12 mai 2012 : Manifestation à Bastille pour la légalisation du cannabis

Par défaut

Cannabis : «La France a le modèle le plus répressif en Europe» – 20 minutes
Publié le 5 avril 2011
INTERVIEW – Michel Kokoreff, sociologue, auteur de «La drogue est-elle un problème? Usages, trafics et politiques publiques»…
Le maire écologiste de Stéphane Gatignon propose de légaliser le cannabis. Michel Kokoreff, professeur de sociologie à l’Université Nancy 2, auteur de La drogue est-elle un problème? Usages, trafics et politiques publiques, aux éditions Payot revient pour 20Minutes sur le cas particulier de la France en matière de consommation et de répression du cannabis…
Que pensez-vous de la sortie du livre «Pour en finir avec les dealers» de Stéphane Gatignon et Serge Supersac?
Je n’ai pas lu ce livre, mais j’ai lu les articles qui en faisaient part. Il est intéressant pour au moins une raison: il permet de poser à nouveau le débat sur les limites de la prohibition et il permet de sortir de l’hypocrisie et du statu quo sur le sujet. Dans la plupart des pays européens, un débat sur le cannabis a eu lieu ces dernières années. Et la peine la plus lourde, la condamnation à de la prison ferme, ne concerne plus désormais la simple consommation de stupéfiants (ndlr: en France, le simple usage peut être puni d’une peine d’un an de prison ferme et de 3.750 euros d’amende). En 2009, les Etats-Unis ont eux aussi posé le débat de savoir s’il fallait légaliser ou non la marijuana. Et même dans les milieux ultras conservateurs, la question n’était pas tranchée. Certains se sont aperçu que c’était aussi un moyen de faire rentrer de l’argent dans les caisses, en le commercialisant, en le taxant.

Législation sur le cannabis dans le monde – Wikipedia

Cette page présente un aperçu des législations sur le cannabis dans le monde. Le cannabis est mis hors-la-loi dans la majorité des pays du monde au cours du xxe siècle : la convention unique sur les stupéfiants de 1961 proscrivant le cannabis dans tous les pays signataires est indéniablement une retombée du Marihuana Tax Act de 1937 aux États-Unis d’Amérique. Néanmoins, les raisons de cette criminalisation semblent avoir été différentes de part et d’autre de l’Atlantique (bien que l’influence des prohibitionnistes américains semble déterminante).
Depuis les années 2000, le Canada et plusieurs autres pays ont commencé à distinguer l’usage médical du cannabis de la possession simple de cannabis. C’est aussi le cas de treize États des États-Unis, bien qu’une récente décision au niveau fédéral contredise cette politique.
La culture, la possession pour usage privé et la distribution sont généralement réglementées. Les lois varient néanmoins d’un pays à l’autre.
Dans de nombreux pays, la police exerce un pouvoir discrétionnaire, mettant en garde les usagers ou confisquant le cannabis, même en petites quantités, à usages privé ou médical. L’Office des Nations unies contre la drogue et le crime, organe de l’ONU crée en 1997 est ainsi chargé de lutter contre le cannabis dans 192 pays, via une politique de prohibition. La prohibiton du cannabis est souvent source de débat en raison du trafic qu’elle engendre.

Hollande ne propose pas de légaliser le cannabis – Le Nouvel Observateur
Créé le 25-03-2012
Légaliser le cannabis pour saper l’économie parallèle et lutter ainsi contre le trafic d’armes, comme proposé par la candidate écologiste à l’Elysée Eva Joly, n’est pas une « proposition de François Hollande », a souligné, dimanche 25 mars, l’un de ses porte-parole, Bruno Le Roux.
Interrogé en marge d’un déplacement de François Hollande en Corse, Bruno Le Roux a souligné que ce qu’a dit Eva Joly « ne figure pas dans l’accord qui a été signé avec les Verts ».
« Ces idées ont été évoquées avec quelques différences par Daniel Vaillant dans un rapport fait il y a presque un an qui disait vouloir (…) essayer de tarir les filières qui produisent aujourd’hui de l’argent sale dans les cités (…). Alors est-ce que c’est la seule, la bonne solution, il faut réfléchir », a-t-il poursuivi.
Selon Joly, la légalisation peut régler « beaucoup de problèmes dans nos cités »

Dépénalisation cannabis: la gauche en pétard ? – Libération
28 janvier 2012 Par BENJAMIN BILLOT
Tout le monde était d’accord. Les intervenants : Patrice Bessac, porte-parole du Parti Communiste, fin connaisseur des problématiques liées aux drogues et Annick Lepetit, député PS. Mais aussi la modératrice et le public, en tout cas la partie qui s’est exprimée. Pas de débat donc. Plutôt un état des lieux, une présentation des arguments pro-légalisation. Des arguments qui s’élaborent à partir d’un constat : celui de l’échec de la guerre contre la drogue initiée par Nixon dans les années 70 et propagée dans une bonne partie du monde occidental. Coûts exorbitants, résultats discutables sinon inexistants, trafics florissants, quartiers entiers vivant sur l’argent de la drogue, consommateurs innombrables… Autant de signaux forts qui devraient pousser à une évolution de la législation sur la drogue en général et sur le cannabis en particulier, selon Patrick Bessac et Annick Lepetit.
«Le but ce n’est pas d’encourager la fumette»
Et ils parlent bien de légalisation. Pas de dépénalisation, « trop hypocrite » selon la député PS qui met en valeur l’absurdité d’un système tolérant la consommation d’un produit dont la production et la vente serait interdite. La légalisation, une manière de baisser les bras devant le fait accompli ? Au contraire, selon Annick Lepetit, « ce qui est grave, c’est le non-dit, c’est de ne rien faire ». La député met au passage les choses au clair, « le but ce n’est pas d’encourager la fumette, de dire allez-y faites pousser de l’herbe sur vos balcons ». Mais plutôt de prendre à bras le corps une problématique qui a un« fort impact social ». Patrice Bessac va même un peu plus loin. Mi-figue mi-raisin, il prône un  « circuit court de production, des cultures bios », qui permettraient d’obtenir «des produits de qualité ».

Répression, dépénalisation, légalisation… comment le cannabis divise au PS – Le Monde
Le Monde.fr | 19.09.2011 à 12h59 • Mis à jour le 19.09.2011 à 16h39
Par Alexandre Léchenet
Lors du débat entre candidats à la primaire socialiste diffusé jeudi 15 septembre,Jean-Michel Baylet, président du Parti Radical de Gauche, a étonné les téléspectateurs en choisissant comme « carte blanche » les sujets de société et notamment la légalisation du cannabis.
Dans son livre programmatique L’audace à gauche, M. Baylet se déclare en effet favorable à « la légalisation du cannabis pour assécher les sources de financement des trafics de drogues, ainsi que le renforcement des moyens des brigades de lutte contre les trafics de stupéfiants, qui sont à l’origine de nouvelles formes de criminalité organisée toujours plus violentes. »
Le 13 septembre, c’était Martine Aubry, autre candidate, qui répondait à cette question à l’occasion d’un chat avec les lecteurs du site Rue89. Elle s’est alors prononcée pour une dépénalisation, associée à un renforcement des sanctions sur les trafiquants. Lors du débat télévisé, elle a précisé son souhait : une »dépénalisation de l’usage pour ceux qui ont moins de 5 grammes dans la poche », et une plus forte pénalisation des traficants.

DEBAT : Faut-il légaliser le cannabis en France ? – RMC
16/06/2011
Un groupe de députés socialistes, amené par l’ancien ministre Daniel Vaillant, préconise dans un rapport de légaliser le cannabis. Consommation encadrée mais autorisée et commercialisation assurée par l’Etat : y êtes-vous favorable ?
Menés par l’ancien ministre de l’Intérieur Daniel Vaillant, des députés estiment que la répression est une impasse, la consommation de cannabis n’étant pas freinée par une législation parmi les plus répressives en Europe. Le rapport des parlementaires, qui ont auditionné pendant 15 mois des policiers, magistrats, sociologues, addictologues et malades, propose de mettre en place une filière avec 53.000 hectares cultivés par la filière bio, un contrôle de l’importation et une distribution sous licence par les buralistes notamment. Les mineurs ne seraient pas concernés par l’autorisation de consommer.

Légalisation du cannabis: L’argumentaire des pro et des anti – 20 minutes
Publié le 16 juin 2011.
POLÉMIQUE – Diminution du trafic et de la délinquance, création d’emplois, désengorgement du système judiciaire ou encore contrôle des produits. «20 Minutes» fait le point…
La gauche a relancé mercredi le débat sur la légalisation du cannabis en prônant, dans un rapport parlementaire, une «légalisation contrôlée» de cette drogue et la mise en place d’une véritable «filière nationale». Ce à quoi le gouvernement s’est fermement opposé ce jeudi. 20 Minutes fait le point des arguments des pro et anti-légalisation.
La légalisation entraînerait automatiquement une diminution du trafic et de la délinquance
Légaliser le cannabis permettrait de casser les trafics et donc de faire baisser les tensions entre les groupes criminels qui font commerce de cette drogue.

Faux, répondent les anti-légalisation: la mise en place d’un circuit de production et de distribution contrôlé – et bien entendu taxé – par l’État ne mettra pas fin aux trafics. Ils en veulent pour preuve la  contrebande de cigarettes qui persiste malgré l’offre légale. Sans compter que la légalisation risquerait d’attirer, comme aux Pays-Bas, une clientèle européenne de consommateurs.
A LIRE AUSSI
Actu
: Cannabis: Villepin prône une dépénalisation
Les faits : Cannabis: La gauche relance le débat en prônant une «légalisation contrôlée»
Article : Guéant « absolument opposé » à une dépénalisation du cannabis
Article : Cannabis : «La France a le modèle le plus répressif en Europe»
Article : Le trafic de cannabis, une activité peu rentable pour la majorité des dealers
Article : La légalisation du cannabis rapporterait 1 milliard d’euros à l’Etat
Article : Carte cannabis aux Pays-Bas: Quelle législation dans le reste de l’Europe?

Les commentaires sont fermés.