«Pêche non déclarée, population affamée et désordre politique : la recette pour une crise alimentaire à #Madagascar ?» #BlueVentures #RFI

Par défaut


Voilà ce que je lis dans l’article Les eaux de Madagascar, pillées par la pêche industrielle internationale publié sur rfi.fr ce samedi 18 juin et dont voici un extrait :
Le montant total de la pêche dans les eaux malgaches entre 1950 et 2008 serait de 4,2 millions de tonnes de poissons, soit le double des statistiques officielles, selon l’association britannique de protection des mers et océans, Blue Ventures et les chercheurs de l’Université de Colombie britannique à Vancouver.
En publiant cette étude intitulée, Pêche non déclarée, population affamée et désordre politique : la recette pour une crise alimentaire à Madagascar ? Les scientifiques veulent d’abord fournir une base fiable de données pour une meilleure gestion des ressources halieutiques de la Grande Ile et offrir des revenus durables aux populations.
Pour l’instant, le constat dressé est accablant : les responsables de la surpêche sont à la fois locaux mais surtout internationaux.
Continuer la lecture

Comme dit dans l’article, le  résumé de l’étude (en anglais) est consultable sur Marine Policy mais l’étude en question (document PDF) est payante en revanche.

Billet connexe sur mon blog précédent
Madagascar, potentiel hautement élevé de l’Océan Indien mais condamné à la pauvreté depuis 50 ans ! mardi 5 janvier 2010
Je n’ai pas la prétention d’apporter des faits nouveaux à travers ce billet. Je constate simplement que les faits relatés anciennement dans des articles semblent corroborer avec la réalité in vivo.
C’est clair et net : Madagascar est riche en matières premières, en biodiversité, en sites touristiques, en immenses espaces cultivables, en main-d’œuvre, etc.
A qui donc profite la situation actuelle à Madagascar ? Pourquoi le développement du pays n’a jamais vu le jour et ne verra vraisemblablement jamais le jour ? Je vous propose ci-dessous de lire ou relire les articles dont je vous laisse seuls juges.
Lire la suite

Les commentaires sont fermés.