«Intouchables» – «Je kiffe grave» – «Pragmatique» – «Je vais pécho»

Par défaut

Mesdames et Messieurs, je suis définitivement réconciliée avec le cinéma français !
«Intouchables» est le deuxième plus beau film français – après Les petits mouchoirs – que j’ai jamais vu depuis des années. Mon fils dit que c’est le premier pour lui.
Vous l’ai-je déjà dit ? Mon fils et moi, nous adorons aller au cinéma ensemble, pour aller voir des films d’action tels que The Expandables, RED, Le transporteur etc.
Hier, j’ai donc proposé à mon fils d’aller voir The Ides of March ou Polysse à défaut de films d’action puisque nous aimons aussi ce genre. Et c’est lui qui me propose à la place Intouchables, et je dis OK car j’avais envie aussi mais je ne pensais pas qu’il aimerait.

Assez de blablaterie de ma part, «Je kiffe grave» ce film, pour reprendre une des expressions entendues dedans.
Il raconte l’histoire de deux mondes diamétralement opposés, le premier incarné par François Cluzet authentique dans son rôle d’aristocrate accidenté de la vie et le deuxième par Omar Sy du Service Après Vente des Emissions sur Canal Plus. Majestueux Omar ! Chapeau bas Omar, beau gars des Cités (1)
Il est inspiré d’une histoire vraie et ne verse pourtant pas dans le pathos. «C’est exactement ça», répond Philippe alias François Cluzet à un membre de sa famille ou à son avocat ? «Je ne veux aucune pitié».
«Quel serait l’adjectif qui vous correspondrait le plus ?» demande Marjolie, l’assistante personnelle de Philippe à Driss alias Omar Sy. «Pragmatique, je suis pragmatique». Et Driss l’a démontré tout le long du film. Alors «je vais pécho», dites-le. Et Philippe répète «Je vais pécho».
Deux mondes diamétralement opposés sur tous les plans donc mais qui se retrouvent ici pleins d’humanité. Cela m’a fait à nouveau penser au livre d’Amin Maalouf, Le Dérèglement du Monde. Oui Mesdames et Messieurs, l’humanité n’a pas encore atteint son seuil d’incompétence morale.

Ce film est absolument à VOIR ! A pleurer comme dirait @pensezbibi. Mais plein d’espoir. La musique y est aussi fabuleuse.

Penguin Café Orchestra
Rien à voir avec le film, quoique celui-ci m’a inspirée pour écouter un genre de musique découvert sur Daily OM , que je ne connais pas mais qui me transporte vers je ne sais trop où…Je laisse libre cours à mon imagination…
J’aime beaucoup le mélange d’instruments…Ce groupe a «inspiré» l’oreille de Brian Eno qui a composé avec David Byrne la musique du film «Wall Street, l’argent ne dort jamais» dont Home

Le nom du groupe Penguin Café Orchestra vient d’une vision récurrente de Simon Jeffes d’un café dans lequel la spontanéité et la surprise priment avant tout.

Billets connexes

Les petits mouchoirs de Guillaume Canet : «C’est quoi être amis ?»

« RED : Retraités Extrêmement Dangereux” – «Lord of War»

Un maître mot : restez fidèle…

Ecouter «Les voix ignorées de la reconstruction» #Haïti


Intouchables


Date de sortie : 2 novembre 2011 (1h 52min)

Réalisé par Eric Toledano, Olivier Nakache

Avec François Cluzet, Omar Sy, Anne Le Ny

Genre Comédie

Nationalité Français

(1) Earth, Wind & Fire – Boogie Wonderland : la musique sur laquelle danse Omar Sy