A propos de l’aide internationale : suite et fin pour cause de questions vaines et inutiles de ma part

Par défaut


Je suis vraiment entre deux chaises : j’ai mis Bill Gates et Dambisa Moyo dans le même monde, c’est-à-dire le mien. Sauf qu’ils ont un avis très partagé sur l’aide internationale.
Le premier dit que celle-ci fonctionne et le prouve dans son article publié sur Wall Street Journal  à propos du livre de Charles Kenny :
The Real Successes of Foreign Aid
MAY 21, 2011
Recent critics have called aid wasteful. Bill Gates looks at a new book that shows its many benefits

La deuxième dit dans son article publié sur dailymail qu’en dépit des bonnes intentions, l’aide internationale ne résout pas les problèmes, elle les rend encore pires.
Despite our noble intentions, aid does not solve problems – it just makes them worse
By IAN BIRRELL
Created 1:28 AM on 18th May 2011
Read more

Et il y a Tori Hogan, pour avoir travaillé dans l’industrie de l’aide internationale, qui pose les questions de l’efficacité de celle-ci, des approches innovatives pour qu’elle soit efficace.

Je n’en dirai pas plus. Je dirai seulement que je vais arrêter de «parler» de cela. N’étant pas, en outre, experte en la matière, je ne résoudrai pas le problème alors pourquoi en parler si c’est juste pour en parler ? Ce serait stupide de ma part. J’ai tout simplement marre de tourner en rond pour essayer de trouver des réponses à mes questionnements.

Billets connexes

Quid des bonnes intentions by Tori Hogan #Madagascar

“So You Want To Be An Aid Worker? Pensez-vous avoir ce qu’il faut pour cela ?“

«1000 good intentions»…mais cela ne suffit pas : lettres ouvertes à ceux qui ont de bonnes intentions

«Les défis à relever en Afrique sont à notre portée»

L’aide internationale vue à travers un film : «Journal d’un coopérant»

Informations intéressantes sur l’aide au développement

Vaines questions/réflexions mais peut être pas si inutiles que ça

Si l’aide au développement est critiquée depuis les années 60, alors pourquoi continue-t-on à la pratiquer ?

«Le temps de l’Afrique» de Jean Michel Severino et Olivier Ray aux Editions Odile Jacob

L’aide au développement mène à la dépendance et/ou à la corruption, surtout en cas de crise et il existe d’autres alternatives

Lecture intéressante

Arrêter deux secondes de tout analyser et de juste profiter du moment présent

Quel est le point commun entre la lampe électrique, la capsule pour bouteilles et bocaux, l’ascenseur, la machine à dactylographier, le stylo à encre, le batteur à œufs, la tondeuse à gazon, l’appareil de respiration… ?

Et voici l’interview de Dambisa Moyo : «l’aide et l’Afrique» en réponse à l’article mis en commentaire sur le billet «Innovations financières pour le Développement»

Les commentaires sont fermés.