Parler à ma place : «L’Education nationale, un Grand Corps Malade»

Par défaut


Dans la même veine que le cri du cœur d’hier, voici une chanson engagée de Grand Corps Malade à propos de l’Education Nationale. Celle-ci n’est malade ni d’hier ni de maintenant cela fait longtemps, très longtemps même et je pense qu’il est temps – à nouveau – de republier cette vidéo…Histoire de rappeler aux candidats que l’éducation est à la base de tout, enfin j’dis ça, j’dis rien…

Mais tout d’abord, voici quelques reportages sur l’éducation en France principalement, mais aussi cette vidéo sur l’enseignement en Finlande

Peut-on sauver l’école?
Ajoutée par AkademTV le 2 juil. 2010
Alain Finkielkraut, philosophe, professeur à l’Ecole polytechnique, s’inquiète de l’évolution de l’école républicaine. Serait-elle paradoxalement en train de céder sous les coups de la démocratisation. Que reste-t-il à en sauver.
Retrouvez cette conférence et de nombreuses autres sur http://www.akadem.org//sommaire/themes/liturgie/7/2/module_2285.php

François Dubet – Déclin de l’institution scolaire et conflits de principes
Ajoutée par UOC le 25 janv. 2010
Il est paradoxal de parler de déclin de l’institution scolaire en France alors que nous nous trouvons à un moment de toute puissance de celle-ci : actuellement, il y a plus de personnes que jamais au sein du système éducatif (aussi bien élèves que professeurs) et, de plus, l’éducation est élémentaire pour pouvoir accéder au monde professionnel. Pourquoi parlons-nous donc de déclin ? Débat sur l’éducation avec François Dubet, sociologue professeur de l’université de Bordeaux II et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales de Paris (19 janvier 2010 au MACBA).

Reportage – Education nationale un grand corps malade
Un film de Emmanuel Amara et Jean-Philippe Amar avec Raphaël Bourdelon et Raphaël Péaud. Diffusion sur Canal+, le 3 septembre 2007.

La faillite de l’école française

Et voici la chanson engagée de Grand Corps Malade avec les paroles que j’ai trouvées ici

J’m’appelle Moussa, j’ai 10 ans, j’suis en CM2 à Epinay
Ville du 93 où j’ai grandi et où j’suis né
Mon école elle est mignone même si les murs sont pas tous neufs
Dans chaque salle y a plein de bruit moi dans ma classe on est 29

Y a pas beaucoup d’élèves modèles et puis on est un peu dissipés
J’crois qu’nous sommes ce qu’on appelle des élèves en difficulté
Moi en maths j’suis pas terrible mais c’est pas pire qu’en dictée
C’que je préfère c’est 16h j’retrouve les grands dans mon quartier

Pourtant ma maitresse j’l’aime bien elle peut être dure mais elle est patiente
Et si jamais je comprends rien elle me réexplique elle est pas chiante
Elle a toujours plein d’idées et de projets pour les sorties
Mais on a que 2 cars par an qui sont prêtés par la mairie

Je crois que mon école elle est pauvre, on n’a pas de salle informatique
On n’a que la cour et le préau pour faire de la gymastique
A la télé j’ai vu que des classes faisaient du golf en EPS
Nous on a que des tapis et des cerceaux et la détresse de nos maitresses

Alors si tout s’joue à l’école, il est temps d’entendre le SOS
Ne laissons pas s’creuser l’fossé d’un enseignement à deux vitesses
Au milieu des tours y a trop de pions dans le jeu d’échec scolaire
Ne laissons pas nos rois devenir fou dans des défaites spectaculaires

L’enseignement en France va mal et personne peut nier la vérité
Les zones d’éducation prioritaires ne sont pas des priorités
Les classes sont surchargées pas comme la paye des profs minés
Et on supprime des effectifs dans des écoles déjà en apnées

Au contraire faut rajouter des profs et des autres métiers qui prennent la relève
Dans des quartiers les plus en galère, créer des classes de 15 élèves
Ajouter des postes d’assistants ou d’auxiliaires qui aident aux devoirs
Qui connaissent les parents et accompagnent les enfants les plus en retard

L’enseignement en France va mal, l’état ne met pas assez d’argent
Quelques réformes à deux balles pour ne pas voir le plus urgent
Un établissement scolaire sans vrais moyens est impuissant
Comment peut on faire des économies sur l’avenir de nos enfants

L’enseignement en France va mal car il rend pas les gens égaux
Les plus fragiles tirent l’alarme mais on étouffe leur écho
L’école publique va mal car elle a la tête sous l’eau
Y a pas d’éducation nationale, y a que des moyens de survies locaux

Alors continuons de dire aux p’tit frères que l’école est la solution
Et donnons leur les bons outils pour leur avenir car attention
La réussite scolaire dans certaines zones pourrait rester un mystère
Et l’égalité des chances un concept de ministère

Alors si tout s’joue à l’école, il est temps d’entendre le SOS
Ne laissons pas s’creuser l’fossé d’un enseignement à deux vitesses
Au milieu des tours il y a trop de pions dans le jeu d’échec scolaire
Ne laissons pas nos rois devenir fous dans des défaites spectaculaires.

J’m’appelle Moussa, j’ai 10 ans, j’suis en CM2 à Epinay
Ville du 93 où j’ai grandi et où j’suis né
C’est pas d’ma faute à moi si j’ai moins de chance d’avoir le bac
C’est simplement parce que j’vis là, que mon avenir est un cul de sac.

Les commentaires sont fermés.