Archives du 8 octobre 2011

«Femme Phénoménale, C’est Moi – Je prends la parole – L’Effet Fille» Maya Angelou @AmazingWomen #AWR

Par défaut


On se calme, ce n’est pas moi qui l’ai dit en premier, mais je vais faire comme si en intitulant mon billet ainsi. Et ça parle de trois choses en fait : 2 poèmes de Maya Angelou et une vidéo de L’Effet Fille.

J’ai été inspirée après avoir lu le fabuleux poème Phenomenal Woman de Maya Angelou en réflexion du week end sur The Common Ground Blog.

Je suis donc allée chercher d’autres poèmes de Maya Angelou et je tombe pile poil sur cette vidéo A Woman’s Anthem: Still I Rise avec les lyrics en anglais et que j’ai traduits avec l’aide de Google translate.

Et enfin, @AmazingWomen m’a tweeté une vidéo  de The Girl Effect – L’Effet Fille, Le Mouvement Mondial en faveur des Enfants qui unit les efforts pour construire un monde digne des enfants.

Alors, je partage ici le 2ème poème de Maya Angelou ainsi que la vidéo de @Amazing Women. Vous pouvez lire le poème Phenomenal Woman, That’s Me en cliquant sur le lien du tweet suivant
Un très beau poème de Maya Angelou : Je suis une femme Phénoménale. Femme phénoménale, C’est moi …
http://t.co/9hQnJTqJ #commongroundblog

A Woman’s Anthem: Still I Rise


Ajoutée par Loaki00 le 30 mai 2010

Vous pouvez me rabaisser aux yeux de l’histoire
Avec vos mensonges tordus et amers
Vous pouvez me traîner dans la boue
Mais comme la poussière,

Je me soulèverai

Est-ce que mon bonheur vous dérange ?
Pourquoi vous assombrir tant parce que je ris
Comme si j’avais trouvé un puits de pétrole
Au beau milieu de mon salon ?

Juste comme la lune et le soleil,
Telle la certitude des marées,
Tout comme l’espoir qui jaillit en s’élevant,

Je me soulèverai.

Vouliez-vous me voir brisée?
La tête penchée et les yeux baissés?
Les épaules tomber comme des larmes.
Affaiblies par mes cris mélancoliques.

Est-ce mon arrogance qui vous offense?
Ne vous prenez pas pour d’ affreux durs ?
Parce que je ris comme si j’avais
Des mines d’or dans ma propre arrière-cour.

Vous pouvez bien me fusiller avec vos mots
Me lacérer avec vos yeux
Vous pouvez me tuer avec votre haine,
Mais telle comme l’air,

Je me soulèverai.

Est-ce mon sex-appeal qui vous dérange?
Est-ce que cela vous surprend
Que je danse comme si j’avais des diamants
Entre les cuisses?
M’extirpant des taudis honteux de l’histoire
Hors d’un passé enraciné dans la douleur
Je prends la parole
Je suis un océan noir, qui s’élève et s’élargit,
Enflant encore plus la marée.
Laissant derrière lui des nuits de terreur et de peur
Je prends la parole
A l’aube d’un futur qui merveilleusement s’éclaircit
Je prends la parole
Pour apporter  les cadeaux  que mes  ancêtres ont donnés,
Je suis le rêve et l’espoir de l’esclave.
Je prends la parole
Je prends la parole
Je prends la parole.

Maya ANGELOU

The Girl Effect – L’Effet Fille

@AmazingWomen Futuristic #PINK Muahs http://ow.ly/6Rckf  to: @eStreetShops@prettyzoely @yoannaMT@just_some_lady @feistycoach@intan_DF



Billet connexe
“J’ai appris” de Jennifer Lentfer et de Maya Angelou. Thank You Wonderful Women !

Publicités

Mon samedi de réflexion : Invitez « l’Autre » à déjeuner dit Elizabeth Lesser #TEDWomen #Rumi

Par défaut


En cette période «trouble» pré-électorale un peu partout dans le monde, je vous propose à nouveau d’écouter Elizabeth Lesser chez mon «ami» TED.

En voici un extrait.
C’est pourquoi je lance une nouvelle initiative. Elle est destinée à nous aider tous, y compris moi-même, à contrer la tendance à l’ostracisme. Je sais bien que nous sommes tous très occupés, mais ne vous inquiétez pas, vous pouvez le faire pendant votre pause déjeuner. J’appelle mon initiative : «Invitez l’Autre à déjeuner». Si vous êtes un Républicain, vous pouvez inviter un Démocrate à déjeuner, ou, si vous êtes un Démocrate, pensez à inviter un Républicain à déjeuner. Cependant, si l’idée d’inviter l’une de ces personnes à déjeuner vous fais perdre l’appétit, je suggère que vous commenciez par plus proche, parce qu’il ne manque pas d’Autres rien que dans votre propre voisinage. Peut-être cette personne qui prie à la mosquée, ou à l’église, ou à la synagogue, au bout de la rue ; ou l’un de vos opposants sur la question de l’avortement ; ou encore votre beau-frère qui ne croit pas au réchauffement climatique – n’importe qui dont le style de vie vous effraie, ou dont les points de vue vous font grincer des dents.
Il y a deux semaines, j’ai invité à déjeuner une femme du mouvement conservateur Tea Party. En théorie, elle avait réussi le test du grincement de dents. C’est une activiste de droite, et je suis une activiste de gauche. Nous avons appliqué quelques principes afin de garder un bon niveau de conversation, et vous pouvez vous en servir vous aussi, parce que je sais que vous allez tous inviter un Autre à déjeuner. Tout d’abord, décidez d’un objectif : découvrir un membre d’un groupe que vous auriez pu stéréotyper de manière négative. Puis, avant de vous rencontrer, convenez de quelques règles de base. Ma convive du Tea Party et moi-même avons trouvé celles-ci :N’essaye pas de convaincre, de défendre, ou d’interrompre. Sois curieuse, sois disposée à la conversation, sois authentique. Et écoute.
A partir de là, nous nous sommes lancées. Et nous avons utilisé ces questions : Partagez avec moi quelques unes de vos expériences. Quels sont les sujets qui vous concernent profondément ? Et quelle question avez-vous toujours voulu poser à quelqu’un de l’autre bord ? Ma partenaire de déjeuner et moi-même, sommes reparties en ayant fait quelques découvertes vraiment importantes, et je vais vous faire partager l’une d’entre elles. Je pense qu’elle concerne tous les problèmes de relations entre les gens, quelque soit l’endroit. Je lui ai demandé pourquoi son camp affirmait des choses si outrancières et mensongères sur mon camp. «Comme quoi ?», a-t-elle voulu savoir. «Que nous sommes une bande d’élitistes, moralement corrompus, et soutien des terroristes. « Eh bien, elle a été choquée. Elle pensait que mon camp tapait à bras raccourcis sur son camp bien plus souvent, que nous les décrivions comme des racistes sans cervelle et armés de fusils. Et nous nous sommes toutes deux étonnées de ces étiquettes qui ne convenaient à aucune des personnes que nous connaissions vraiment. Et comme nous avions établi une relation de confiance, nous étions chacune persuadée que l’autre était sincère.
Nous nous sommes mises d’accord pour intervenir dans notre entourage lorsque nous serions témoin de ce genre de paroles ostracisantes qui peut blesser et s’envenimer jusqu’à la paranoïa, et être alors utilisée par ceux qui sont en marge pour inciter à la violence. A la fin de notre repas, chacune a reconnu l’ouverture d’esprit de l’autre. Aucune de nous n’avait essayé de changer l’autre. Mais nous n’avions pas non plus fait comme si nos divergences d’opinion allaient juste s’estomper après un déjeuner. Au lieu de cela, nous avions fait un premier pas ensemble, par delà nos réactions réflexes, vers l’ubuntu, qui est la seule direction où des solutions à nos plus problèmes les plus insolubles en apparence seront trouvées.

Qui donc devriez-vous inviter à déjeuner ? La prochaine fois que vous vous surprendrez à ostraciser, ce sera votre signal. Et que risque-t-il se passer à votre déjeuner ? Est-ce que les cieux vont s’ouvrir, et «We Are the World» retentir dans la sono du restaurant ? Probablement que non. Parce que le chemin vers l’ubuntu est long, et il est difficile. Ce sont deux personnes qui cessent de prétendre tout savoir. Ce sont deux personnes, deux guerriers, qui déposent les armes et font un pas l’un vers l’autre. Voici comment le grand poète perse Rumi l’a exprimé :

«Au delà des notions de bien-faire et de mal-faire, il y a un champ. Je te retrouverai là.»