#Madagascar : Cantiques religieux

Par défaut

Merci à Mamisoa, une blogueuse en langue malgache qui traduit également en malgache pour GlobalVoices, de m’avoir fait découvrir ces vidéos et merci à ceux qui les ont ajoutées sur Youtube. Et non, je ne veux évangéliser personne, je veux juste marquer ma croyance en Dieu en ces jours (plus que) troubles…un peu partout dans le monde, et en particulier à Madagascar.

Enga anie ka homba anao Jeso – God be with you till we meet again

Ajoutée par vaovaomahafaly le  6 sept. 2011

Par vaovaomahafaly.com ; 
– Enga anie ka homba anao Jeso
– God be with you till we meet again

Nosindrazako-Hantatiana

Ajoutée par MrFiderana le 20 mars 2011

Musique évangélique malgache.
Nouveau VCD Hantatiana- Juillet 2010-Madagascar.

Salamo 73 – Hantatiana

Ajoutée par MrFiderana le 20 mars 2011

Musique évangélique malgache.
Nouveau VCD Hantatiana- Juillet 2010-Madagascar.

Paroles – Salamo 73 

Nahoana no toa miadana
Ny mpirehareha, ny ratsy fanahy
Toa tsy azom-pahoriana
Ka saiky lavo aho nialona
Toa tsy misy fanaintainana 
Amin’ny fahafatesany
Ary fatratra ny heriny
Izany no ireharehavany
Nahoana… nialona
Raha lotika ny fo
Ka voatsindrona 
Izany voako
Dia tena adala aho
Fa izaho ho eo anatrehanao
Nahoana… nialona

Andriamanitra o, tsaroako
Ny fihazonanao izany tanako
Ary tsy misy ety ambonin’ny tany 
Iriko tahaka anao
Na dia levona aza
Ny nofoko ary ny foko
Dia mbola vatolampin’ny foko
Sy anjarako ianao
Andriamanitra o,….tahaka anao

Voici un extrait du texte expliquant ce Psaume 73. D’avance pardon aux puristes mais je ne l’ai pas puisé dans la Bible…

Le premier verset de ce psaume est la conclusion à laquelle Asaph, son auteur, est arrivé après la douloureuse expérience qu’il rapporte dans les versets 2 à 15

-conclusion qui est un triomphe de la foi sur la vue, de la grâce sur la propre justice.

L’angoisse du Psalmiste ne nous surprendra pas si nous avons compris quelque chose, des voies de Dieu envers Israël. À ce peuple avaient été promises de nombreuses bénédictions terrestres qui allaient jusqu’à l’exemption de tout revers et de toute maladie. (Lisez Exode 15, 26 ; 23, 25 ; Deutéronome 7, 15.) Une seule condition était posée et la voici : « Si tu écoutes attentivement la voix de l’Éternel, ton Dieu, si tu fais ce qui est droit à ses yeux, si tu prêtes l’oreille à ses commandements, et si tu observes toutes ses lois. »

Or, Asaph, homme pieux et fidèle, n’avait pas oublié la promesse divine et pourtant c’était tout l’opposé qu’il avait sous les yeux. D’où l’amertume de sa plainte : «Certainement c’est en vain que j’ai purifié mon cœur et que j’ai lavé mes mains dans l’innocence : j’ai été battu tout le jour, et mon châtiment revenait chaque matin. » Ses souffrances étaient d’une nature morale, mais plus vives et plus intenses que si elles eussent été purement physiques. Personnellement il marchait avec Dieu, mais il était associé à un peuple devenu infidèle et par conséquent solidaire de ce peuple.

Le même principe a aujourd’hui son application dans l’Église. L’Église a été infidèle comme le fut Israël en son jour, et ceux-là seuls souffrent de son bas état qui marchent avec Dieu. Ils ne discernent pas seulement cet état, mais ils s’en reconnaissent solidaires en vertu de leur association avec ceux qui ne sont pas fidèles. Il ne s’agit pas ici d’association avec le monde, toujours illicite ; mais d’association avec le peuple de Dieu -association pleine de joies lorsque ce peuple marche sous le regard de Dieu et pleine de tristesses lorsqu’il s’écarte de la bonne voie. Si je souffre par le fait de ma mondanité, je ne puis pas, je ne dois pas porter ma plainte devant Dieu, qui attend de moi la confession et l’humiliation. Si je souffre parce que, en la présence de Dieu et à la lumière de cette présence, je vois autour de moi un mal dont il me faut me reconnaître solidaire en vertu du lien qui m’attache au peuple de Dieu, alors je remplis un sacerdoce.

Les commentaires sont fermés.