Archives du 11 décembre 2010

Défendre les Droits de l’Homme : “Human rights is the only ideology that deserves to survive.” By The People

Par défaut

Voilà une citation que j’ai relevée sur mon blog préféré “By the People” et qui vaut le coup d’être partagée même si c’était hier la journée des Droits de l’Homme. Ma citation à moi, ce serait : «C’est tous les jours la Journée des Droits de l’Homme» parce qu’il s’agit de proposer des citations pertinentes, courtes et mémorables 😉

Needed: Pithy Quotes on Human Rights
On 7 December 2010, in By the People, by Jane Morse
What makes a great quote?
In my book, it is something that is concise and memorable.
I’ve been looking for good quotes on human rights in the lead up to
International Human Rights Dayon December 10, which commemorates the adoption by the United Nations of the Universal Declaration of Human Rights.
Most of the quotes I’ve come across, unfortunately, seem to be long and wordy.  Below are some of the better ones I’ve found.
If you can come up with your own, please submit them in the comments section below!

“Commit yourself to the noble struggle for human rights. You will make a greater person of yourself, a greater nation of your country and a finer world to live in.”
Martin Luther King, Jr., prominent leader in the African-American civil rights movement

“Human rights are inscribed in the hearts of people; they were there long before lawmakers drafted their first proclamation.”
Mary Robinson, United Nations High Commissioner for Human Rights, 1997-2002

“It has long been recognized that an essential element in protecting human rights was a widespread knowledge among the population of what their rights are and how they can be defended.”
Boutros Boutros-Ghali, Sixth UN Secretary-General, 1992-1996

“Human rights is the only ideology that deserves to survive.”
“Tolerance and human rights require each other.”
Simon Wiesenthal, Nazi death camp survivor who dedicated his life to documenting Holocaust crimes and hunting down the perpetrators.

“Where, after all, do universal human rights begin? In small places, close to home – so close and so small that they cannot be seen on any maps of the world … Such are the places where every man, woman and child seeks equal justice, equal opportunity, equal dignity without discrimination. Unless these rights have meaning there, they have little meaning anywhere.”
Eleanor Roosevelt, first chair of the U.N. Commission on Human Rights, who championed the Universal Declaration of Human Rights which was adopted by the United Nations in 1948.

Sur le site d’Amnesty France, j’ai relevé cet agenda :
du 9 au 12 décembre, Paris participe au Marathon des signatures
Sur les 5 continents, des groupes d’Amnesty convient le public à intervenir en faveur de personnes menacées ou arrêtées en raison – notamment – de leurs convictions politiques, religieuses… Des Actions efficaces : une amélioration positive dans environ 40 % des cas.

The Price of Silence (Music only version)

AmnestyUSA 166 vidéos
A music video that brings together 16 of the worlds top musicians—some of whom have fled oppressive regimes—in a rousing musical plea to guarantee human rights for all.

Le diaporama de L’OEil Public

Publicités

Défendre la diversité culturelle «Mon Hanoucca pas catholique!» by Mehra Rimer* – SPCG

Par défaut


*Mehra Rimer est traductrice pour le Service de presse de Common Ground.
Article écrit pour le Service de presse Common Ground, 10 décembre 2010, www.commongroundnews.org
Reproduction autorisée.

Genève – Cette année, je me retrouve à organiser un Hanoucca pas catholique. Qu’est-ce qu’un Hanoucca pas catholique ?

Vous allez vite le comprendre une fois que je vous aurai raconté mon histoire.

Je suis suisse, d’origine iranienne, musulmane chiite, mais élevée chez les soeurs italiennes, catholiques, dans un pensionnat en Suisse. Cela va sans dire, je maîtrise mieux le «Nôtre Père» que les prières musulmanes.

Les soeurs ne m’ont toutefois jamais influencée pour me convertir; elles m’ont même au contraire toujours encouragée à persévérer dans la connaissance et la pratique de ma religion. Chaque année, je devais faire un exposé sur l’Islam pour mes camarades de classe. On m’avait même proposé des cours particuliers pour parfaire mon éducation musulmane.

Dans ma petite enfance en Iran, on m’avait appris que l’Islam reconnaissait Moise et Jésus et que Juifs, Chrétiens et Musulmans avaient tous le même Dieu. Donc, pour moi, aller à l’église avec mes copines en Suisse n’avait rien de choquant.

Par ailleurs, je n’étais pas la seule non chrétienne parmi les élèves. Notre école était multiculturelle, avec des pensionnaires venues des quatre coins de la planète – d’Asie, d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Amérique latine. Le fait de côtoyer du matin au soir des camarades de nationalité, de race, de culture et de religions différentes, m’a beaucoup appris : notamment, la cohabitation pacifique.

Le quotidien dans un pensionnat de filles n’est pas toujours facile. Mais le fait d’être différentes posait moins de problèmes que le fait de n’être que des filles !

Je dois reconnaître que les sœurs mettaient un accent positif sur cette différence et nous encourageaient à nous intéresser à la culture des unes et des autres et, forcément, à construire des passerelles. Je me souviens qu’une amie haïtienne et moi avions créé un langage secret, mélange de persan et de créole, pour pouvoir communiquer sans être comprises des autres, en particulier des soeurs; cela nous avait beaucoup amusées et rapprochées. Aujourd’hui, Haïti a pour moi un vrai visage, celui de cette amie.

Je me rends compte à présent à quel point l’expérience de ce pensionnat a été exceptionnelle et m’aide à évoluer dans le monde d’aujourd’hui – qui plus que jamais a besoin de passerelles.

C’est peut-être grâce à ce vécu aussi, que désormais je fais partie d’une famille bariolée, qui me rappelle le melting-pot du pensionnat où j’ai grandi. Je suis mariée à un Suisse d’origine canadienne et de religion juive. J’ai trois beaux-frères dont deux sont mariés : l’un à une Grecque, orthodoxe et l’autre à une Pakistanaise, zoroastrienne.

Mon mari m’accepte telle que je suis et m’a épousée en dépit du fait que je ne veux pas me convertir. Pour mon époux, l’important c’est que je l’aide à transmettre à nos enfants sa tradition juive – autant que mon héritage persan. Mes belles-sœurs et mes beaux-frères partagent cette même philosophie.

L’architecte de cette tolérance est mon beau-père, âgé de 77 ans et veuf, qui a su ouvrir sa famille au monde. Ayant lui-même grandi dans une communauté plutôt fermée, il a tenu à ce que ses fils vivent exactement le contraire.

Comment se passent les fêtes chez nous?

Nous fêtons un peu tout dans une ambiance colorée. Avec beaucoup d’amour et de tolérance. La Pâque orthodoxe et le fameux Kokoretsi, un met à base d’agneau qu’on prépare à cette occasion, a particulièrement la cote auprès de mon mari. Ma belle sœur pakistanaise et moi-même avons en commun Norouz, le Nouvel an iranien d’origine zoroastrienne, qui célèbre le Printemps. Et enfin et surtout il y a les fêtes juives – qui se résument à quelques heures de synagogues mais surtout à des repas de famille très copieux, très bruyants et très animés par la présence d’une dizaine de frères, soeurs et cousins et cousines.

Ce qui nous amène au Hanoucca pas catholique.

Le hasard fait que pour différentes raisons, quasiment aucun membre adulte – et surtout juif – de la famille ne se trouvera à Genève pour la première bougie de cette fête merveilleuse qui débute le 1er décembre prochain et qui commémore le miracle de la fiole d’huile et la victoire des Maccabées.

Ma belle sœur grecque et moi, sommes donc les seules à Genève et voici comment une orthodoxe et une musulmane se retrouvent à cuisiner de la compote de pomme, à acheter des boules de Berlin et à se servir de mini röstis (en guise des fameuses latkes) et à célébrer Hanoucca pour les enfants !

Heureusement la plupart d’entre eux connaissent les chants et les prières mais nous espérons tout de même qu’un des frères ratera l’avion – et viendra à notre rescousse pour que notre Hanoucca soit un peu plus catholique !

###