Blues for Allah by Grateful Dead – Happy Friday EveryOne !

Par défaut


Vous l’aurez remarqué, ou peut être pas, j’aime beaucoup le psychédélique…J’ai découvert cette chanson via DailyOM

Wikipedia
Grateful Dead est un groupe de rock américain fondé en 1965 à San Francisco, et qui s’est séparé en 1995, après la disparition de son leader Jerry Garcia.
Caractéristiques musicales
La musique du Grateful Dead, mélange de rock, folk, blues et bluegrass avec des influences jazz, connaît le succès commercial à partir de 1970, avec la sortie des albums Workingman’s Dead etAmerican Beauty. Cette fusion des différents styles de musique populaire américaine est entretenue par une volonté d’expérimentation instrumentale. Les morceaux sont prétextes à des improvisations originales d’une grande inventivité qui traversent les courants classiques de la musique populaire.
Le Grateful Dead est connu pour ses concerts en public, comportant de longues improvisations, instrument après instrument, un peu à la manière des formations de jazz. C’est lors des concerts que se révèle leur véritable dimension musicale. Des heures durant, balayé par les light shows, le groupe officie. Le contenu des albums studio provient souvent de morceaux joués en concert lors des tournées précédentes. Il ne s’agit pas simplement d’alterner chansons en public et chansons enregistrées en studio mais de mélanger scène et studio, à la manière des musiques électroniques. Les morceaux ressemblent à des « collages » musicaux, faits, d’après les mots de Jerry Garcia, pour l’hallucination. Écoutés d’un bout à l’autre, les albums mixés font l’effet d’un « courant » ou d’un « halo » musical aux accents psychédéliques.
Le procédé apparaît à partir de 1967 pour l’album Anthem of the Sun qui est mixé conjointement par Jerry Garcia, Phil Lesh et Dan Healy (nouveau soundman du groupe). C’est une étape cruciale pour le Grateful Dead qui s’éloigne alors des formats commerciaux et tend vers une musique expérimentale, marquée par une exigence avant-gardiste.
Au printemps 1967, la cohésion entre les musiciens augmente et ceux-ci prennent confiance en leurs capacités d’improvisation. Leur écriture devient plus complexe et plus recherchée. L’arrivée de Mickey Hart (batteur) en septembre 1967 conforte cette évolution. Le départ de Dave Hassinger (producteur du Dead, insatisfait des premières séances d’enregistrement de Anthem of the Sun) offre alors l’opportunité à Garcia, Lesch et Healy de tenter quelque chose de radicalement nouveau. Ils s’installent alors à la console et ont l’idée de mixer performances live et enregistrements studio.
Le Grateful Dead a également popularisé l’enchaînement des chansons sans interruption. Les musiciens jouent devant un Wall of Sound (mur de son), assemblage d’enceintes auquel ils ajoutent chaque année de nouveaux éléments, jusqu’à ce qu’il mesure dix mètres de hauteur. Afin de limiter l’effet Larsen, les micros des chanteurs sont doublés, l’un captant le son des haut-parleurs et l’insérant dans le circuit d’amplification après avoir inversé la phase du signal. Vu la technologie disponible à l’époque, le résultat obtenu est d’une qualité impressionante.


Ajoutée par chris28254 le 11 janv. 2011
Blues for Allah-Grateful Dead 1975

Lyrics

Arabian wind, The needle’s eye is thin, The ships of state sail on mirage,
And drown in sand, Out in no-man’s land where Allah does command.

What good is spilling blood? It will not grow a thing;
Taste eternity the swords sing: Blues for Allah In ‘sh’Allah.

They lie where they fall, There’s nothing more to say,
The desert stars are bright tonight lets meet as friends,
The Flower Islam, The Fruit of Abraham.

The thousand stories have come round to one again,
Arabian night, Our Gods pursue their fight,
What fatal flowers of darkness bloom from seeds of light.

Bird of paradise fly in white sky, Blues for Allah In ‘sh’Allah,
Let’s see with our heart, These things our eyes have seen,
And know the truth must still lie somewhere in between.

Under eternity, under eternity, under eternity blue,
Bird of paradise fly in white sky, Blues for Allah In ‘sh’Allah.

Les commentaires sont fermés.