Est-ce que tu m’aimes ?

Par défaut

Est-ce que tu m’aimes ?

Oui chère lectrice, cher lecteur fidèle, je m’adresse à toi.
Je m’adresse à toi également visiteuse, visiteur.
A toi aussi passagère, passager.
Y compris toi spammeuse, spammeur même si tu es tout de suite classé(e) par ma sentinelle (je n’ai donc pas accès à ce que tu as «dit» comme spam).

Bref, je m’adresse à tout le monde : est-ce que vous m’aimez ? Je vous pose la question car jusqu’ici, je n’ai pas eu suffisamment d’ego pour parler de moi, je m’exprime toujours à travers les infos que je partage avec vous. N’empêche, si vous consultez ma page Me Myself and I , vous saurez à peu près tout de moi. Sauf que jusqu’à maintenant, quelques personnes seulement ont compris le discours caché de mon blog.

Oui, Mesdames et Messieurs, j’ai des amis – virtuels – mais ils existent réellement. La preuve, on correspond, on se partage nos idées, on se donne des conseils, on s’informe, on est là l’un(e) pour l’autre. J’ai déjà dit «je t’aime» à ces amis, de cet amour entre amis…

Je dis «je t’aime» à mes enfants, j’envoie de temps en temps par mail la chaîne de l’amitié à mes contacts perso et/ou pro, je dis «je ne vous connais pas mais je vous aime» à des «inconnus» comme Razia, comme Jaojoby, je dis «je ne  vous connais pas mais je vous aime collectivement» à mes twittos. Bref, je ne rate aucune occasion de dire «je t’aime» ou «j’aime». Voilà !
Tout ça pour quoi ? Parce que je vis une crise existentialiste sur le net actuellement et comme par hasard, mon très bon ami m’a envoyé un article qui «parle» de cela justement : Nous sommes tous devenus des médias 03/09/2011

Et nous avons alors engagé une conversation là dessus.
Quand l’auteure dit « …l’éternel problème de la communication et en particulier sur Internet par cette question : est-ce que quelqu’un m’aime quelque part ? », elle a pointé le doigt sur « ma » réalité virtuelle à moi LOL !
En revanche, ce n’est pas tant le nombre de visiteurs qui compte pour moi,  c’est plutôt parce qu’ils ne se manifestent pas !
Le fait est  que j’ai autorisé les commentaires bien longtemps après avoir commencé ce blog. A la place ce sont les spams qui ont afflué (le quadruple du nombre de mes posts).
En plus, laplumedaliocha parle de la réaction des tweeteurs qui sont unfollowés : au point de s’apercevoir quand quelqu’un se désabonne et de lui en vouloir, voire de se mettre en colère et de le clamer haut et fort. Il n’est pas rare alors de recevoir des messages qui vont de la triste interrogation à l’invective, en passant par le lourd reproche. J’ai déjà reçu ce type de messages.

Par ailleurs, c’est la dèche totale, je ne suis pas du tout inspirée… Je ne me décourage pas mais là, faut que je réfléchisse sérieusement – à nouveau – à l’alimentation de mon blog de façon plus populaire avec les infos que je veux « spreader » ???

J’en discute donc avec mon très bon ami qui me répond :
Tu soulèves des points fondamentaux. Je n’ai pas de réponse en « bout de ligne ». Si je m’interroge, si je cherche à comprendre pourquoi je tiens un blog, pourquoi j’écris, je peux dire, de but en blanc, que j’écris… pour écire…. parce que trop de choses méritent un autre sort. J’écris alors pour témoigner. Manière d’agir, d’être présent dans le débat ?
Ton blog a une tonalité différente et surprenante. Il est vrai que parfois, il foisonne de beaucoup d’articles à lire. Ce n’est pas plus mal, vu que je ne suis pas obligé de tout lire d’une traite. J’aime bien fureter sur ton blog pour lire à mon rythme les infos. Tu apportes (donnes) beaucoup d’information. Ce qui est certain, c’est que l’on ne « meurt pas idiot » avec toi. Smile…. Il est vrai que je n’ai pas terminé ma réflexion sur la question que tu poses, alors nous allons y revenir dessus.

…j’écris alors pour témoigner. Manière d’agir, d’être présent dans le débat ? La voilà la réponse à ma question existentielle!

Et là-dessus, nous partons sur d’autres sujets à propos des convictions. Je lui dis :
J’admire -mais vraiment- les gens qui ont leurs convictions quelles qu’elles soient mais qui en parlent au lieu d’invectiver ce que fait l’autre qui n’est pas de son camp, qui ne pense pas comme lui, etc. Ah tiens, je suis en train de parler de moi ! LOL. Voici un billet qui en réflète l’exemple Mon «autre midi»

Comme mon cheval de bataille est de changer le monde, j’ai envoyé à mon très bon ami une chanson qui en parle avec les paroles



Tous ceux qui veulent changer le monde Venez marcher, venez chanter

Tous ceux qui veulent changer le monde Venez marcher à mes côtés
Que toutes nos voix se confondent
Dans un champ de fraternité
J’entends la révolte qui gronde
Au cœur de toute l’humanité
Pour que la terre soit féconde
A tous ceux qu’elle a enfantés
Il est nécessaire que l’on fonde Une nouvelle société
Refrain
Si les racines sont profondes
Nous saurons bien les transplanter
Pour laisser fleurir à la ronde
Les chemins de la liberté
Et tant mieux si la terre est ronde
Nous ne pourrons nous arrêter
Il n’y aura pas de fin du monde
La vie est une éternité
Refrain
Vivre d’amour et mourir d’espérance
A chaque jour l’avenir recommence
Le temps est court le parcours est immense
Je viens te dire à mon tour
Refrain
Changeons le monde ensemble. »

En retour il m’a envoyé une chanson de Fela

Il m’avertit :
Ça dégage !!! Le mec commence à chanter au bout de 3 minutes….. Le refrain est mythique…. MUSIQUE POUR LES PIEDS ET LA TETE.
Là TOI et moi devons chanter (chantons…..)

Les paroles
 
if you call am woman
African woman no go ‘gree
She go say, she go say, « I be Lady o »

[Refrain]
She go say, « I be Lady o »!

She go say, « I be Lady »
She go say, « I no be woman »
She go say, « Market woman na woman »
She go say, « I be Lady »

I wan tell you about Lady
I wan tell you about Lady
I wan tell you about Lady

She go say him equal to man
She go say him get power like man
She go say anything man do himself fit do

I never tell you finish
I never tell you finish
I never tell you finish
I never tell you finish
I never tell you…

She go wan take cigar before anybody
She go wan make you open door for am
She go wan make man wash plate for am for kitchen

She wan salute man she go sit down for chair
She wan salute man she go sit down for chair
She wan sit down for table before anybody
She wan sit down for table before anybody
She wan a piece of meat before anybody
She wan a piece of meat before anybody

Call am for dance, she go dance Lady dance
Call am for dance, she go dance Lady dance
African woman go dance, she go dance the fire dance
African woman go dance, she go dance the fire dance

She know him man na master
She go cook for am
She go do anything he say

But Lady no be so
But Lady no be so
But Lady no be so
But Lady no be so

Lady na master
Lady na master
Lady na master
 
Je fais remarquer à mon très bon ami qu’il n’a pas réagi à la chanson qui pourtant a été reprise par l’UMP l’année dernière et qu’en cherchant les paroles j’ai trouvé un article   dont je ne sais pas trop où l’auteur du blog veut en venir. Il y parle- en une série de 3 articles – de l’UMP, du pape Benoit XVI.
Je lui ai donc demandé de me dire ce qu’il en pensait et qu’en même temps que je conversais, je chantais Lady de Fela mais que je ne me déhanchais pas en revanche (contrairement à mon très bon ami).

Un bon moment plus tard, il me revient avec les commentaires ci-dessous à propos de l’article:
Pas mal cette citation de Jean Paul II : « Si vous êtes ce que vous devez être vous mettrez le feu au monde entier« 
Pas mal ceci aussi :
Je vous le dis : Courage ! Osez prendre des décisions définitives parce que ce sont les seules qui ne détruisent pas la liberté, mais qui lui donnent la juste orientation, en permettant d’avancer et de faire quelque chose de grand dans la vie. La vie n’a de valeur que si vous avez le courage de l’aventure et la certitude confiante que le Seigneur ne vous laissera jamais seuls.

Peut-être ne faudrait-il pas changer le monde mais l’oser … et l’aimer.

Mon très bon ami m’apporte également la compréhension suivante de la chanson : « Notre bloggeur part du texte de l’UMP. Il rappelle que cette chanson a été écrite par le québécois Luc Plamondon. Au-delà de l’aspect marketing de la chanson, celle-ci véhicule un message profond. Il en souligne les racines chrétiennes et la tonalité militante. A l’image de l’engagement de l’église chrétienne. Il y introduit une dissonance : l’engagement se concrétise. Il se vit. Il s’incarne. Il a une figure. Tutélaire. Celle du (des) pape(s). Il demande de la « conséquence ». Pour changer, il faut d’abord « oser ». Dans le contexte chrétien, cette posture a du sens. Elle est originelle (cf le sacrifie de Jésus). Well, c’est le « jus » que j’en tire. Si c’est trop concentré, fais-le moi savoir…

Bon, je te signale que c’est reparti entre deux tours de pistes »
http://www.youtube.com/watch?v=zN_GQFfiwS4&feature=related
« I want tell U about lady… TOPPPPPPPPPPPPPPPPP !!!!!!!
Shake that body
Down to the ground
Shake shake
See how I’m shaking…
Heu là c’est mon « jam »… désolé je me suis laissé emporter !!! »

J’ai bien ri devant mon ordinateur mais j’ai quand même tenu à lui dire ceci :
À propos de changer le monde, voilà un tweet que j’ai envoyé ce matin et Twitter me notifie que l’auteur du blog l’a mis en favoris Les fléaux sont réels. Les solutions aussi. shar.es/ogDfR Ah que j’adore ce blog !  #BNB #changerlemonde #UnMondeMeilleur #Solutions

Ce à quoi il me répond :
En fait, je voulais dire que ce que tu projettes de faire, c’est d’oser le monde… avant de le changer…et « nous » pas bouger d’Internet. Bonne chance

Alors Osons le monde avant de le Changer ! « Nous » pas bouger d’Internet !