Changer le monde au G20 pour que celui-ci ne reste pas G(vain)

Par défaut

J’ai beaucoup «parlé» de ce G(vain) sur mon blog précédent que j’ai fermé. En revanche, voici un lien non exhaustif de billets publiés sur le Net à ce propos. Si cela vous intéresse bien entendu.
Aujourd’hui, il ne s’agit pas de rester sur ce Gvain, alors je vous propose à travers ce billet quelques liens qui «parlent» du sommet du G20 qui s’est achevé hier. Je n’ai relevé que quelques articles puisque quelques médias ont repris le même sous différents titres…

Le sommet du G20 

Wikipedia
Le Groupe des 20 (ou G20) est un groupe composé de dix-neuf pays et de l’Union européenne dont les ministres, les chefs des banques centrales et les chefs d’États se réunissent régulièrement. Il a été créé en 1999, après la succession de crises financières dans les années 19901. Il vise à favoriser la concertation internationale, en intégrant le principe d’un dialogue élargi tenant compte du poids économique croissant pris par un certain nombre de pays.
Le G20 représente 85 % du commerce mondial, les deux tiers de la population mondiale et plus de 90 % du produit mondial brut (somme des PIB de tous les pays du monde)1.
Le 15 novembre 2008, pour la première fois de son histoire et à l’initiative de Nicolas Sarkozy et de Gordon Brown2, les chefs d’État ou de gouvernement se sont réunis. Actuellement, le G20 se décline sous trois formes : les G20 regroupant des chefs d’État et de gouvernement, les G20 finance regroupant les ministres des finances et les gouverneurs des banques centrales et, depuis les 20-21 avril 2010, des G20 sociaux, réunissant les ministres de l’emploi.

G20 : François Hollande se présente en vainqueur
Le Figaro – Par Anne Cheyvialle, François-Xavier Bourmaud
Le chef de l’État se félicite des avancées au sommet de Los Cabos sur les quatre priorités qu’il s’était fixées.
En confiance et content de lui. François Hollande s’est présenté en grand vainqueur à Los Cabos, au Mexique, où s’est achevé mardi le sommet des chefs d’état du G20. «A bien des égards, ce G20 aura été utile pour le monde, qui doit retrouver de la confiance, utile pour l’Europe et aussi utile pour la France, qui aura fait prévaloir sur beaucoup de sujets ses priorités».

Au G20, Hollande ne se « dissipe » pas pour préserver l’unité de la zone euro
Le Monde.fr | 19.06.2012 à 19h38 • Mis à jour le 19.06.2012 à 19h38
Par David Revault d’Allonnes (envoyé spécial à Los Cabos, Mexique)
Surtout, ne pas avoir l’air d’ouvrir un nouveau front. Au deuxième jour du sommet du G20 à Los Cabos (Mexique), François Hollande, déjà engagé dans un bras de fer avec la chancelière allemande, Angela Merkel, n’a pas souhaité envenimer la relation avec le premier ministre britannique, David Cameron, qui à son arrivée, s’en était vivement pris aux positions françaises.
« A la différence d’autres, je ne veux mettre personne en difficulté, en accusation », a esquivé le président de la République, mardi 19 juin au matin à l’occasion d’une rencontre avec la presse française, critiquant néanmoins implicitement la posture de M. Cameron. Au point de mettre en avant, sur un mode ironique, une certaine »noblesse d’âme » qui l’empêcherait d’engager la polémique avec le chef du gouvernement britannique… Un de ses ministres se montrait nettement moins courtois, qui estimait en marge du sommet que « les Anglais sont beaucoup moins bien élevés qu’autrefois… »
Lire aussi : Cameron prêt à accueillir les entreprises qui fuient l’impôt en France

Le G20 veut ramener la confiance en promettant croissance et stabilité
letemps.ch – Mardi19 juin 2012
Le sommet des dirigeants des pays qui pèsent près de 90% du PIB mondial souhaite «renforcer la croissance mondiale et restaurer la confiance». Plusieurs pays, dont les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) attendent des mesures concrètes
Les dirigeants du G20 ont cherché lundi à Los Cabos (Mexique) à ramener un peu de confiance dans l’économie, face à des marchés toujours sceptiques, en assurant que tout serait mis en œuvre pour retrouver croissance et stabilité avec l’aide du FMI.

Le contexte était difficile car les places financières, d’abord soulagées par une victoire électorale de la droite en Grèce qui devrait permettre de former un gouvernement de coalition pro-européen, ont renoué lundi avec le pessimisme, prenant l’Espagne pour cible.

La croissance maître-mot d’un G20 préoccupé par l’Europe
liberation.fr – 19 juin 2012 à 21:04
La croissance est le maître-mot retenu par les chefs d’Etat et de gouvernement du G20 réunis à Los Cabos (Mexique), qui devaient publier mardi une déclaration commune reflétant leur préoccupation pour l’économie européenne.
« Nous nous engageons à adopter les mesures nécessaires pour renforcer la demande, soutenir la croissance mondiale et restaurer la confiance », affirment ces pays riches et émergents dans un projet de communiqué dont l’AFP a obtenu une copie.
« Une croissance forte, durable et équilibrée reste la priorité numéro un du G20, car elle engendre une création d’emplois plus importante et accroît le bien-être des peuples dans le monde entier », ajoutent-ils.
La conjoncture s’est nettement dégradée ces deux derniers mois pour l’économie de la planète. Le G20 a en particulier constaté « un regain de tension sur les marchés » en Europe.
La dégradation continue de la santé de l’économie européenne depuis fin 2009 a été un sujet récurrent des derniers sommets du G20. Los Cabos n’y a pas échappé.

Quelques liens vers le G20 de l’année dernière

LETTRE DE JUAN SOMAVIA ADRESSÉE À NICOLAS SARKOZY g20-g8.com
Monsieur le Président,
Toutes mes félicitations pour un G20 mené avec énergie, détermination et succès.
Dès le début de l’année 2011 vous avez affiché votre volonté de placer la dimension sociale de la mondialisation au coeur de la présidence du G20. Votre énergique persévérance aura permis d’obtenir des résultats ambitieux avec un message politique fort. Le social est désormais inscrit au coeur de l’agenda du G20.
[…]
Lire la lettre de Juan Somavia adressée à Nicolas Sarkozy:
Lettre de Juan Somavia, directeur général du Bureau International du Travail, adressée à Nicolas Sarkozy

AFRIQUE: « Le G20 devrait utiliser la crise comme une opportunité pour réparer l’injustice » – IPS
By Michael Chebud
ADDIS ABEBA, 1 avr (IPS) – La tâche impressionnante pour faire de l’Afrique le centre d’attention attend le Premier ministre éthiopien, Meles Zenawi, lorsque les dirigeants des économies riches et émergentes du Groupe des 20 (G20) se réuniront jeudi à Londres.
Invité par le pays hôte, Zenawi, qui dirige le nouveau Partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD), est le seul dirigeant africain, à part le président d’Afrique du Sud, Kgalema Motlanthe, à assister au sommet du G20.Zenawi était à Londres il y a deux semaines pour un pré-sommet de consultations avec de hauts responsables africains et des organisateurs du sommet, y compris le Premier ministre britannique Gordon Brown. Son message à Brown était clair : les pays les plus riches ne peuvent pas ignorer l’Afrique à la suite de cet effondrement économique mondial.
Son message est une conviction partagée par des ministres africains du Commerce qui se sont réunis à Addis-Abeba le 19 mars au siège de l’Union africaine.

LE G20 ET L’AFRIQUE – ŒUVRER ENSEMBLE POUR LA CROISSANCE ET LE DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE – ONE
Les mutations en Afrique défient les stéréotypes véhiculés au sujet de ce continent. L’Afrique compte près d’1 milliard de consommateurs et le taux de croissance de son économie devrait avoisiner les 6% au cours des cinq années à venir. En sus de la multiplication d’opportunités économiques sur le continent, la transparence des opérations gagne du terrain dans les secteurs public comme privé, tout comme la démocratie. Les liens entre l’Afrique et le reste du monde changent aussi. L’ère des relations unilatérales, de la distribution de l’aide est révolue, les relations se fondent de plus en plus sur les investissements et opportunités d’échanges réciproques et voient émerger des partenariats mieux équilibrés.
L’Afrique a un rôle à jouer dans la résolution des défis mondiaux d’aujourd’hui. Mais le continent doit aussi répondre à des enjeux majeurs qui lui sont propres : accroître la production alimentaire, transformer les taux de croissance élevés en développement économique et social pour tous et garantir que les dirigeants nationaux œuvrent au bien-être de leurs citoyens.
La présidence française du G20 doit saisir cette opportunité unique qui lui est offerte de soutenir et de promouvoir le développement de l’Afrique. Le Président Sarkozy a inscrit le développement parmi les grandes priorités du G20, aux côtés de la sécurité alimentaire, les infrastructures et la protection sociale. Il s’est engagé à mettre sur pied un mécanisme de financement innovant pour le développement dans le cadre du G20 d’ici la fin de l’année. En juin, une réunion ministérielle inédite fut organisée par le G20 sur l’agriculture dédiée principalement à la sécurité alimentaire et la volatilité des prix alimentaires. Autre innovation de la présidence française, la tenue d’une réunion conjointe des Ministres des Finances et des Ministres du Développement qui a eu lieu les 22 et 23 septembre. La France, qui assume également la présidence du G8 cette année, a cherché à rationaliser les deux processus autant que possible et soutient l’idée que le développement est une priorité incombant plutôt au G20, y compris aux bailleurs de fonds des pays émergents, qu’au G8. Le G20 a la responsabilité et l’opportunité sans précédent de prendre la tête des efforts mondiaux en faveur du développement.
ONE en appelle au G20 pour être le chef de file d’initiatives qui changeront la donne sur les sujets suivants [:]

Du G20 au G21 : Solidarité, interdépendance et Afrique – Afrology
La souveraineté commerciale a réorienté le G20 de Séoul, Corée du Sud (11-12 novembre 2010) vers la formation d’une future gouvernance économique du monde, même si les pays pauvres sont encore largement exclus. Malheureusement, la solidarité internationale effective n’est pas au rendez-vous. Ou plus exactement, la notion de don, cette forme moderne de la charité étatique a fait place à la solidarité fondée sur le retour sur investissement. Le partage de rôles entre le G20 et le Conseil de sécurité tend à émerger à la vitesse de l’escargot au plan politique. Le volet économique semble petit à petit se négocier au sein d’un groupe élargi qui besoin de donner une voix décisionnelle à l’Afrique en évoluant en G21.
1. G20 et rapports de force : refondation par la souveraineté commerciale
Le solde commercial de l’Afrique, c’est-à-dire la différence entre les exportations et les importations de marchandises, était déficitaire en 1999, soit -11 600 millions de dollars des Etats-Unis ($ US). Ce déficit s’est aggravé entre 1999 et 2009, augmentant de 89 % en 10 ans pour atteindre -21 300 millions de $ US [1]. L’Afrique doit nécessairement réapprendre à mieux gouverner en retrouvant les chemins qui conduisent vers la réviviscence d’une balance commerciale positive. Il faudrait veiller à ne pas se contenter d’une approche purement quantitative qui exclut la création de valeurs ajoutées et les transformations locales créatrices d’emplois. Les visions et l’organisation des échanges commerciaux qui intègrent les aspects qualitatifs ne peuvent que favoriser, de manière substantielle, le solde commercial africain qui comprend autant les biens commerciaux que les services commerciaux actuellement anormalement faibles. C’est donc cette dynamique fondée sur une approche systémique qui transformera les marges commerciales en souveraineté commerciale en Afrique.

Quelques billets connexes

«Plantons la graine du changement au G8 – C’est le moment ou jamais!» #ONE
Parler à ma place : «Un monde en récession»
La Chine, ce dragon qui (me) fascine…
A propos du #G20 via le blog d’ONE France et via @Dochasnetwork – Tragédie grecque vs Afrique
Crise économique – France – G20 – Grèce – Sommet : le G20 avant le Gvain ?
L’Humanité : «Il devient urgent de nous métamorphoser sous peine d’imploser» dit Amin Maalouf et moi, je rajoute que les Dirigeants du G20 en font partie et qu’il est temps de le leur rappeler #TweetG20
#1Novembre : “My” Global Action Day – “Communiquer, Partager, Sensibiliser” LOCAL, “Penser” GLOBAL – I’m a #GlobalThinker says @BonnieKoenig thank you
Changer le monde déréglé [i] «Une telle économie sociale n’aurait rien à craindre d’une globalisation qui profiterait vraiment à tous»
It’s TIME TO DARE #ChangerLeMonde
Rendez-vous dans trente ans dit la Tribune – Vermifugez le monde, je relève – Dirigeants du G20, Mettez Fin à la Faim rappelle ONE Campaign
«Ces entrepreneurs qui changent le monde»

Les commentaires sont fermés.