Elizabeth Lesser: « l’illusion d’optique de la conscience quotidienne »#TED Women

Par défaut

Transcription complète traduite en français

Il peut vous sembler que dans cette pièce se tiennent 600 personnes, mais en réalité il y en a beaucoup plus, parce qu’en chacun de nous il y a une multitude de personnalités. J’ai deux personnalités principales, qui ont été en conflit et ont conversé en moi, depuis que je suis une petite fille. Je les appelle  » la mystique  » et  » la guerrière « . Je suis née dans une famille de militants intellectuels athées. Il y avait ce raisonnement dans ma famille, qui disait quelque chose comme : si tu es intelligente, alors par conséquent tu ne sera pas attirée par la spiritualité. J’étais le mouton noir de la famille. J’étais cette gamine bizarre qui voulait avoir des discussions profondes à propos des mondes qui existent peut-être au delà de celui que nous percevons par nos sens. Je voulais savoir si ce que nous, les êtres humains, voyons et entendons et pensons était une image complète et exacte de la réalité. Ainsi, à la recherche de réponses, je suis allée à la messe, j’ai suivi mes voisins. J’ai lu Sartre et Socrate. Et puis quelque chose de merveilleux est arrivé quand j’étais au lycée : des gourous venus de l’Orient ont commencé à venir s’échouer sur les rives de l’Amérique. Et je me suis dit :  » J’en veux un pour moi. « 

Et depuis ce moment là, j’ai marché sur la voie de la spiritualité, essayant de regarder au delà de ce qu’Albert Einstein appelait :  » l’illusion d’optique de la conscience quotidienne « . Mais que voulait-t-il dire par là ? Je vais vous montrer. Prenez une grande bouffée, maintenant, de l’air pur de cette pièce. Et maintenant, vous voyez cette étrange chose sous-marine, qui ressemble à un fonds corallien ? C’est en réalité une trachée-artère. Et ces globules colorés sont des microbesidentiques à ceux qui pullulent dans cette pièce,en ce moment même, tout autour de nous. Si nous ne voyons même pas cette simple biologie,imaginez ce que nous manquons en ce momentau plus petit niveau subatomique comme aux plus grands niveaux cosmiques. Mes années de spiritualité m’ont fait remettre en question presque toutes mes théories. Elles ont fait de moi une fière Madame-je-ne-sais-pas tout.

Mais quand ma part spirituelle ne cesse de jacasser ainsi, la guerrière lève les yeux au ciel.Elle se préoccupe de ce qui se passe dans le monde en ce moment. Elle se fait des soucis. Elle dit :  » Excuse-moi, je suis très énervée, et je suis au courant de certaines choses, et nous ferions mieux de nous en occuper immédiatement. Toute ma vie j’ai été une guerrière, en travaillant pour la cause des femmes, en m’engageant dans des campagnes politiques, en militant pour l’environnement. Et c’est quelque chose à vous rendre fou, que d’héberger à la fois la mystique et la guerrière dans un seul corps. J’ai toujours été attirée par ces rares personnes qui y arrivent, qui consacrent leur vie à l’humanité avec le cran du guerrier et la grâce du mystique – des gens comme Martin Luther King Jr. qui a écrit :  » Je ne pourrais jamais être ce que je devrais être, tant que tu ne seras pas ce que tu devrais être. Cela », écrivit-il, » est la structure interdépendante de la réalité. » Et puis Mère Thérésa, une autre guerrière mystique, qui a dit : « Le problème avec le monde,c’est que nous définissons notre cercle familial de façon trop étroite. » Et Nelson Mandela, qui vit selon le principe africain de l’ubuntu, qui signifie  » J’ai besoin de toi pour être ce que je suis, et tu as besoin de moi pour être ce que tu es. » Alors nous adorons tous énumérer ces trois guerriers mystiques comme s’ils étaient nés avec le chromosome de la sainteté. Mais en réalité nous avons tous la même capacité qu’eux, et nous devons maintenant poursuivre leur travail.

Je suis profondément perturbée par la façon dont toutes nos cultures diabolisent l’Autre par la place que nous accordons à ceux qui, parmi nous, sèment le plus la discorde. Écoutez les titres de quelques best-sellers issus des deux côtés de la démarcation politique, ici aux USA. « Le Libéralisme est une Maladie Mentale », « Rush Limbaugh est un gros crétin », « Les Abrutis et les Patriotes », « Discuter avec des Idiots ». Ils sont supposés être au second degré, mais en réalité ils sont dangereux. Voici maintenant un titre qui va vous paraître familier, mais dont l’auteur pourrait vous surprendre : « Quatre ans et demi de Luttecontre les Mensonges, la Stupidité, et la Couardise ». Qui a écrit cela ? C’était le premier titre du livre d’Adolf Hitler, « Mein Kampf » – « Mon Combat » – le livre qui a lancé le parti Nazi. Les pires moments de l’histoire de l’humanité, que ce soit au Cambodge, en Allemagne, ou au Rwanda,démarrent ainsi, par de l’ostracisme. Et puis ils se métamorphosent en extrémisme violent.

C’est pourquoi je lance une nouvelle initiative. Elle est destinée à nous aider tous, y compris moi-même, à contrer la tendance à l’ostracisme. Je sais bien que nous sommes tous très occupés,mais ne vous inquiétez pas, vous pouvez le faire pendant votre pause déjeuner. J’appelle mon initiative : « Invitez l’Autre à déjeuner ». Si vous êtes un Républicain, vous pouvez inviter un Démocrate à déjeuner, ou, si vous êtes un Démocrate,pensez à inviter un Républicain à déjeuner.Cependant, si l’idée d’inviter l’une de ces personnes à déjeuner vous fais perdre l’appétit, je suggère que vous commenciez par plus proche,parce qu’il ne manque pas d’Autres rien que dans votre propre voisinage. Peut-être cette personnequi prie à la mosquée, ou à l’église, ou à la synagogue, au bout de la rue ; ou l’un de vos opposants sur la question de l’avortement ; ou encore votre beau-frère qui ne croit pas au réchauffement climatique – n’importe qui dont le style de vie vous effraie, ou dont les points de vuevous font grincer des dents.

Il y a deux semaines, j’ai invité à déjeuner une femme du mouvement conservateur Tea Party. En théorie, elle avait réussi le test du grincement de dents. C’est une activiste de droite, et je suis une activiste de gauche. Nous avons appliqué quelques principes afin de garder un bon niveau de conversation, et vous pouvez vous en servir vous aussi, parce que je sais que vous allez tousinviter un Autre à déjeuner. Tout d’abord, décidez d’un objectif : découvrir un membre d’un groupeque vous auriez pu stéréotyper de manière négative. Puis, avant de vous rencontrer, convenez de quelques règles de base. Ma convive du Tea Party et moi-même avons trouvé celles-ci :N’essaye pas de convaincre, de défendre, ou d’interrompre. Sois curieuse, sois disposée à la conversation, sois authentique. Et écoute.

A partir de là, nous nous sommes lancées. Et nous avons utilisé ces questions : Partagez avec moi quelques unes de vos expériences. Quels sont les sujets qui vous concernent profondément ? Et quelle question avez-vous toujours voulu poser à quelqu’un de l’autre bord ? Ma partenaire de déjeuner et moi-même, sommes reparties en ayant fait quelques découvertes vraiment importantes, et je vais vous faire partager l’une d’entre elles. Je pense qu’elle concerne tous les problèmes de relations entre les gens, quelque soit l’endroit. Je lui ai demandé pourquoi son camp affirmait des choses si outrancières et mensongères sur mon camp. « Comme quoi ? », a-t-elle voulu savoir.  » Que nous sommes une banded’élitistes, moralement corrompus, et soutien des terroristes.  » Eh bien, elle a été choquée. Elle pensait que mon camp tapait à bras raccourcis sur son camp bien plus souvent, que nous les décrivions comme des racistes sans cervelle et armés de fusils. Et nous nous sommes toutes deux étonnées de ces étiquettes qui ne convenaient à aucune des personnes que nous connaissions vraiment. Et comme nous avions établi une relation de confiance, nous étions chacune persuadée que l’autre était sincère.

Nous nous sommes mises d’accord pour intervenir dans notre entourage lorsque nous serions témoin de ce genre de paroles ostracisantes qui peut blesser et s’envenimer jusqu’à la paranoïa, et être alors utilisée par ceux qui sont en marge pour inciter à la violence. A la fin de notre repas, chacune a reconnu l’ouverture d’esprit de l’autre. Aucune de nous n’avait essayé de changer l’autre. Mais nous n’avions pas non plus fait comme si nos divergences d’opinion allaient juste s’estomper après un déjeuner. Au lieu de cela, nous avions fait un premier pas ensemble, par delà nos réactions réflexes, vers l’ubuntu, qui est la seule direction où des solutions à nos plus problèmes les plus insolubles en apparence seront trouvées.

Qui donc devriez-vous inviter à déjeuner ? La prochaine fois que vous vous surprendrez à ostraciser, ce sera votre signal. Et que risque-t-il se passer à votre déjeuner ? Est-ce que les cieux vont s’ouvrir, et « We Are the World » retentir dans la sono du restaurant ? Probablement que non.Parce que le chemin vers l’ubuntu est long, et il est difficile. Ce sont deux personnes qui cessent de prétendre tout savoir. Ce sont deux personnes,deux guerriers, qui déposent les armes et font un pas l’un vers l’autre. Voici comment le grand poète perse Rumi l’a exprimé : « Au delà des notions de bien-faire et de mal-faire, il y a un champ. Je te retrouverai là. »

(Applaudissements)