcription réalisée par Didier Chambaretaud