Un très beau texte «Honorer ceux qui cherchent un terrain d’entente» par Naazish YarKhan * (SPCG)

Par défaut

Vous l’avez sûrement remarqué, je reproduis ici régulièrement des articles de CommonGround News, et celui-ci m’émeut particulièrement. Merci à tous ceux qui contribuent à ce «Common Ground» dans le monde entier…

*Naazish Yarkhan est une rédactrice en chef/ responsable de la stratégie du contenu, journaliste à la NPR et blogueuse pour le journal d’information en ligne Huffington Post. Article écrit pour le Service de Presse de Common Ground (CGNews).

Source: Service de Presse de Common Ground (CGNews), 19 novembre 2010,www.commongroundnews.org
Reproduction autorisée.

Chicago – Le gouvernement britannique, les descendants de l’ancien président des Etats-Unis Thomas Jefferson et ceux de son esclave Sally Hemings, la Mathare Youth Sports Association à Nairobi et l’organisation multimédia Just Vision peuvent sembler, à première vue, ne rien avoir en commun. Pourtant, le 11 novembre dernier, au siège de la National Geographic Society à Washington, DC, il est apparu qu’ils avaient tous choisi de construire des passerelles entre individus et communautés séparés par des fils barbelés, l’opacité ou l’ignorance.

Search for Common Ground, l’organisation à but non lucratif qui s’est elle-même engagée dans la résolution et la prévention des conflits en s’attachant à comprendre les différences et en agissant sur les points communs, leur a rendu hommage pour avoir su montrer l’exemple.

Les lauréats David Works, Shay Banks-Young et Julia Jefferson Westerin – tous descendants de Thomas Jefferson et de son esclave Sally Hemings, ou de Thomas Jefferson et de sa femme Martha – ont reçu les honneurs pour s’efforcer de réduire l’écart existant entre l’Amérique noire et l’Amérique blanche. Ils ont commencé par promouvoir la tolérance et l’acceptation raciales au sein de leur propre famille fracturée. Toutefois, ce ne fut que lorsque les efforts de Shay Banks-Young et de Julia Jefferson Westerin, visant à promouvoir un terrain d’entente en parlant, en public, de la nécessité d’une réconciliation raciale, ont porté leurs fruits que les descendants du couple Jefferson-Hemings ont été admis comme membres du clan Jefferson-Martha.

Les divisions pour raisons raciales ne représentent qu’une fracture aux Etats-Unis. Si vous lisez plusieurs titres en ligne ou si vous écoutez des émissions de radio aux Etats-Unis, vous saurez à quel point le débat public est devenu corrosif. Jim Leach, le président du National Endowment for the Humanities, a été félicité pour avoir demandé, lors de sa tournée nationale, le rétablissement du respect mutuel et de la courtoisie dans le dialogue public.

Eboo Patel, le fondateur de Interfaith Youth Core, une institution basée à Chicago, serait le premier à se féliciter d’un tel mouvement. A 35 ans à peine, cet Américain musulman a déjà créé le mouvement interreligieux et global des jeunes qui rassemble des jeunes de différentes confessions et croyances pour un service et un dialogue de coopération autour de valeurs communes. Dans son discours de remerciement, Eboo Patel a évoqué l’histoire d’un auteur italien, Italo Calvino, qui parle de la construction d’un pont – plutôt que de murs ou d’armes – à l’aide de pierres, qui s’est révélée particulièrement saisissante.

Ronit Avni, fondatrice et directrice exécutive de Just Vision et Julia Bacha, productrice et directrice de la communication, ont été honorées pour leur dernier film documentaire Budrus qui montre la résistance non violente face à l’occupation israélienne. Selon le quotidien The Boston Globe, «ce film changera à lui tout seul la façon dont de nombreuses personnes envisagent le conflit. C’est si bien et si important.»

Le documentaire raconte une histoire passée sous silence, une histoire qui n’a jamais été relatée dans la presse traditionnelle américaine pas plus que sur la scène mondiale. Le documentaire relate les efforts pour empêcher la construction d’un mur de séparation autour du village palestinien de Budrus, en unissant les dirigeants locaux civils et politiques aux sympathisants israéliens et internationaux. Les Américains peuvent aller voir le documentaire au cinéma jusqu’à la mi-février. La reine Noor de Jordanie, qui participe activement à un certain nombre d’organisations spécialisées dans la consolidation de la paix, a remis le prix aux récipiendaires.

Devant près de 350 personnes, Search for Common Ground a également rendu hommage aux Springboks, l’Equipe d’Afrique du Sud de rugby, pour avoir encouragé l’unité dans un pays racialement divisé. Pour les non-blancs d’Afrique du Sud, les Springboks symbolisaient l’histoire de la nation avec l’apartheid. Sous la présidence de Nelson Mandela, Noirs et Blancs ont fêté les Sprinboks et la victoire de la coupe du monde de l’Afrique du Sud en 1995 comme les citoyens unis d’un même pays.

Le Mathare Youth sports Association (MYSA) à Nairobi s’est également servi du sport comme catalyseur pour le changement, traversant les frontières religieuses, politiques et tribales. MYSA a été récompensé pour son travail stimulant qui touche chaque année près de 25,000 garçons et filles issus des pires bidonvilles d’Afrique, avec un programme centré sur la communauté, y compris l’assainissement de l’environnement, les activités de prévention du sida et la formation du leadership.

Le gouvernement britannique a aussi été salué pour avoir présenté ses excuses cette année pour le rôle qu’il a joué lors du Bloody Sunday (Dimanche sanglant), un événement tragique qui a eu lieu en 1972, en Irlande du Nord, et au cours duquel treize manifestants non armés ont été tués et plusieurs blessés par l’armée britannique.

Enfin et surtout, l’entreprise industrielle Center Rock, Inc. basée en Pennsylvanie a été récompensée pour s’être engagée à fournir l’équipement novateur ayant permis de sauver les trente-trois mineurs chiliens. Sa ténacité à trouver une solution à un problème apparemment insoluble a permis à ces hommes de retrouver leurs proches – et nous a servi d’exemple à tous.

Même les lauréats ont franchi des frontières pour venir recevoir leur prix honorant leurs actions. Chacun d’eux à montré que les conflits et les divisions ne doivent pas demeurer et que quels que soient les désaccords, il y a de l’espoir.

###

Budrus : It Takes A Village To Unite The Most Divided People On Earth

Advertisements