Deux façons d’aimer les insectes : les observer ou les manger ! in Ouvertures n°20 – Octobre 2011– La Terre se meurt

Par défaut

Entomologie – Entomophagie in Ouvertures n° 20 – Octobre 2011
29/09/2011  par Marie Allier

En fonction de votre sensibilité, vous préférerez participer à la campagne citoyenne nationale d´observation des coléoptères, ou vous lancer dans l’entomophagie.

Un nouveau et original programme de sciences participatives : l´Observatoire des coléoptères de bords de chemin, une grande enquête nationale et citoyenne. Avec presque 10 000 espèces en France, et 350 000 à travers le monde, les Coléoptères sont aujourd´hui le plus grand groupe d´Insectes connu.
>> La FAO (Organisation des Nations Unies pour l´alimentation et l´agriculture) fait la promotion des insectes comestibles.


A l’invitation de la Fédération des clubs CPN (connaître et protéger la nature), le Muséum national d´histoire naturelle (MNHN) et Tela insecta, le réseau des entomologistes francophones, intéressez-vous aux coléoptères, le groupe d´insectes le plus important du monde : ils représentent un quart des insectes connus (coccinelles, bousiers, lucanes…) et à un milieu insolite, méconnu et menacé : les bords de chemin.
L´enquête, réalisée en partenariat avec l’Opie (Office pour les insectes et leur environnement), est ouverte à  tous : rendez-vous sur un chemin de votre choix, collectez des coléoptères à l´aide d´un filet à papillons, prenez-les en photo et remplissez une fiche de suivi à envoyer ensuite à :
MNHN – CERSP, Gourmand Anne-Laure,  55 rue Buffon, 75005 Paris,
Ou par mail à : gourmand@mnhn.fr
Grâce à vos relevés, il sera possible de suivre l´évolution de certaines espèces dans le temps et de voir leur variation d´une année sur l´autre. Les observations contribueront d’abord à déterminer les familles et les espèces les plus communes de coléoptères sur les bords de chemin. Ils permettront ensuite de sélectionner les espèces qu´il faudra suivre plus précisément les années suivantes.

Deviendrez-vous entomophage (mangeur d’insectes) ?
C’est en tout cas une mode que le site internet Insectes comestibles s’attelle à renforcer.

Il explique que, «dans de nombreux cas, les personnes ont commencé à manger des insectes par nécessité, mais de nos jours ils sont devenus un véritable effet de mode. Découvrez douze insectes de différents pays qui sont tout à fait savoureux» :
Casu marzu : En Sardaigne (Italie), on mange un type de fromage de brebis appelé Casu marzu qui est connu pour grouiller de larves d’insectes. Ce fromage à pâte molle a été fermenté si longtemps qu’il a réellement commencé à se décomposer, en invitant le développement des larves d’insectes qui ressemblent à de minuscules vers translucides sur la surface du fromage. Certaines personnes retirent les larves avant de manger le fromage, mais d’autres mangent le tout.
Tarentule au four : Une délicate recette cambodgienne, les tarentules étaient initialement consommées pendant les invasions, mais elles sont devenus monnaie courante. Les tarentules sont précuites. Il suffit d’enlever les crocs et de manger le reste.
Grillons : Dans la zone nord-est de la Thaïlande, les grillons sont capturés à l’état sauvage, puis nettoyés, cuits et légèrement salés.
Termites : En Afrique et dans certaines parties de l’Indonésie, manger des termites est un mode de vie. Elles sont recueillies au début de la saison des pluies lorsque les autres sources de protéines sont rares.
Sucette au scorpion : Ces scorpions inoffensifs, en Californie, sont enrobés de sucre. Les scorpions, qui sont des arachnides, et non pas des insectes, sont une importante source de nourriture dans de nombreuses parties du monde.
Coléoptères aquatiques géants : En Thaïlande, ces coléoptères sont décortiqués et consommés frits ou grillés.
Oeufs de fourmis : La collecte des oeufs est une tâche fastidieuse et souvent douloureuse. Ces œufs sont décrits comme étant grands et visqueux et doivent être bien cuits.
Vers blancs : Ces vers blancs sont un aliment de base dans l’alimentation des autochtones en Australie qui mangent des insectes quasiment quotidiennement.
>> La FAO (Organisation des Nations Unies pour l´alimentation et l´agriculture) fait la promotion des insectes comestibles.

Billets connexes

LA TERRE SE MEURT …
Chers amis,
Accordez-vous quatre précieuses minutes et visionnez le petit film qui suit.
Regardez- le jusqu’au bout !
Diffusez-le largement dans votre entourage, vous travaillerez pour vos petits- enfants.
Je sais que je peux compter sur vous et vous remercie.
http://www.koreus.com/video/alerte-babylone <http://www.koreus.com/video/alerte-babylone>

«Global steak, demain nos enfants mangeront des criquets» – Ce soir à 20h50 sur Canal Plus

Parler encore à ma place «Nos enfants nous accuseront» duquel la vidéo a été retirée, je m’en suis aperçue y a quelque temps…

LA VERITE SORT DE LA BOUCHE DES ENFANTS : «Severn, la voix de nos enfants» de Jean-Paul Jaud

Parler de nouveau à ma place «Global Sushi : nos enfants mangeront demain des méduses»


  1. ah oui c’est vrai !

    ma préférence irait aux chapulines et/ou à la salade de crickets ! cf photos

    est-ce qu’au moins tu y as goûté avant de dire non ? c’est ce que je disais à mes enfants quand ils étaient petits🙂🙂🙂

    moi j’ai goûté dans mon enfance je ne sais plus quels insectes – grillés – et je ne les ai pas rejetés.

    depuis, je n’ai plus eu l’occasion mais maintenant, je sais qu’il y a le site insectes comestibles mentionné dans le billet…alors pourquoi pas ? des insectes sucrés en revanche, je ne crois pas…

    bon vendredi à toi
    PZ

  2. Bonjour Zoely

    Disons que je préfère 150 000 fois les regarder que les manger. Dans l’ouest Burkina, les chenilles sont une spécialité locale. Il paraîtrait que cela goûte le « poulet ». Ragoûtant ! Mais à chacun ses goûts et ses plats. Aucun souci🙂
    Mais au fait, tu ne nous dis pas tes préférences en la matière ?🙂
    Il y a peu, la presse faisait état de la nécessité pour l’humanité de commencer à « ingurgiter » ces « petites bêtes » arguant que c’est moins polluant qu’un régiment de bovidés, que la taille du cheptel animal ne peut croître à la même vitesse que celle de l’humanité, que c’est tout aussi calorifique et nutritif… Bref, à la lecture de ces articles, je me suis dit que « voilà une belle argumentation scientifique ». Mais heureusement, l’être humain est tout sauf rationnel.
    Bonne journée.
    Walid