L’Humanité : «Il devient urgent de nous métamorphoser sous peine d’imploser» dit Amin Maalouf et moi, je rajoute que les Dirigeants du G20 en font partie et qu’il est temps de le leur rappeler #TweetG20

Par défaut


Extrait du livre[i]
Il ne s’agit pas ici de porter un jugement éthique sur ces mécanismes immémoriaux de l’Histoire, mais de constater que les réalités nouvelles imposent d’en sortir au plus vite. Pour entamer une tout autre étape de l’aventure humaine, une étape où l’on ne se battrait plus contre l’Autre- la nation adverse, la civilisation adverse, la religion adverse, la communauté adverse- mais contre des ennemis bien plus considérables, bien plus redoutables, et qui menacent l’humanité dans son ensemble. […] les seuls vrais combats qui méritent d’être menés par notre espèce au cours des prochains siècles seront scientifiques et éthiques. Vaincre toutes les maladies, ralentir le processus de vieillissement ; […] libérer les hommes du besoin comme de l’ignorance ; leur procurer, grâce aux arts, aux savoirs, grâce à la culture, la richesse intérieure qui leur permettrait de «meubler» ces vies qui s’allongent ; investir patiemment le vaste univers, tout en veillant à ne pas compromettre la survie du plancher où nous posons les pieds. Voilà les seules vraies conquêtes […] plus enthousiasmantes que toutes les guerres patriotiques, et aussi stimulantes spirituellement que les expériences mythiques. […] une exigence de survie et de ce fait, la seule option réalise. Ayant atteint ce stade avancé de son évolution, caractérisé par un si haut degré d’intégration globale, l’humanité ne peut plus qu’imploser ou se métamorphoser.

Par ailleurs, nous sommes en train de vivre la plus grave crise sociale du Monde depuis les années 30 selon un rapport publié cette année par les Nations Unies.

La crise sociale dans le monde (ONU)

Affaires Economiques et Sociales – Rapport 2011 sur la situation sociale dans le monde

Crise financière et économique
En 2008 et 2009, le monde a connu la plus grave crise financière et économique depuis la crise des années 30. En 2009, la production mondiale s’est contractée de 2 %. Depuis lors, l’économie mondiale a rebondi, principalement grâce à une coordination sans précédent des mesures budgétaires et monétaires des principales économies. Cette reprise a toutefois été inégale et reste fragile, et ses conséquences sociales se font toujours sentir. La crise a freiné les progrès en vue de la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement •
Chômage
Au niveau mondial, le chômage a fortement augmenté et touchait 205 millions de personnes en 2009 contre 178 millions en 2007. Cette augmentation s’est accompagnée d’une plus grande vulnérabilité, notamment dans les pays en développement où il n’existe pas de système général de protection sociale. D’après les estimations, entre 47 et 84 millions de personnes supplémentaires sont tombées dans l’extrême pauvreté ou y sont restées piégées en raison de la crise mondiale.
Crise alimentaire – OMD dont l’Education et la Santé
• La crise mondiale a exacerbé les effets des hausses des prix de l’alimentation et des combustibles de 2007 et 2008. D’après la FAO, le nombre de personnes qui connaissent la faim dans le monde a franchi la barre du milliard en 2009, record absolu. À la suite de la récession, les prix de l’alimentation et des combustibles ont poursuivi leur hausse. Ces multiples crises ont réduit à néant les progrès accomplis par de nombreux pays en vue de la réalisation des objectifs de développement convenus au niveau international, y compris les objectifs du Millénaire. • En période de crise financière et économique, les ménages adoptent souvent des stratégies d’adaptation, et par exemple revoient la nature de leurs dépenses. Toutefois, ces ajustements peuvent avoir des répercussions négatives sur l’éducation, la santé et la nutrition, qui peuvent se traduire par des carences tout au long de la vie, notamment pour les enfants, et perpétuer ainsi la transmission intergénérationnelle de la pauvreté. • Les conséquences de la crise dans des domaines tels que l’éducation et la santé n’apparaîtront pleinement qu’avec le temps. Compte tenu de la fragilité de la reprise économique et du caractère inégal de cette reprise dans les principales économies, la situation sociale ne devrait s’améliorer que lentement, et des milliards de personnes devraient continuer à être victimes de la pauvreté, de la faim et du chômage pendant encore plusieurs années.
L’orientation et la nature des politiques des Organisations internationales
• Les mesures d’austérité adoptées par certains pays avancés pour réduire leur endettement excessif rendent la reprise encore plus incertaine et fragile. Les pressions de plus en plus fortes en faveur de la consolidation budgétaire et les nouvelles pressions qui se sont fait jour face au niveau élevé d’endettement des États ont fortement limité les marges de manœuvres, notamment budgétaires, des gouvernements des pays développés dont nombre doivent également faire face à des pressions afin qu’ils réduisent leurs dépenses publiques, adoptent des mesures d’austérité, réduisent leur champ d’action et libéralisent davantage le marché du travail. Quels enseignements doivent en tirer les décideurs?• Les pays doivent être en mesure d’appliquer systématiquement des politiques contracycliques. À cet effet, il est indispensable de revoir l’orientation et la nature des politiques imposées par les organisations internationales comme conditions d’une assistance. • Il est essentiel que les gouvernements tiennent compte des conséquences sociales probables de leurs politiques économiques. Il a été démontré à maintes reprises que des politiques économiques conçues sans tenir compte de leur impact social peuvent avoir de graves conséquences en termes de pauvreté, d’emploi, de nutrition, de santé et d’éducation, ce qui pénalise le développement à long terme.• Les succès relatifs obtenus par les pays d’Asie et d’Amérique latine face aux répercussions économiques et sociales des crises récentes montrent clairement que les gouvernements doivent appliquer systématiquement des politiques contracycliques et qu’il importe de conserver les excédents budgétaires dégagés en période de forte croissance pour financer les mesures d’expansion en période de crise.
Politique économique et sociale
Les systèmes de protection sociale universels et les programmes actifs de création d’emplois doivent être des éléments permanents de la politique économique et sociale, et non de simples dispositions temporaires destinées à atténuer les conséquences d’une crise.• Les investissements dans l’action sociale devraient être prioritaires dans les stratégies et politiques de développement. L’accroissement des dépenses destinées à assurer une protection sociale à une plus grande partie de la population et à améliorer l’accès à l’éducation et à la santé contribuera à un partage plus large des fruits du développement, et à la croissance de la demande intérieure et donc à asseoir la croissance future sur des bases plus solides. Aussi graves que soient ses conséquences, la crise offre l’occasion d’avancées sociales, à avoir l’universalité de la protection sociale, une nouvelle approche des conséquences sociales de la mondialisation, et une croissance plus largement partagée et durable. Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies

G20 à Cannes : Revue de presse en ligne à J-1 (Extraits)

Prévision DOSSIER sur le G20 de Cannes (France) – AFP
PARIS, 1 nov 2011
Dette-finance-économie-G20
Le G20 de Cannes sera dominé par la recherche d’un règlement de la crise mondiale mais la présidence française de cette instance porte aussi toute une série de dossiers plus ou moins étroitement liés à la régulation financière.
Dette-finance-économie-G20-diplomatie
Les dirigeants du G20 se retrouvent jeudi à Cannes pour parler économie mondiale mais ils s’efforceront aussi, en marge de ces discussions, de rapprocher leurs positions sur les sujets diplomatiques qui les divisent, et en premier lieu la demande d’adhésion de la Palestine à l’ONU.

1er Novembre : les altermondialistes mobilisent à Nice – tous les journaux en parlent

FRANCE INFO – 08:36 
Dans quelques jours le sommet du G 20 se tiendra à Cannes mais dès aujourd’hui ce sont les altermondialistes qui mettent la pression à Nice. Un défilé qui va débuter à 15h dans les quartiers Est de la ville. Un défilé sous haute surveillance policière. Plus de 2000 policiers et gendarmes sont mobilisés.

G20, la Chine pour les affaires, l’Amérique pour le coeur ! – Le Point
À ouï dire de MICHEL COLOMÈS
Le Point.fr – Publié le 31/10/2011 à 19:44 – Modifié le 31/10/2011 à 19:45
Nicolas Sarkozy veut terminer le G20 de Cannes, qui consacrera la puissance chinoise, par un geste symbole de l’amitié franco-américaine.
Il y a des signes qui ne trompent pas. Le dernier acte qu’accomplira Nicolas Sarkozy, à la fin du G20 qu’il aura présidé, le 4 novembre, sera une célébration de l’alliance de frères de sang que Français et Américains ont scellée sur de nombreux champs de bataille, de la guerre d’indépendance américaine à l’Afghanistan, de la guerre de 14 au débarquement de Normandie et jusqu’à la Libye, où les armes viennent tout juste de se taire après que Français et Américains (avec les Britanniques) ont aidé les Libyens à se débarrasser d’un régime odieux et sanguinaire. Barack Obama et Nicolas Sarkozy iront en effet, vendredi après-midi, déposer ensemble une gerbe au monument aux morts de Cannes, en un hommage commun aux troupes françaises et américaines tombées au même champ d’honneur. Et ce n’est évidemment pas anodin que le président français salue ainsi la communauté de coeur et l’identité dans la défense de la liberté et des droits de l’homme que la France, dans l’histoire, a toujours partagées avec l’Amérique.
Consécration de la Chine
Il n’y a pas en revanche de préoccupation affective dans le premier geste que Nicolas Sarkozy fera mercredi 2 novembre, dès son arrivée au G20. Celle de consacrer son premier dîner, au Palais des festivals, au président chinois Hu Jintao. Même si elle a également une portée symbolique, cette démonstration correspond surtout à la reconnaissance d’une situation que l’air du temps et un nouveau rapport des forces économiques imposent au président en exercice du G20. De même, au lendemain du sommet européen du 27 octobre, qui avait vu l’Europe parvenir enfin à un accord sur le problème de la dette de la Grèce et des moyens pour empêcher le cancer d’instabilité de se répandre à d’autres pays, le premier coup de téléphone qui était inscrit à l’agenda de l’Élysée avait-il été pour le président chinois. 

Le G20 pressé d’agir contre la crise – Les Echos
31/10 | 19:35
Les pays du G20 se retrouvent jeudi et vendredi à Cannes avec comme absolue priorité d’apporter une réponse coordonnée à la crise qui ébranle les nations développées, pour éviter qu’elle ne paralyse l’ensemble de l’économie mondiale.
Placés en première ligne, les membres de la zone euro devront convaincre les autres grandes économies de la planète du bien fondé du plan laborieusement adopté la semaine passée à Bruxelles pour régler le problème grec et renforcer la puissance de feu de leur fonds d’urgence.
L’enjeu est notamment une contribution financière possible des grands émergents, qui ont manifesté à plusieurs reprises leur inquiétude à propos de la santé de la monnaie unique.
L’aggravation de la crise depuis la fin de l’été a bouleversé l’ambitieux agenda de la présidence française, qui avait fait d’une réforme du système monétaire international une de ses priorités pour qu’il reflète mieux le nouvel ordre économique mondial.

La France parie sur un sursaut collectif du G20 – REUTERS
lundi 31 octobre 2011 18h44
par Emmanuel Jarry et Yann Le Guernigou – Edité par Patrick Vignal
PARIS (Reuters) – La France parie sur un sursaut collectif du G20 face à la crise financière et économique internationale lors du sommet de jeudi et vendredi à Cannes, malgré les tourments de la zone euro qui ont affaibli considérablement la position des Européens.
Nicolas Sarkozy a besoin d’un succès de ce forum des dirigeants des principaux pays riches et émergents pour raviver une image dégradée dans l’opinion publique française, à six mois de l’élection présidentielle de 2012.
Des analystes comme l’économiste Christian Saint-Etienne doutent cependant des résultats de Cannes, notamment en matière de réduction des déséquilibres financiers et commerciaux qui empoisonnent les relations économiques internationales.
« Notre objectif est d’ouvrir des chantiers de fond et qui ne peuvent plus attendre », déclarait le chef de l’Etat le 24 janvier en présentant à la presse les objectifs de la présidence française du G20.
Ces chantiers demeurent : mise en oeuvre des décisions du G20 en matière de régulation financière, réforme du système monétaire international, lutte contre la volatilité des prix des matières premières, financement du développement, amélioration de la gouvernance économique mondiale et relance de la croissance.
UN CONTEXTE MONDIAL AGGRAVÉ
L’EUROPE EN POSITION D’ACCUSÉE ?

PARIS – A trois jours du G20 de Cannes, actions des ONG Oxfam et One à Paris
 Créé le 31/10/2011
PARIS Le sommet du G20 à Cannes ne doit pas être seulement « un film » au « scénario » bien huilé mais donner l’occasion de décisions « concrètes », a appelé l’ONG Oxfam lundi à Paris lors d’une « répétition générale » de la montée des marches du Palais des festivals par de faux dirigeants.
Huit militants en tenue de gala, affublés de gros masques à l’effigie de chefs d’Etats et Premiers ministres de pays membres du G20, se sont rassemblés autour d’un faux Nicolas Sarkozy sur un tapis rouge déroulé sur les marches du Petit Palais (VIIIe).
Le président français, veste à paillettes rouge et pantalon blanc, a tour à tour posé avec un Barack Obama en smoking et une Angela Merkel en robe de soirée, devant une banderole proclamant : « Le G20: c’est pas du cinéma ».

Crise : un calendrier international chargé – Le Figaro
Par Marie Visot – Publié le 09/10/2011
Après les sommets de l’Union européenne et de la zone euro fin octobre arrivera le G20 de Cannes, les 3 et 4 novembre prochains.
Nicolas Sarkozy et Angela Merkel devaient mettre dimanche sur la table tous les sujets ayant trait à la crise de la zone euro : Grèce, Fonds de stabilité financière, recapitalisation des banques… Mais plutôt que des décisions concrètes ou des annonces spectaculaires, les deux dirigeants ont surtout voulu marquer le coup d’envoi d’un calendrier très chargé qui les amènera jusqu’au G20 de Cannes les 3 et 4 novembre prochains. «L’Europe devra avoir résolu tous ses problèmes», avant cette date, ont martelé le président de la République et la chancelière.

La prochaine étape devrait venir de Bruxelles. La Commission européenne a indiqué vendredi qu’elle présenterait «dans les jours à venir» des propositions pour une recapitalisation coordonnée, qui doit permettre de rassurer les marchés, inquiets des capacités de résistance du système bancaire européen face à la crise. Elle pourrait rendre ses conclusions dès ce lundi. L’Autorité européenne de supervision bancaire (EBA) doit par ailleurs donner des estimations sur l’impact d’une forte dépréciation de la dette grecque sur le bilan des banques.
C’est avec ces données entre les mains que les dirigeants arriveront aux sommets de l’Union européenne et de la zone euro prévus les 17 et 18 octobre à Bruxelles. Ils donneront alors «un signal clair» sur le sujet, a déclaré Angela Merkel. L’idée est d’afficher «un consensus» sur un montant et un calendrier de renforcement des fonds propres des banques. Car il faut reconnaître que, s’agissant des montants, le flou domine encore largement : le chiffre de 100 milliards de capitaux à réinjecter est le plus généralement cité, ce qui représente largement moins que les 200 milliards d’euros évoqués il y a quelques jours encore par le FMI.
L’étape suivante consistera à la mise en œuvre opérationnelle du Fonds européen de stabilité financière qui devrait avoir été ratifié par tous les Parlements d’ici à mi-octobre : Malte se prononce lundi avant la Slovaquie, mardi. L’aide à la Grèce sera alors débloquée.
«Agir vite»
Tout au long de ce long processus, l’Europe devrait rester sous pression. Ces derniers jours, Barack Obama est revenu plusieurs fois à la charge sur la résolution trop lente à son goût de la crise en zone euro. Les dirigeants européens doivent «agir vite», a plaidé le président américain, espérant qu’un «plan d’action très concret» serait alors présenté. Il estime que la crise en Europe pourrait avoir un impact «très réel» sur les États-Unis.
De son côté, Angela Merkel a tempéré la semaine dernière les espoirs d’une réforme du système monétaire international dès le G20, estimant que les travaux sur ce sujet ne seront pas achevés. Mais le sommet de Cannes aura sans doute bien assez à faire avec le sujet de la crise européenne.
LIRE AUSSI :
» Paris et Berlin se donnent un mois pour sauver l’euro
» Banques : tensions avant la rencontre Merkel-Sarkozy
» Comment sauver l’euro ?

G20 2011 : DES ACTES ! – OXFAM France
le 3 octobre 2011
Les 3 et 4 novembre, les chefs d’Etat du G20 se réunissent à Cannes sous l’égide de la France.
Ce sommet pourrait être décisif pour l’adoption de financements innovants et notamment une taxe sur les transactions financières.
Faites entendre votre voix : #TweetG20 : votre message au G20
Les Peuples d’abord, pas la finance

  1. Bonjour Walid,

    Eh ben oui mais comme cela ne va pas dans le sens du Gvain https://prettyzoely.wordpress.com/2011/11/02/crise-economique-france-g20-grece-sommet-le-g20-avant-le-gvain/, alors…

    Tout tourne autour de la Grèce aujourd’hui, et les problèmes qui étaient prévus de trouver des solutions au Sommet resteront les mêmes jusqu’au prochain Gvain ! Comme dit @CGDev, la gouvernance du climat [entre autres sujets] ne peut être indéfiniment hors de l’ODJ du Sommet…

    Quel gâchis ! Et maintenant on va où ?

  2. Bjr PZ

    La barque de l’actualié sur le sujet est bien chargée.
    Quelqu’un peut-il m’expliquer en quoi le réferendum proposé par le PM grec est-il choquant ? De mon petit fauteuil de citoyen, je trouve logique que le « peuple » soit consulté pour une décision d’une telle importance. Après tout, ce plan va être remboursé par les Grecs.
    Tout le monde crie sur ce pauvre Papandréou. Parmi les voix les plus stridantes, celles des « marchés financiers » et des milieux économiques. Comme par hasard. Ils espéraient peut-être sucer la « victime » sans qu’elle ne pipe mot (un ange passe. sourire).
    Ils sont phénoménaux ces milieux financiers. Ils plongent des pays dans l’insécurité, et la détresse la plus totale. Des milliers d’emplois sont hypothéqués du fait de leur avidité.Des vies humaines sont rayées. En plus, ils veulent gagner plus en finançant le plan de sauvetage. Aux deux bouts du râtelier, ils sont présents. S’ils étaient compétents, « on » aurait rien dit. Mais là… Le jackpot a l’air de vouloir les filer entre les doigts. Faut-il que je les plaigne ?
    Walid