Livre Madagascar aux Editions PEMF

Par défaut

tomavana#Madagascar les trésors de l’île rouge’ aux editions PEMF 2004#Photo de @photographerey texte: Hervé Giraud http://bit.ly/gRAyHx#Livre

Livre photojournalisme Madagascar
Le temps  et le mouvement, l’instant  mobile et l’éternité  immobile.
Le photographe en grand « quêteur », fixes des milliers d’instants constitutifs du temps…Perception, émotions, dans son cheminement , il extrait la quintessence de ce qui « structure » le mouvement, le sentiment, le suc, le nectar….l’émotion revisité.
Notre art est une forme de résistance face à l’inéluctable.

Au détour de délicieux désastres, de divagation en tous genre , d’égarement total, je suis tombé amoureux d’un pays, d’une île parmi les îles
MADAGASCAR Une île, entourée d’eau, enveloppée de ciel , trempée de mousson, cuite à point. Un monde à part, où richesse et luxuriance de la nature se côtoient dans des paysages aussi fascinants qu’insolites.
MADAGASCAR Une mer caressant nageoires de dauphins et dos de baleines, s’accrochant à la côte avec une langueur souvent excessives.
MADAGASCAR Un ciel. Parfois chargé de cyclones, empli d’une colère bonasse prête à se déverser par trombe ; parfois gonflé de chaleur, complice du soleil pour faire de la Terre un four.
MADAGASCAR. Des hommes. Les mêmes, à la couleur de peau près, quelquefois tricheurs, menteurs, possédés, mais souvent bons. Très souvent même.
MADAGASCAR. Une île aux sept baobabs, aux papillons géants. Une terre d’asile des lémuriens et des caméléons. Un univers au vert éblouissant sous le soleil, où les orchidées étalent leur beauté comme les palétuviers leurs longues racines échasses.
MADAGASCAR. Une île, une seule : l’île rouge posée sur la palette bleue de cet océan que les marins appellent par son diminutif, l’Indien. Ile de toutes les tentations et de toutes les misères. Jeune, belle, chaude et luxuriante, poussiéreuse et charnelle à la fois, rouge comme la poussière de latérite qui colore ses pistes.
Pas question de voyager sans dire un petit bonjour à tous les Robinsons qu’elle héberge, serrer quelques mains, tendre le pouce sur quelques routes, ralentir son pouls.

Les commentaires sont fermés.