Archives Mensuelles: juillet 2012

LOREENA McKENNITT – Dante’s Prayer #DailyOM

Par défaut


Extract from The Book of Secrets Loreena McKennitt – 1997 in DailyOM
The Book of Secrets collects an array of these directions, with liner notes that double as a travel diary, recording the journey, both geographical and metaphysical, that led to each song on the album—from Cornwall and Stratford to a Roman excavation in Italy, to tracing Celtic roots in Istanbul and Greece, Tuscany, Venice, even a ride on the Trans-Siberian Railway (which led to the haunting « Dante’s Prayer »). Recorded in Peter Gabriel’s Real World studios in England, Book was a surprise hit, helped by a popular DNA remix of « The Mummer’s Dance. »


Ajoutée par Chrissie644 le 13 févr. 2008
LOREENA McKENNITT – Dante’s Prayer

Paroles et traduction de « Dante’s Prayer » : Merci lacoccinelle.net !!!

Dante’s Prayer (Prière De Dante)

When the dark wood fell before me
Quand le bois sombre jaillit devant moi
And all the paths were overgrown
Et que tous les chemins furent envahit
When the priests of pride say there is no other way
Quand les prêtres de l’orgueil disent qu’il n’y a pas d’autres moyens
I tilled the sorrows of stone
Je vole les souffrances des pierres

I did not believe because I could not see
Je ne pouvais croire car je ne pouvais voir
Though you came to me in the night
Pensant que tu viendrais vers moi dans la nuit
When the dawn seemed forever lost
Quand l’aube semblait pour toujours perdue
You showed me your love in the light of the stars
Tu m’a montré ton amour dans la lumière dans étoiles

[Chorus] :
[Refrain] :
Cast your eyes on the ocean
Projette ton regard sur l’océan
Cast your soul to the sea
Projette ton âme vers la mer
When the dark night seems endless
Quand la nuit noire paraît interminable
Please remember me
S’il-te-plaît rapelle-toi de moi

Then the mountain rose before me
Alors que la montagne s’élève devant moi
By the deep well of desire
Par le profond souhait du désir
From the fountain of forgiveness
De la fontaine du pardon
Beyond the ice and fire
Au délà de la glace et du feu

[Chorus]
[Refrain]
Though we share this humble path, alone
Pensant que nous partageons cet humble chemin, seuls
How fragile is the heart
Combien le coeur est fragile
Oh give these clay feet wings to fly
Oh donne à ces pieds d’argile des ailes pour voler
To touch the face of the stars
Pour toucher le visage des étoiles
Breathe life into this feeble heart
La vie respire dans ce coeur fragile
Lift this mortal veil of fear
Soulève ce voile mortel de peur
Take these crumbled hopes, etched with tears
Prends ces morceaux d’espoirs, gravés avec des larmes
We’ll rise above these earthly cares
Nous nous envolerons au-dessus de ces préocupations terestres

[Chorus]
[Refrain]
Please remember me
S’il-te-plaît rapelle-toi de moi

Publicités

La Conférence sociale ? Kesako ? Revue de presse en ligne

Par défaut

«Le» chômage n’existe pas – Les Frances de l’emploi et du chômage – manpowergroup.fr
La démarche partenariale initiée par la Conférence sociale accorde aux territoires une place importante : les représentants des collectivités locales ont été associés aux échanges. Dans une France traditionnellement «centralisatrice», le fait est assez rare pour être souligné.
Alors que notre vision des problèmes d’emploi est souvent trop générale, il est essentiel de saisir l’importance du niveau «micro» pour trouver des solutions au chômage. Comme chaque territoire possède ses propres caractéristiques économiques et sociales, c’est à ce niveau que les dynamiques se forment. Ainsi, seules des stratégies et partenariats adaptés aux contextes locaux seront réellement et durablement efficaces.
Lors de la Conférence sociale qui vient de s’achever, le Gouvernement a transmis à chaque participant des tables rondes un dossier documentaire destiné à éclairer les échanges. Dans celui sur l’emploi, un chapitre entier est consacré aux «disparités territoriales en matière d’emploi et de chômage».
Les cartes sont saisissantes : il n’y a pas une France mais des Frances de l’emploi et du chômage.

Conférence sociale : et maintenant au travail ! lesechos.fr
Par FRANCOIS VIDAL | 11/07/2012
La conférence sociale qui s’est terminée mardi est d’abord, une très belle opération de communication. Dans les jours qui ont précédé la conférence, le gouvernement avait pris soin de diminuer les attentes des observateurs. Il avait prévenu que l’objectif de cette grand-messe n’était pas de faire des choix, mais de fixer des orientations et de définir la feuille de route sociale du quinquennat. Résultat, l’annonce par Jean-Marc Ayrault de l’ouverture de 8 chantiers menés de front donne le sentiment d’un sommet réussi. La diversité des thèmes retenus aussi qui donne à chaque organisation, patronale et syndicale, des motifs de satisfaction. Chacun y aura trouvé de quoi faire son miel.
Si l’on s’intéresse au fond, maintenant, aucun sujet majeur n’a été esquivé. Quatre initiatives retiennent plus particulièrement l’attention sur l’emploi, la retraite, les rémunérations et le financement de la protection sociale.
Mais après ces deux jours de débat, on est guère plus avancé, tant les opinions exprimées par les uns et par les autres semblent difficilement conciliables. Sur la retraite par exemple, «On ne peut pas dire que le consensus existe» expliquait ainsi Jean-Claude Mailly le patron de Force ouvrière. Alors c’est vrai, que ce sera le rôle de la concertation qui va s’engager de faire émerger un consensus. Mais, on le voit. Au lendemain de ce sommet, tout reste à faire.

La conférence sociale dépoussière les rapports avec les partenaires sociaux – leparisien.fr
Lundi matin, François Hollande avait lancé la grande conférence sociale. Sur le fond, le chef de l’Etat a promis de ne pas rester «inactif» devant les plans sociaux, annoncé le lancement des contrats de génération l’an prochain, et rappelé la nécessité de réduire la dette. Sur la forme, saluée par les syndicats comme par le patronat, le président de la République a tenu à afficher sa volonté de rompre avec la méthode de son prédécesseur.
Rappelant son intention d’inscrire la nécessité de la concertation sociale dans la Constitution, il a assuré que cette conférence accoucherait d’une feuille de route. L’objectif n’est donc pas d’annoncer des projets de loi ou des mesures précises, mais de cerner les thèmes qui devront faire à la rentrée l’objet de négociations. Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault sera chargé de la synthèse de ces deux journées mardi en fin de journée.
[…]
Fillon plaide l’urgence…
«Le dialogue social c’est toujours utile» mais «il y a juste une chose qui m’inquiète, c’est que François Hollande a dit qu’il en tirerait les enseignements dans un an. Franchement l’économie française n’a pas un an à attendre», a déclaré François Fillon, qui a démarré lundi dans le Loiret sa campagne pour la présidence de l’UMP. Selon lui, «il y a une urgence extrême» et, «pour le moment, ce que ce gouvernement ne donne pas, c’est l’impression de comprendre et de respecter la réalité du monde», a-t-il estimé.
… le NPA également
Réagissant au rendez-vous donné dans un an aux partenaires sociaux, Philippe Poutou, ancien candidat du NPA à la présidentielle, a prévenu que la «conférence sociale» pourrait bien «se passer dans la rue, à la rentrée». «On ne peut se se satisfaire de se donner rendez-vous dans un an», a-t-il poursuivi. «Aujourd’hui, il y a des mesures d’urgence à prendre (…) on va passer la barre des 3 millions de chômeurs, il y a 7 millions de précaires et puis toute la question des revenus, des gens qui s’appauvrissent…», a-t-il encore déclaré sur iTélé

Conférence sociale : l’opposition critique la méthode et le fond
Le Point.fr – Publié le 11/07/2012
L’UMP accuse le gouvernement de n’avoir « aucune stratégie économique ».
L’opposition critique tant sur la forme que sur le fond la conférence sociale organisée par le gouvernement. Le secrétaire général de l’UMP Jean-François Copé estime que la conférence sociale de lundi et mardi, « c’est du cinéma », et juge que « pour le moment », « tout ce qui a été fait (…) vient plomber le pouvoir d’achat » et « la compétitivité de nos entreprises », dans un entretien aux Échos mercredi. « Je suis inquiet. Cette conférence, c’est du cinéma. Tout le monde est pour une grande conférence sociale ! Mais ce qui compte, ce sont les décisions qui sont prises. Or on nous annonce des réformes mais pas avant un an alors qu’il y a urgence », déclare le député de Seine-et-Marne.
Selon lui, « tout ce qui a été fait » par le gouvernement vient « plomber le pouvoir d’achat des Français et la compétitivité de nos entreprises ». Il énumère : « taxation des heures supplémentaires et de l’épargne salariale, augmentation des cotisations pour payer le retour partiel à la retraite à 60 ans et abrogation de la fiscalité anti-délocalisations. Sans parler des hausses d’impôts à venir : en particulier celle de la CSG qui va frapper tous les Français et la fiscalité des dividendes qui fera fuir les investisseurs ». Le secrétaire général de l’UMP juge qu' »augmenter la CSG plutôt que la TVA, c’est taxer tous les Français, mais exonérer d’impôts les produits importés venant de pays où les charges sociales sont moins importantes. Je cherche toujours à comprendre la cohérence de la stratégie économique de François Hollande
. »

Emploi, rémunérations… ce qui s’est décidé à la conférence sociale
Le Monde.fr | 10.07.2012
La grande conférence sociale réunissant autour du gouvernement syndicats et patronat a repris, mardi 10 juillet, sa seconde journée de travail pour lancer des chantiers très attendus, avec en ligne de mire une réforme du financement de la protection sociale pour alléger les charges des entreprises.
L’objectif n’est pas d’annoncer des projets de loi ou des mesures précises, mais de cerner les thèmes qui devront faire à la rentrée l’objet de négociations ou de concertation avec à la clé, un calendrier pour rendre la copie […]
 Dans le même article, lire aussi
François Hollande ouvre la voie à une hausse de la CSG
Coût du travail : CSG contre TVA sociale, quelles différences ?
Conférence sociale : les trois messages du gouvernement aux fonctionnaires
Conférence sociale : vers un nouveau décret pour favoriser l’égalité professionnelle