«Tout… Rien…Quelque chose» (#Africultures)

Par défaut


Cette phrase est extraite d’un des articles lus sur Africultures pour vous proposer ci-dessous leurs liens que j’ai twittés. Ces liens résumeraient, si je puis dire, l’évolution des pays africains qui ont été d’anciennes colonies françaises[i]. La preuve en est de ce qui se passe en Tunisie. J’dis ça, j’dis rien…

Fin de la post-colonie : « La jeunesse tunisienne est peut-être en train de remettre toutes les pendules à l’heure » http://t.co/pvdkIBC

« Un jour, le peuple en a marre, va périr un jour, peut périr dès maintenant. Ça ne fait rien! » http://t.co/K4JqQJa | fin des #dictatures

« Pauvre #Afrique, hier, on lui imposait ses #dictateurs, aujourd’hui, on lui choisit ses « démocrates » #africultures http://bit.ly/dIduTJ »

#Africultures La #democratie ne se résume pas à une #election http://t.co/BmL2dSP #processus #projet #societe #satisfaction #besoins#grandnombre

#Africultures – Acte 1 de l’émission « Afrique(s), une autre histoire du XXe siècle » http://t.co/re5u9lB via @AddThis #Afrique #Documentaires

#Africultures – Murmure – Une recherche sur les #motivations des #migrantsafricains en #Europe http://t.co/hfiMlVc via @AddThis

#Africultures – Entretien – « L’humour est une arme de réhabilitation massive » http://t.co/MzQO5ig via @AddThis

« Lettre à une génération damnée » http://t.co/Cv8am6i #dejavu | A lire absolument!!!
De Toussaint Kafarhire Murhula Jean Zenga
À travers son nouveau recueil de poèmes Lettre à une génération damnée, Toussaint Kafarhire Murhula propose une plongée au vitriol de la réalité congolaise. Ce recueil résonne du vécu de tout un peuple. Il étale des flots de vies humaines et des espoirs perdus.
Le poète a choisi de s’exprimer dans un langage simple, allant au-delà d’une littérature éthérée, comme on le remarque parfois dans les productions intellectuelles chez certains auteurs africains. Ces poèmes traduisent un engagement sans complaisance ; ils mettent en exergue ce qui ne se dit pas souvent…


[i] Les colonies françaises
«Un patchwork de crimes et de bonnes intentions»
Aimé Césaire