Le Monde de Chris(e) – édité ce 24 novembre

Par défaut

Mis à jour ce 24 novembre 2011 – 19h00

visiblement le blog Tendances France vers lequel j’ai renvoyé deux liens à propos d’Anthropocène et de Hubert Védrine n’existe plus ???

alors le titre de ce billet qui était initialement #Mondialisation : le Monde de Chris(e), Anthropocène, Hubert Védrine devient Le Monde de Chris(e)

Le monde de Chris(e)

L’autre vendredi, je suis allée voir le one man show de Chris intitulé «Le Monde de Chris(e)». Et je peux vous dire que j’ai passé un très bon moment !
Je suis passée du rire jaune et/ou rire grinçant au rire de bon cœur !
Tout le monde en prend pour son grade…Je n’en dis pas plus pour vous pousser à aller voir «Le nouveau Géant du rire…(ou pas)» car il le mérite !!! Non, I don’t need a dollar…

Au Théâtre Montmartre-Galabru
depuis le 6 janvier jusqu’au 30 avril 2011 à 20h

4 rue de l’Armée de l’Orient 75018 PARIS M° Blanche

Voici le coupable pris en photo avant le début du show. Eh oui ! Chris a accédé de bonne grâce à ma si gentille demande  ;-)

Par ailleurs, j’ai effectué des recherches sur le mot Anthropocène que j’ai découvert grâce à @AnnieZdN et voici ce que j’ai trouvé. Bon, je vous accorde que le mot ne réfère pas tout à fait à la mondialisation  mais bon, par extrapolation…J’dis ça, j’dis rien !
Lu sur Tendances France ou les réflexions d’un honnête homme sur le monde comme il va

Anthropocène

[…] Alors oui, si anthropocène signifie également que nous sommes dans une ère où l’homme par ses connaissances et ses actions peut influer de manière significativement favorable sur ce qui constitue son monde (c’est à dire lui et ce qui l’entoure), j’adhère au concept.
Mais peut être faudrait il que plus de leaders de notre monde actuel se conforment à l’idée fondatrice des Lumières, à savoir le Progrès, pour que ce sens là soit plus évident ?

Et sur le même blog, je découvre également un extrait du texte «La bonne combinaison» de H. Védrine pour l’émission Thalassa qui présente la mondialisation à travers le tour du monde d’un porte-conteneurs

Hubert Védrine sur la Mondialisation

La bonne solution réside à l’évidence dans une combinaison de politiques, consistant à la fois à profiter de la mondialisation ; se réformer et s’adapter pour en profiter mieux ; s’en protéger dans les secteurs où c’est nécessaire ; enfin à essayer d’imposer de meilleures règles avec les autres pays d’accord pour «réguler» les excès de la mondialisation. Aux politiques de trouver ensuite la bonne combinaison à la fois convaincante et efficace entre ces diverses attitudes aussi bien au niveau national qu’européen. Tout cela dans le contexte d’une conversion écologique de nos systèmes de production, de transports et de mode de vie qui va nous mobiliser pendant vingt à trente ans et donner naissance à «une croissance écologique», ce dont tout tour du monde (maritime) rappelle l’urgence et la criante nécessité.