Happy Friday Followers/Following : Au secours, Twitter m’apprend la vie !

Par défaut


Aujourd’hui, je m’approprie le titre d’une des chroniques de Muriel Gilbert pour parler de Twitter. Pour Muriel, c’est son fils qui lui apprend la vie , pour moi c’est Twitter, du moins aujourd’hui et/ou pour toutes les fois que j’éprouverai le besoin d’en parler.
Muriel, si tu lis ce billet, ne crois pas que je ne lis plus tes posts c’est parce que je ne les recevais plus et puis hier voilà «Encore un peu de flicage, s’te plaît»  via @muriel_gilbert #Mere #Amour #Enfants. Tes chroniques se seraient-elles chroniquement égarées dans les spams ou est-ce moi qui m’égare chroniquement dans mes mails ?  :-)🙂🙂

J’ai vu également hier que j’ai perdu des followers probablement parce que j’ai émis des tweets à propos de la candidature de Nicolas Sarkozy. Je n’ai fait aucun commentaire, je n’ai fait que tweeter les liens. Et paf ! Je lis quelque chose comme ceci : « je vais unfollower tous ceux qui RT @NicolasSarkozy, sans commentaires, #jepréviens ». Alors que serait-ce si je commentais aussi ces tweets là ?

L’humanité est vraiment bête, moi y comprise, pourquoi je n’émettrai pas mon opinionsans violence de surcroît – sous prétexte qu’elle est différente de celle des autres qui le font de façon agressive en permanence ? Je ne les ai pas unfollowé en revanche, je les laisse s’exprimer sans les RT…

Et à propos de RT, je ne le fais plus systématiquement comme je le faisais au début quand je trouvais les tweets intéressants. Je me suis sentie vite débordée alors j’ai créé les journaux paperli par thèmes pour y rassembler les fameux tweets. Ce qui veut dire qu’il NOUS faut tous ETRE PRESENTS SUR TWITTER pour apparaître sur ces journaux, si tel est notre but. Et un grand merci à tous ceux qui y contribuent, en particulier ceux qui le font régulièrement !

Je ne vous connais pas individuellement mais JE VOUS AIME collectivement. Vous n’êtes jamais par hasard dans mes following ni dans ma TL.

Je suis pour ceux qui ont leurs convictions bien ancrées dans leur tête sans virevolter, quelque soit le sujet. La preuve, ceux qui ont virevolté à Madagascar en sont pour leurs frais…Ce qui est triste, c’est qu’ils emmènent le peuple malgache dans leur course vers…l’abîme…
Chef indien Cree
Lorsque le dernier arbre aura été abattu, la dernière rivière polluée, le dernier poisson pêché, les hommes s’apercevront que l’argent n’était pas comestible.

Pour info, j’ai mis cette citation comme étant ma présentation « sensibilisatrice » sur Twitter et sur ma page Environnement.

Allez, bon vendredi à tous et bon week-end !!!

Les commentaires sont fermés.