Je vais m’exprimer aujourd’hui à propos des élections présidentielles en France

Par défaut


Nous voilà donc partis pour cinq ans avec François Hollande à la présidence du pays. Soit. En toute connaissance de cause avec ses casseroles qui ont peu intéressé les médias ? Si oui, OK, sinon, je vous les livre ici…

Mais tout d’abord, je tiens à dire que je n’ai pas du tout aimé comment les résultats des élections ont été présentés. Vous pouvez dire tout ce que vous voulez, que je suis une mauvaise perdante etc. mais je vais m’exprimer quand même. Sans aucune agressivité ce qui n’a pas été le cas durant toute cette période électorale.
Les chaînes TF1 (traditionnellement de droite) et France 2 (connue comme s’affichant à gauche) n’ont montré, 5 minutes avant l’annonce officielle, QUE les endroits où s’étaient réunis les partisans du PS, avec la joie sur le visage des gens. Elles ont fait également un gros plan sur Alain Juppé et NKM (je préfère mettre ses initiales de peur d’écorcher son nom) qui affichaient un visage fermé. Ce qui voulait dire que c’était joué d’avance.
J’ai même crié pendant 5 minutes «ils n’ont pas le droit, ils n’ont pas le droit». On m’a répondu «calme-toi, c’est ainsi». Bref, passons.

J’ai beaucoup d’amis virtuels comme réels (les deux le sont, réels, et je ne vois pas pourquoi je tiens à le préciser pourtant) qui sont de gauche comme de droite.
J’en ai discuté récemment avec une amie qui n’est ni pour Sarkozy ni pour Hollande : nous sommes toutes les deux d’accord sur un point : que l’humanité se réveille !!!
Pour ma part, je ne suis d’aucun bord, je veux dire je n’ai ni la carte UMP ni la carte PS mais je vote plutôt à droite. En réalité, j’ai commencé à voter à droite en 2007 en mon âme et conscience car aux précédentes élections présidentielles, je crois que j’ai toujours voté blanc ou que je me suis abstenue.
Et pourquoi 2007 ? Tout simplement parce que Nicolas Sarkozy me semblait avoir les idées novatrices pour gouverner le pays et surtout (eh oui, c’est bête hein ?) il a fait la promesse de rompre avec la Françafrique. Tiens au fait, François Hollande en a –t-il parlé ? Je ne me souviens pas…
Nicolas Sarkozy a mené ses réformes cahin caha en pleine crise mondiale, il a réussi dans certaines choses, il a échoué dans d’autres.
Ce que je pensais pendant cette période électorale ? J’ai fait le parallèle entre Marc Ravalomanana et Nicolas Sarkozy : que cela devait être comme ça que Marc Ravalomanana – candidat pour un 2ème mandat – a été descendu, voire diabolisé en 2008 jusqu’à sa destitution par un coup d’état qui a mené à une grave crise politique grave que vit toujours le pays jusqu’à maintenant. On n’a relevé que les erreurs de Nicolas Sarkozy…Et que dire de Barack Obama, ce qui l’attend en novembre prochain ? Ces trois personnages politiques incarnent le changement de mon point de vue…

Alors, je vais relever dès maintenant les casseroles de François Hollande pour en connaître la suite…si on en parle évidemment…

Mot clé : Rose Mafia

J’ai entendu parler seulement récemment de la Rose Mafia. Comme à mon habitude, j’ai fait mes recherches et en voici les résultats.

’’Rose mafia’’ ou la corruption au sein du PS vue de l’intérieur
« C’est pas un livre anti-PS, ni anti-Hollande. C’est un livre anti-système », prévient Gérard Dalongeville. L’ancien maire socialiste de Hénin-Beaumont (2001-2009) publie pourtant, ce jeudi, un livre très embarrassant pour le parti socialiste, en pleine campagne présidentielle.

Dans Rose mafia, Gérard Dalongeville raconte comment des commissions ont été versées illégalement au PS par des entreprises du nord de la France en vue d’obtenir des marchés publics… Un système dont certains aurait également tiré profit personnellement.
L’auteur du livre lui même mis en examen
« Ce système, je le connais bien, puisque je l’ai vécu personnellement en tant que maire. Donc il n’y a pas d’à peu près », insiste-t-il. Et pour cause : il a lui-même été poursuivi en avril 2009 pour détournement de fonds publics, et placé en détention provisoire pendant huit mois.

En novembre 2009, il est libéré puis réincarcéré pour non respect de son contrôle judiciaire. Un mois plus tard, il craque et écrit une lettre à la juge d’instruction de Béthune, Véronique Pair. Il en enverra une autre début 2011. Dans ces courriers, il révèle comment le détournement d’argent public dans sa ville était destiné à financer son parti.

Rose Mafia : une épine dans le pied de François Hollande
Affaires
Publié le 26 février 2012
Des Bouches du Rhône au Pas de Calais, les affaires socialistes plombent la campagne de François Hollande. Inéluctable retour de bâton pour le parti socialiste qui avait fait de la moralité publique son principal argument de campagne.

Le train de vie des élus
Le livre « Rose Mafia » entend également dénoncer le train de vie de certains élus. Ainsi, Gérard Dallongeville pointe le député-maire de Liévin, Jean-Pierre Kucheida, qui aurait utilisé la « carte affaires » de la Soginorpa, société qui gère les logements issus de compagnies minières.

«Rose Mafia», l’épine dans le pied du PS
BONNES FEUILLES

Publié le mercredi 22 février 2012 à 06h00
Le livre sulfureux de Gérard Dalongeville sur le PS du Pas-de-Calais sort demain en librairie. Nord éclair se l’est procuré et vous en livre quelques extraits. Tout ce qu’y dénonce l’auteur est depuis plusieurs mois entre les mains de la justice, qui lui a accordé suffisamment de crédit pour décider d’ouvrir quatre enquêtes préliminaires simultanées.
Gérard Dalongeville évoque son entrée en franc-maçonnerie où se mêlent responsables du PS 62 et grands patrons d’entreprises. «Chacun a une fonction qui peut en intéresser un autre. L’un est entrepreneur dans le bâtiment, l’autre donneur d’ordres, maître d’ouvrage, un autre est maire, directeur de SEM, un autre encore architecte… Rien n’est laissé au hasard : tous les maillons sont là, pour ne pas rater un marché, une candidature, un appel d’offres.» Sur le bailleur social héritier des logements miniers : «La Soginorpa n’est pas seulement un tiroir-caisse pour JPK, une machine à marchés lucratifs pour les entreprises du bâtiment, c’est aussi un distributeur d’emplois fictifs pour récompenser les copains et s’assurer de leur silence et de leur soumission.»

« Ces casseroles qui intéressent peu les médias »

Bien entendu, je ne suis pas restée sur ce seul mot clé, j’ai poursuivi mes investigations et voici quelques paragraphes relevés dans les articles – pas forcément dans l’ordre chronologique de publication – à propos des « casseroles qui intéressent peu les médias ».

François Hollande continue d’être, comme depuis le début de sa campagne, le «candidat des journalistes», qui lui passent toutes ses approximations et s’extasient devant ses tirades poussives prononcées depuis les tribunes socialistes.

Si les « révélations » de Mediapart et Libération sur le « système Sarkozy » font l’objet de très nombreuses reprises dans les médias, les journalistes se font bien plus discrets lorsqu’il s’agit d’évoquer les affaires qui plombent la gauche et le parti socialiste.

Comment le parti socialiste peut-il mettre un département entier en coupe réglée ? Pourquoi l’hypocrisie des éléphants socialistes, qui jouent aux vierges effarouchées, n’est pas crédible ? Dans son livre règlement de comptes, Rose Mafia, Gérard Dalongeville, ancien maire PS d’Hénin-Beaumont nous plonge au cœur d’un «système généralisé de corruption» dont il a longtemps été l’un des rouages.
Un système «pourri jusqu’à la moelle» selon les mots de Gérard Dalongeville (qui en fut toutefois l’un des piliers jusqu’à sa mise en cause par la justice) et qui aurait notamment eu pour véhicule financier deux organismes publics de financement contrôlés par le PS : laSoginorpa et l’Adévia. Deux organismes publics qui viennent de se faire sévèrement épingler par la chambre régionale de la Cour des Comptes, qui cherche notamment à comprendre comment 1,5 million d’euros ont pu disparaître sans justification comptable.

François Hollande, dont les bons échos actuels de la candidature à la primaire citoyenne tiennent beaucoup à son cachet de rectitude intellectuelle et morale, est très récemment allé dans le même sens. Dans une déclaration du 1er septembre, il évoque même la possibilité d’une exclusion. On ne peut que se réjouir d’une telle clarification qui consonne avec l’ambition d’un candidat à une «présidence normale», en rupture avec les pratiques d’un certain exceptionnalisme politique.
Comment dès lors expliquer tant d’atermoiements ? Si la gauche, qui s’est historiquement élevée sur le socle d’une protestation morale réclamant la justice pour les plus démunis, renonce à ce fondement, que lui restera-t-elle vraiment ? A ne parler que le langage de la science économique – tout nécessaire qu’il soit – ou à n’invoquer que le réalisme politique qu’imposerait la conquête du pouvoir, elle risque de perdre toute raison d’être. Expliquer les accrocs à la morale publique par les circonstances, comme on rend compte de la Terreur de 1793 par la guerre extérieure et le complot intérieur, revient à trahir les valeurs sur laquelle la gauche a prospéré. A quelle culture politique peut bien s’attacher tel collaborateur de Georges Frêche qu’on entend vanter le recours au mensonge dans le très remarquable film qu’Yves Jeuland a consacré au défunt leader de la «Septimanie» ?
Reste que la politique est implacable et qu’il est en effet des moments où les accommodements s’imposent. Encore faut-il savoir, pour employer la terminologie du philosophe Charles Taylor, jusqu’où ceux-ci sont raisonnables. Tout l’art de la politique repose précisément sur l’intelligence de cette appréciation.

Cette bévue «hollandaise» en cache une autre […] tout aussi monumentale même si elle n’a guère été remarquée. Interrogé dimanche dernier par Anne-Sophie Lapix sur l’antenne de Canal plus, François Hollande nous a livré en effet son extravagante solution aux problèmes de la Grèce. Il eût fallu, selon lui : «un plan massif d’austérité dès le départ, mais accompagné de mesures de solidarité et d’une relance avec des Eurobonds.» Bref, appuyer à la fois sur le frein et l’accélérateur : la voie royale qui conduit un véhicule au fossé ! Heureusement, personne ne lui demande en quoi un candidat de gauche peut se montrer partisan d’une austérité féroce. Ni comment il s’y prendra pour émettre des Eurobonds que le Tribunal constitutionnel fédéral de Karlsruhe considère comme contraire à la loi fondamentale allemande. Il en a de la chance !
Plutôt gauche qu’à gauche, François Hollande est un mauvais candidat qui n’a en réalité qu’une qualité : il sait exploiter les faiblesses des autres, en l’occurrence l’usure de Sarkozy et de Bayrou. Dans une France en régression, la capacité à tirer parti des problèmes d’autrui est évidemment un atout. Mais le candidat socialiste est à la peine dès qu’il ne lit plus un discours. Il a beau se cacher, les incohérences et les reniements de son projet se multiplient, avant même que l’affrontement présidentiel ne soit entré dans sa phase finale.

SOURCE
Rose Mafia : une épine dans le pied de François Hollande
Affaires
Publié le 26 février 2012

La finance, ennemie ou pas : à quelle déclaration de François Hollande se fier ?
Double discours
Publié le 15 février 2012 – Mis à jour le 16 février 2012

Affaires : ces casseroles socialistes qui intéressent peu les médias
Passé sous silence
Publié le 14 février 2012 – Mis à jour le 15 février 2012
LES DERNIERS ARTICLES DU MÊME AUTEUR :
Quand François Hollande se mobilisait pour Cesare Battisti
« Destin judiciaire » de Sarkozy : l’UMP renvoie Arnaud Montebourg aux affaires dans lesquelles est mêlé le Monsieur justice du PS
État PS : pas encore élue, la gauche se prépare déjà à faire le ménage chez les hauts fonctionnaires

Affaire Guérini : « Si la gauche renonce à défendre la morale, que lui reste-t-il ? »
La morale en berne
Publié le 9 septembre 2011 – Mis à jour le 12 septembre 2011
LES DERNIERS ARTICLES DU MÊME AUTEUR :
Au secours, la gauche intolérante revient !

L’aveu ! Comment la BCE a trahi son mandat à la demande de Nicolas Sarkozy
Débat Hollande-Sarkozy, ils l’ont vu, ce qu’ils en ont retenu

Pour Montebourg, Guerini a été protégé par Aubry (vidéo)
Guerre Interne
Publié le 13 septembre 2011

  1. Bonsoir Julien, merci de ta visite et de ton commentaire. Bienvenue sur mon blog.

    Oui comme je l’ai dit dans mon billet, on n’a fait que relever les erreurs de Sarkozy, et par ailleurs je parle carrément d’antisarkozysme primaire qui a beaucoup joué en faveur de Hollande.

    Marine Le Pen qui préfère que la Gauche gagne pour qu’elle soit la seule opposition (pour elle, l’UMP est morte), c’est impensable mais cela risque d’arriver aux législatives. La gauche veut avoir tous les pouvoirs exécutifs comme législatifs, ça ne s’est jamais vu mais on va la vivre en live pendant 5 ans !!! Si on ne réagit pas !!!

    la démocratie a élu François Hollande à 51% et des poussières (oui ça a baissé depuis les estimations d’hier) mais il y a les 49% dont les gens au pouvoir doivent tenir compte…J’ai dit cela aussi en 2007…

    La démocratie ne s’arrête pas aux élections, ne l’oublions pas…

    People, wake up !!!

  2. sarkozy, n’a pas un bilan si mauvais, on va morfler avec hollande surtout avec aubry en ministre, hollande n’a aucune expérience aux hautes fonctions.

  3. Bonjour Citoyenne,

    Ton commentaire est bien passé, c’est moi qui ai remis l’attente de modération de tous les commentaires, y compris pour ceux qui ont déjà commenté, au vu des spams que je reçois tous les jours. J’en suis désolée ma citoyenne préférée…

    Quant aux fuites concernant les résultats, oui j’ai vu aussi dès le milieu de l’après midi. alors quid de la plainte de tout citoyen français qui veut en parler ? quid des 75 000€ d’amende et annulation de l’élection ?

    Evidemment, si moi par exemple, j’aurais décidé de porter plainte, comment va-t-elle être perçue/reçue ?

    Les partisans du PS auraient dit, s’ils savaient que les plaintes venaient de la droite, mauvais perdants etc…

    Bref, j’espère ne pas avoir à faire comme avec Rajoelina : de ne relever que les déboires en France…

    L’Allemagne a déjà annoncé la couleur :
    L’Allemagne estime impossible de renégocier le pacte budgétaire européen comme le veut Hollande http://t.co/r5WqANnt via @le_figaro

    Un autre article publié il y a 4 heures sur 20mn.fr
    François Hollande. C’est quoi un président «normal»?
    http://fr.news.yahoo.com/pr%C3%A9sidentielle-type-pr%C3%A9sident-sera-fran%C3%A7ois-hollande-034140963.html
    Bon j’arrête là car je n’ai pas envie d’aller dans ce sens.

    Par ailleurs, sur Twitter, on me dit (un GTT) qu’il aurait fallu faire le parallèle entre les Winners : #Madagascar Ravalomanana et François Hollande. Et j’ai répondu que je n’aligne pas Ravalomanana avec Hollande…

    Mon coeur saigne DOUBLEMENT…

  4. Tiens, mon commentaire n’est pas passé… je re-comm’

    Kikoo Pretty,

    Je ne vais pas réagir sur les résultats de l’élection mais plutôt sur les 5 min d’avant quand tu cries « ils n’ont pas le droit »….

    J’ai suivi tout au long de la journée le hashtag #RadioLondres sur Twitter et je me suis bien amusée à voir la créativité des gens pour contourner la loi pour annoncer les résultats des sondages de source belge ou suisse, et cela dès le milieu de la journée.

    Comme c’est la première élection avec la démocratisation de Twitter et Facebook, il faudra bien que vous révisiez votre loi si vous tenez à ne rien savoir avant 20h.

    Bises et bonne semaine à toi ma PZ préférée.

  5. Kikoo Pretty,

    Je ne vais pas réagir sur les résultats de l’élection, mais plutôt parler des 5 min avant la proclamation, quand tu cries « ils n’ont pas le droit »…

    J’ai suivi toute la journée le hashtag #radiolondres sur twitter et j’avoue que je me suis bien amusée à voir la créativité des gens pour contourner la loi et annoncer les résultats des sondages, de source belge ou suisse, et cela dès le milieu de la journée .

    Comme c’est la première élection avec twitter, on dit qu’il faudra bien que vous révisiez votre loi pour les prochaines élections.

    Bises et bonne semaine à toi Pretty.