Lutte contre la corruption : «Les mesures contre le changement climatique doivent être à l’épreuve de la corruption» #TransparencyInternational

Par défaut

Un article lu sur le site de Transparency International via goodplanet.info :
Les sommes colossales qui sont en jeu, plus de 100 milliards de dollars par an pour 2020, nécessitent des mesures de surveillance et de contrôle. Sans cela, les mesures pour faire face aux modifications du climat perdront tant en efficacité qu’en crédibilité. 
«Rien n’est sacré pour la corruption, pas même le futur de notre planète. L’impossibilité d’administrer de manière adéquate les mesures actuelles contre le changement climatique ne résultera pas seulement en une mauvaise distribution des ressources et des projets frauduleux aujourd’hui, mais nuira également aux générations futures,» avertit Huguette Labelle, la présidente de Transparency International.

L’article en question Extrait
Dhaka, Bangladesh/Berlin, 30 April 2011 –
Le Rapport Mondial sur la Corruption: le Changement Climatique présente des directives pratiques pour empêcher que la corruption ne sape les mesures prises contre le changement climatique et en appelle aux gouvernements, aux organisations internationales, aux entreprises et à la société civile afin d’assurer une bonne gouvernance dans la politique climatique.

“Le besoin pressant de répondre au changement climatique nécessite d’être renforcé par la transparence et la redevabilité. Une possibilité de surveillance doit être intégrée à toutes les initiatives liées au climat, et ce dès le départ”, a précisé Huguette Labelle, Présidente de Transparency International. “Une bonne gouvernance dès à présent aidera à s’assurer du succès de l’impact de la politique en matière de changement climatique et de son financement.”
« Le Bangladesh est en première ligne dans la lutte contre le changement climatique. La manière dont le pays gère la gouvernance climatique et garantie la transparence et la redevabilité dans l’utilisation des capitaux destinés à la lutte contre le changement climatique peut fournir des enseignements aux gouvernements et à la société civile à travers le monde. Les recommandations contenues dans le rapport arrivent à un moment décisif a déclaré Iftekhar Zaman, directeur de Transparency International Bangladesh.

Le rapport réunit les analyses de plus de 50 éminents experts en matière de changement climatique originaires de 20 pays différents portant sur un large éventail de problèmes comprenant :
Les politiques du changement climatique et la redevabilité des institutions de financement
Le rôle du secteur privé
L’intégrité des marchés du carbone
La réponse aux conséquences du changement climatique dans les pays en développement (infrastructures résistantes au climat, préparation aux migrations climatiques et amélioration de la gestion des catastrophes)
La gouvernance en matière forestière
et Les recommandations
Participation du public et surveillance transparente
Garder les forêts propres et vertes. 

“Rien n’est sacré pour la corruption, pas même le futur de notre planète. L’impossibilité d’administrer de manière adéquate les mesures actuelles contre le changement climatique ne résultera pas seulement en une mauvaise distribution des ressources et des projets frauduleux aujourd’hui, mais nuira également aux générations futures,” a déclaré Labelle.
###

Transparency International est la principale organisation de la société civile à l’échelle mondiale se consacrant à la lutte contre la corruption.

Note aux rédacteurs: Les précédents rapports mondiaux sur la corruption de Transparency International traitent de la corruption dans le secteur privé, le secteur de l’eau et le domaine judiciaire. Le thème de l’année prochaine sera le secteur de l’éducation.

Contact Média:
Berlin:
Deborah Wise Unger
Tel. +49 30 343820-666 / -19
Mob. +49 1522 889 7896
press@transparency.org
Dhaka:
S. M. Rezwan-ul-Alam
Tel. +8801713 065012
rezwan@ti-bangladesh.org

Page connexe

Gouvernance

Les commentaires sont fermés.