En finir avec l’injustice à #Madagascar : “We need to face our fears and take back our streets, our cities, our neighborhoods…”[i]

Par défaut


Voici Une interpellation que j’ai reçue et que je m’empresse de partager…#Madagascar

Envoyé le :
Mar 28 juin 2011, 12h 26min 40s
Objet : interpellation

Le terme de « justice » a-t-il encore un sens à Madagascar ?

Le dévoiement du terme et de la notion de justice est, tous pays confondus, d’une généralité dramatique et affligeante. Et l’on voit encore mieux combien ceux qui se croient au-dessus des lois sont les premiers à faire la morale aux petites gens.

-1) L’indépendance de la justice et la séparation des pouvoirs est-elle une réalité à Madagascar ?
 Les pouvoirs successifs en place apprécient le «sur mesure» , en clients de luxe qu’ils sont , locataires plénipotentiaires  et (ils l’espèrent) à vie d’une charge souvent usurpée . Aussi , la Constitution , la Justice , l’Armée , le Parlement : tout cela est rapidement mis à la botte du dirigeant . La notion de justice est alors fluctuante : «ce qui est juste , est ce qui va dans mon intérêt.» Et comme tout ou presque reste impuni , la notion de faute est , bien sûr , une «divagation de l’esprit confus des opposants» .
L’on voit bien que toutes ces manœuvres ne servent que des intérêts personnels , partiaux et partisans et l’on voit bien que la Justice n’est qu’une péripatéticienne tarifée et manipulée sans vergogne .

-2) Le spectacle écœurant et permanent des donneurs de leçons .
Si tout cela se passait au théâtre, ce serait assez divertissant.
Autour du même thème : «Illustrez votre notion de la Justice», les interprètes seraient jugés tantôt : cocasses, ridicules , hystériques , obsessionnels , naïfs, paranoïaques . Au choix.
Mais voilà …l’état d’épuisement social, psychologique, matériel dans lequel se trouve plongée la population malagasy depuis des mois, ne lui permet pas d’apprécier ces détestables performances d’acteurs. Et cela ne fait plus rire personne.
 

-3) La tentation est forte de se rendre justice soi-même .
Puisque l’Etat ne représente rien et que la Justice n’est pas indépendante, et que finalement tout çà n’est plus que du virtuel … autant revenir à la réalité de nos vies misérables et appliquer notre propre justice.
Pourquoi ne pas s’inspirer de la charia, par exemple ? «Tout criminel sera puni par là où il a péché .» Le voleur aura la main coupée, le violeur sera castré etc.…

Il est évident que telle n’est pas la solution et que chacun aspirant à vivre sereinement dans un monde où la Justice et la Vérité seraient impartialement respectées, tous doivent rendre compte de leurs actes et ce, quel que soit leur âge.
Sinon, ce serait trop facile.

Page connexe : La crise malgache

Les commentaires sont fermés.