Terminer aussi joyeusement le week-end avec Hollie Cook

Par défaut

J’aime bien travailler (non pas le dimanche !) en musique en écoutant FIP et voilà une belle voix que j’entends et que je recherche sur le Net via Shazam. Il s’agit de Hollie Cook, en l’occurrence featuring ou featured (je sais jamais) en tout cas ft. un certain Horseman dans cette chanson Body Beat.

« Body Beat » extrait de l’album éponyme

Onlylyrics  me dit que les paroles ne sont pas encore disponibles et c’est vrai, j’ai cherché partout, rien trouvé !!!
En revanche, onlylyrics dit que la vidéo ci-dessous est la vidéo officielle. Alors s’il (elle) le dit, j’y crois volontiers, je vais la regarder sur Youtube et voilà !

Publiée le 18 oct. 2011 par orchardmusic
Music video by Hollie Cook performing Body Beat. (C) 2011 Mr Bongo WorldWide Limited

Ils en parlent ou en ont parlé

Hollie Cook Une Star anglaise qui monte ! (rootsandculture.net)
ÉCRIT PAR YOGI/ROOTSANDCULTURE | 10 OCTOBRE 2011
Chroniques du premier album d’ Hollie Cook, la Révélation féminine Reggae/Soul de 2011«Hollie Cook» album éponyme produit par Prince Fatty et sorti sur le Label  Mr Bongo Records en juin 2011.
L’album de Hollie Cook rajoute 9 titres riches et émouvants à la production du Roots Reggae […]

Hollie Cook (telerama.fr)
Frédéric Péguillan Telerama n° 3212-3213 – 06 août 2011
Un papa batteur des Sex Pistols ; une maman chanteuse des Belle Stars, joyeux girl group anglais des 80’s : le pedigree de la jeune femme attire. Et dès les premières mesures, les oreilles sont séduites par cette voix enjôleuse qui caresse de savoureuses mélodies. Hollie Cook a hérité de sa mère le goût des harmonies ensoleillées. Elle a baptisé sa musique «tropical pop». Une coquetterie, car il s’agit d’un reggae vintage comme on n’en fait plus, trempé dans les 60’s, les 70’s, voire les 80’s version Specials. Mais avec une production impeccable ­signée Prince Fatty, nouveau maître du reggae-dub britannique et fan des sons oldies auxquels il ajoute la dynamique du XXIe siècle. Le gratin des musiciens anglo-jamaïcains apporte souplesse et rigueur à des arrangements aussi sobres qu’inventifs. Et le mixage permet à chaque instrument de signifier sa présence (orgue superbe sur Sugar Water), grâce à quelques effets dub distillés avec parcimonie. Mais c’est la voix, délicieuse, qui éblouit, à l’image de la superbe reprise de Remember (Walking in the sand), des Shangri-Las, l’un des neuf titres d’un premier album court, mais – chose rare – radieux de bout en bout.

Hollie Cook : le reggae renové (lesinrocks.com)
19/07/2011 | 17H33
Fille modèle et malicieuse, Hollie Cook rénove avec grâce le reggae. On en oublierait presque ses parents terribles : une pop-star des eighties et un membre des Sex Pistols. Critique et écoute.
Son sourire fait oublier l’absence de soleil dans le ciel londonien et éclaire l’arrièresalle d’un pub de Camden. Sous un joli palmier de cheveux bouclés, Hollie Cook, 25 ans, irradie. Elle est d’une candeur et d’une politesse à faire douter d’être vraiment en 2011 (elle s’efface devant vous en tenant la porte). Il n’y aurait rien d’absurde à vouloir féliciter les heureux parents d’une fille si épanouie et si bien éduquée.
Son premier album va sans doute devenir l’une de ces confiseries dont on ne se lasse pas par temps chaud, notre bâtonnet de crème glacée de l’été. Sous une enveloppe craquante de lovers rock à l’ancienne et incrustée de pépites de vrai dub, les mélodies fondantes mêlées à la voix vanillée d’Hollie font merveille. Preuve que la meilleure pop contemporaine, parfum reggae, n’est pas nécessairement tenue aux gros mots de Lily Allen, ni au comportement destroy d’Amy Winehouse. Et qu’un futur potable dans ce pays n’est pas réservé aux seules Kate et Pippa Middleton.
[…]

Dates clés (mytaratata.com)
Hollie Cook est née à Londres. Son père, Paul Cook, était le batteur des Sex Pistols. Sa mère, Jennie, fut la chanteuse des Belle Stars.
2006 : Hollie fait les chœurs sur l’EP, «Revenge of the Killers Slits» du groupe The Slits.
Elle intègre The Slits en tant que chanteuse et pianiste.
2010 : Ari Up, chanteuse du groupe The Slits, décède d’un cancer. Le groupe s’arrête.
Hollie Cook chante sur un titre de Mike Pellanconi aka Prince Fatty,
«Milk and Honey».
2011 : En juin, elle sort son premier album éponyme.

Focus: Hollie Cook – Premier album (reggae.fr)
20/04/11 – par Reggae.fr
Hollie Cook est née dans l’ouest de Londres. Un père célèbre, le bien nommé Paul Cook, émérite batteur des SexPistols, lui donna très tôt l’occasion de forger son identité musicale. Elle grandit au son de Marc Bolan, The Cure, David Bowie mais va très vite s’intéresser au rocksteady, au reggae et se prendre de passion pour des chanteuses comme Janet Kay ou Phyllis Dillon. Hollie voue également un culte aux groupes féminins des années 60. D’ailleurs, sa mère Jennie fut la chanteuse des Belle Stars et Hollie sera également un long moment membre des Slits. […]

Les commentaires sont fermés.