J’dis ça, j’dis rien «mot-clic, un hashtag est un mot cliquable». Mais comment ai-je pu rater cette information ???

Par défaut


Voilà vous savez tout maintenant ! Le mot hashtag a sa traduction en français avec mot-clic…depuis l’année dernière…

Et c’est grâce toujours à mon journal paperli Ma cabane au Canada  que je l’ai découvert🙂 Merci les twittos, j’apprends beaucoup de vous !

Voici le lien vers l’article en question, relayé par @MarioAsselin

Quant à moi, je suis partie, comme de bien entendu, à la recherche de quelques sites qui en «parlent» :

Hashtag ou mot-clic? Pourquoi pas en français – OQLF
La popularité des réseaux sociaux entraîne avec elle une vague de termes anglais dans la langue. Hashtag est un de ceux-là, mot récemment créé par nos voisins américains, il s’emploie de plus en plus au sein de la communauté des microblogueurs. L’Office propose déjà un terme construit à partir d’éléments français et qui a tout ce qu’il faut (brièveté, sonorité et intelligibilité) pour voler la vedette à son équivalent anglais qui, pour un francophone, n’a rien d’évocateur, avouons-le. Cette proposition arrive à point, avant que le terme anglais ait eu le temps de s’installer. On sent déjà que mot-clic pourrait plaire, il reste à souhaiter que l’ensemble des usagers de langue française se l’approprient.
Soit dit en passant, l’Office Québecois de la Langue Française propose ici l’Index général des expressions et mots traités et autres index 

Le mot-clic #Pinterest une infographie créée avec Visual.ly – cheznadia.com
15/03/2012 – Eh oui, grâce à Visual.ly je vous produis cette petite infographie sur la circulation récente du mot-clic (hashtag) #Pinterest, en référence à la nouvelle sensation parmi les réseaux sociaux.

Hashtag ou mot-clic? – ledevoir.com
Fabien Deglise   17 février 2011 11h06  Les mutations tranquilles
La mutation linguistique n’est pas jouée d’avance. «Mot-clic», la proposition de l’Office québécois de la langue française (OQLF) pour franciser le concept anglophone de «hashtag», inhérent au célèbre site de microclavardage Twitter, a déclenché de vives réactions dans le cyberespace. Partout sur la planète francophone.
Dévoilée par Le Devoir hier — forcément sur Twitter — l’existence d’une version francisée de «hashtag», ce mot cliquable qui permet de faire du référencement dans le site de micro-clavardage, n’a laissé personne indifférent. Ce matin, le sujet est devenu l’un des plus abordé par les internautes sur Twitter, selon l’outil de mesure des tendances TrendsMontreal.

Au cas où vous ne le saviez pas, comme moi, Wikipedia  délivre les infos suivantes à propos de Twitter :
À partir de la fin août 2009, Twitter renforce son infrastructure pour ne plus avoir d’indisponibilité, en prévoyant de poursuivre sa forte croissance.
Le avril 2010, Tweetie est rachetée par Twitter.
Depuis le 31 aout 2010, les APIS de Twitter n’utilise plus le Basic Auth, forçant ainsi toutes les applications de son écosystème à utiliser oAuth pour se connecter à ses serveurs. Dans les premiers jours de Twitter, le Basic Auth a permis aux développeurs de créer des applications facilement, les modalités d’identification y étant extrêmement simplifiée. Suite au passage à oAuth, un épisode surnommé l’oAuthpocalypse, des milliers d’applications de la première génération de Twitter ont disparu.
Le 25 mai 2011, le client Twitter Tweetdeck est rachetée par Twitter pour 40 millions de dollars.
Le 5 juillet 2011, l’outils de gestion analytic de Twitter BackType est rachetée par Twitter.
Le 20 janvier 2012, l’agrégateur d’informations Summfy est rachetée par Twitter.
Le 3 mars 2012, le site spécialisé dans les microblogs Posterous, un concurrent de Tumblr est racheté par Twitter.

Les commentaires sont fermés.