Peut-être l’année prochaine, dit Seth Godin

Par défaut


Ceci a été traduit librement du billet de Seth Godin Maybe next year publié en décembre pour vous souhaiter une bonne et joyeuse année 2011 à ma façon.
C’est l’année du Lapin (non pas celui auquel nous pensons, les Malgaches), l’emblème de la zénitude, paraît-il, alors on peut toujours espérer, n’est-ce pas ?

L’économie sera « tablée » sur les travailleurs au noir
Votre connaissance atteindra la masse critique
Votre patron vous dira d’aller de l’avant (et consentira à en prendre la responsabilité si les choses ne sont pas au point)
Votre situation familiale sera stable
La concurrence arrêtera d’innover
Quelqu’un d’autre conduira le co-voiturage, libérant quelques heures par semaine
Il n’y aura pas de virus informatiques à traiter et
Votre voisin rendra la tondeuse.

Alors…

Vous pouvez expédier, vous pouvez lancer votre projet, vous pouvez faire l’impact que vous avez fait des projets.
Bien sûr, toutes ces choses n’arriveront pas. Pourquoi ne pas expédier de toute façon ?
[Tandis que d’autres se cachaient l’année dernière, de nouveaux produits ont été lancés, de nouveaux abonnements ont été vendus et de nouvelles sociétés ont surgi. Tandis qu’ils mettaient bas, les sites Web ont obtenu le nouveau trafic, les organisations ont grandi et les contrats ont été signés. Tandis qu’ils ont été collés, on a prêté de l’argent, des salariés d’enfer ont été embauchés et la confiance a été construite.
Surtout, l’art a été créé.
C’est bien, parce qu’il va y avoir du nouveau en 2011. Ce n’est pas trop tard, juste un peu plus tard que prévu.]

Donc voilà, me voici de retour ! Toutes mes excuses à ceux qui m’ont écrit et auxquels je n’ai pas répondu, merci à Citoyenne pour ses vœux. A mon tour de vous souhaiter plein de bonnes choses. La vie continue et pour terminer, je vous invite à aller lire le billet de scriban média (en date du 27 décembre 2010) qui parle du cri du cœur en faveur de la compassion pour le monde à venir.

LE MONDE À VENIR – Cri du cœur en faveur de la compassion

In Humanité on 27 décembre 2010 at 22:43
«Je ressens une urgence à ce propos. Si nous ne réussissons pas à mettre en place la Règle d’or globalement, de façon à traiter tous les peuples, où et quels qu’ils soient, comme s’ils étaient aussi importants que nous-mêmes, je doute que nous obtenions un monde viable à transmettre à la prochaine génération.» – Karen Armstrong

Bonne et heureuse année à vous aussi, scriban…

Les commentaires sont fermés.