Stefon Harris : La science de l’écoute à travers l’improvisation #TEDSalon NY2011

Par défaut

En nous parlant au travers d’exemples avec son quartet d’improvisation jazz, Stefon Harris nous amène à une vérité profonde : beaucoup d’actes ne sont perçus comme des erreurs que parce que nous n’y répondons pas de façon appropriée.

[…] Je voulais juste souligner la façon dont nous gérons cela. L’autre aspect de cela est que nous ne pratiquons pas le micromanagement, en jazz. Vous, vous avez des gens qui le font. Mais ce que cela fait, c’est que ça limite réellement les possibilités artistiques. Si j’arrive et que j’ordonne au groupe la façon dont je veux jouer, et la direction que je veux que la musique prenne, et que je m’impose… Prêts ? Jouons un peu. Un, deux, un, deux, trois, quatre. (Musique) C’est assez chaotique, parce que je leur inflige mes idées. Je leur dis :  » Venez avec moi par là. »
Si je veux vraiment que la musique aille par là, la meilleure façon de m’y prendre est d’écouter. C’est une science de l’écoute. Ça a beaucoup plus à voir avec ce que je peux percevoir qu’avec ce que je peux faire. Si je veux que la musique atteigne un certain niveau d’intensité, la première étape pour moi est d’être patient, d’écouter ce qui se passe, et de tirer parti de quelque chose qui se passe autour de moi. Quand vous faites ça, vous impliquez et vous inspirez les autres musiciens et ils vous donnent plus, et ça se construit progressivement. Regardez. Un, deux, un, deux, trois, quatre.
(Musique)
[…]
C’est une expérience totalement différente lorsque je développe les idées. C’est beaucoup plus organique. C’est beaucoup plus nuancé. Il ne s’agit pas d’imposer ma vision, ou quelque chose dans ce genre. Il s’agit d’être ici et maintenant, de s’accepter les uns les autres, et de laisser venir la créativité.

Bon, tout d’abord, merci d’applaudir M. Jamire Williams à la batterie, (Applaudissements) Burniss Travis à la contrebasse, (Applaudissements) et M. Christian Sands au piano.
(Applaudissements)

Les commentaires sont fermés.