L’excellence par le jeu dans l’éducation #ManuelHerrero

Par défaut

Manuel Herrero est l’un des Nouveaux Explorateurs et aime explorer les jeux du monde entier (ou presque…). C’est lui le réalisateur du documentaire «A quoi tu joues ?» sur Canal Plus. Celui qui est actuellement en rediffusion relate les découvertes par Manuel Herrero des jeux qui se pratiquent dans les iles Britanniques, tels que le wall ou encore les sports gaéliques. Le wall se joue à Eton (Londres), l’une des universités prestigieuses du Royaume Uni. Manuel Herrero dit qu’à défaut d’avoir une unité sociale, TOUS les étudiants obtiennent l’excellence à travers ce jeu.

En faisant des recherches comme à mon habitude, je découvre que Manuel Herrero est le fils de Daniel Herrero, figure emblématique du rugby français. Il participe à l écriture de deux ouvrages initiés par son père, Daniel Herrero, « Partir, éloge de la bougeotte » et « L’Esprit du jeu, l’âme des peuples ».

L’esprit du jeu – L’âme des peuples
Présentation du livre lue sur le site de decitre.fr
Daniel Herrero
Broché – Paru le : 13/04/2007
Editeur : Table Ronde (La) Collection : Les classiques du rugby
ISBN : 978-2-7103-2962-6 EAN : 9782710329626
Nb. de pages : 260 pages Poids : 245 g Dimensions : 13cm x 19cm x 1,7cm
Résumé
Ingrédient pédagogique essentiel de la gentry victorienne à ses débuts, le rugby est encore le piment de singularités culturelles.
Il possède ses géographies secrètes, son légendaire, ses liturgies, son langage. On ne joue pas, on ne chante pas à Bayonne comme à Brive, à Wellington ou à Cardiff. A travers le récit de son existence baladeuse et frondeuse, Daniel Herrero, ancien joueur de haut niveau, puis entraîneur prestigieux de Toulon, nous propose rien de moins qu’une vision du monde. Le ballon ovale est l’alibi d’un envol de l’âme au-dessus des images du quotidien.
Ce livre savoureux et tendre est un grand voyage initiatique.

Partir, Éloge de la bougeotte
Présentation lue sur le site routard.com
Daniel Herrero
Éditions de la Table Ronde (224 pages)
Avec sa crinière hirsute et son incontournable bandeau rouge, on a peine à l’imaginer partant dans le désert pour se mêler aux Touaregs. Mais chez Daniel Herrero, le voyage est devenu chronique, pour autant qu’on puisse apposer un adjectif pathologique à son avidité d’horizons nouveaux. Comme il l’explique joliment dans ce livre-témoignage, ses voyages tiennent plutôt du curatif, de l’initiation aussi. Partir pour se trouver, se retrouver… C’est sur les routes que l’ancien rugbyman, imperméable aux exposés scolaires, s’est forgé sa propre culture, nourrie de ses expériences, des récits d’écrivains-voyageurs, des poésies d’Omar Khayyam, des figures inspiratrices de Che Guevara ou de Geronimo. Depuis plus de trente ans qu’il parcourt les sentiers (détournés, autant que possible) de la planète, le voyage est devenu une véritable dépendance ! Ce livre est aussi l’occasion de partager quelques-unes de ses anecdotes de routard. La forêt amazonienne et ses frémissements nocturnes qui valent quelques sueurs froides à l’aventurier débutant. Le partage des rites ancestraux des Apaches. La découverte du narguilé dans un boui-boui perdu au milieu des ruelles de Gizeh. Le discours de Mandela dans un stade bondé de la Jamaïque. Les Marquises, le Yémen, Madagascar, la Roumanie… Au fil du récit se dessine une véritable philosophie de la vie, celle d’un routard incurable. Voilà qui n’est pas pour nous déplaire ! Une belle leçon de savoir-vivre, en somme.

Lire également dans notre rubrique  » L’invité « , l’interview de Daniel Herrero.


Les commentaires sont fermés.