Happy Independence Day Madagascar #StoryOfChange

Par défaut

Hormis cet article CINQUANTE ANS : EST-CE LE BEL AGE POUR CHANGER DE CAP ?  Publié le 29 avril 2010  je n’ai jamais eu l’occasion (ou voulu, à vrai dire) de parler de l’anniversaire de l’indépendance de Madagascar qui a donc 57 ans aujourd’hui.

Ce weekend, j’ai découvert que le monde a bien changé à Madagascar grâce au tag #StoryofChange initié par Sparknews dans le cadre de l’Impact Journalism Day 2017 .

Qu’est ce que l’Impact Journalism Day ?

Chaque année, plus de 50 médias leaders du monde entier partagent le même jour plus de 60 innovations à fort impact social et environnemental positives et inspirantes. Plus de 120 millions de lecteurs peuvent ainsi découvrir dans ces journaux des solutions innovantes déjà mises en place à travers le monde et répondant aux enjeux contemporains.

Au delà du flux quotidien d’une actualité souvent négative, instantanée et spontanée, les histoires de l’Impact Journalism Day sont des reportages précis et cadrés sur des solutions à des problèmes sociaux. En cherchant à sensibiliser le grand public à ces enjeux tout en apportant des solutions concrètes et des actions à mener, cette opération éditoriale se révèle un levier de changement à la fois au sein des rédactions et chez les lecteurs.

Vous pouvez lire ici  toutes les histoires recensées par zone géographique et par année.

J’aurais bien voulu trouver 57 histoires (57 bougies) rien que pour Madagascar mais malheureusement non. Cela donne malgré tout de l’espoir pour ce beau pays qui est le plus pauvre de la planète malgré ses ressources naturelles. Mais ceci est un autre sujet.

#StoryOfChange à Madagascar

via @tomavana Le pouvoir de persuasion du poulpe  de #Madagascar au #Mexique #Environnement #ConservationMarine

Après 10 ans de restauration, les mangroves de Kaday renaissent | WWF #Madagascar #StoryOfChange

#Guanomad: The Agro-ecological adventures of the Madagascan Batman | #ImpactJournalism #StoryOfChange

Algaculture, Madagascar: improving livelihoods, preserving the ecosystem

Bloco Malagasy, Madagascar: raising awareness with music

Madagascar : assainissement, l’hygiène sans eau avec Loowatt

Autres initiatives que je classerai bien dans les #StoryOfChange à Madagascar

AUTISM FRIENDLY CORNER

Un projet découvert grâce à @saveoursmile et en cours de vote pour obtenir le Prix Orange de l’Entrepreneur Social 2017

Autism Friendly Corner est un concept de création d’un réseau de centres d’activités Ludo éducatives essentiellement destiné aux enfants autistes et leur famille à Madagascar. D’autres enfants, non autistes, intéressés par le programme peuvent participer aussi. C’est un projet initié par des parents qui ont un enfant autiste. Les activités d’accompagnement permettront le développement des capacités et talents de ces enfants afin qu’ils soient autonomes et indépendants. Un programme d’activités continu sera mis en place. La participation au programme se fera moyennant des frais d’inscriptions dont le paiement peut se faire via Orange Money. Les activités appelées « Event Corner » se feront en collaboration avec des corps de métiers préalablement sensibilisés via un réseau de partenaires. Nos Event Corner porteront sur ces thèmes dans un premier temps et évolueront en fonction des besoins de notre cible : Informatique/TIC – Photographie – Sport – Art thérapie Au-delà des Event Corner, Autism Friendly Corner pérennise ses activités via la mise en place d’une plateforme de commerce électronique pour vendre du merchandising (fabriqués par des artisans locaux). Différents lieux publics partenaires seront ultérieurement labellisés Autism Friendly Corner pour faire partie du réseau.

Nutri’zaza, lauréate du Grand prix de la finance solidaire Le Monde/Finansol

Semaine de la finance solidaire, du 3 au 9 novembre 2015

« Le prix de la finance solidaire dans la catégorie « entrepreneuriat dans les pays en développement » est une belle reconnaissance pour Nutri’zaza, qui a démarré sa troisième année d’existence », témoigne Mieja Vola Rakotonarivo, directrice de Nutri’zaza.

Dans un pays où la malnutrition infantile touche encore un enfant en bas-âge sur deux, Nutri’zaza a mis au point la distribution d’une farine alimentaire particulièrement nutritive, la Koba Aina.

Cette farine infantile apporte les éléments nécessaires à la croissance du nourrisson quand l’allaitement maternel n’est plus suffisant (à partir de 6 mois) et que les repas traditionnels du foyer ne le sont pas encore.

La Koba Aina est produite et conditionnée à partir de matières premières malgaches et répond aussi aux standards internationaux de qualité, tant nutritionnels que sanitaires.

Petit historique :

Lorsque, en 2011, Mieja Vola Rakotonarivo postule pour mener la transformation du projet Nutrimad en entreprise à vocation sociale, elle ne se fait guère d’illusions. Non pas que cette ingénieure agronome, qui a étudié à Montpellier, ne connaisse son sujet. Elle travaille en effet depuis sept ans au sein de l’ONG française GRET sur ce programme, qui vise à lutter contre la malnutrition des enfants à Madagascar.

Comment ? En distribuant un aliment à haute valeur nutritive, la koba aina, mélange de maïs, riz, soja, arachide, sel… Un ­apport essentiel : la moitié des enfants malgaches de moins de 2 ans souffrent de malnutrition chronique, synonyme de mor­talité infantile, mais aussi de ­retard dans la croissance et le ­développement cognitif aux ­séquelles irréversibles.

Un repas à 7 centimes d’euro

Présente dans vingt-trois villes, Nutri’zaza concentre ses activités sur les zones urbaines denses afin d’assurer un volume suf­fisant pour viabiliser économiquement les restaurants, car ces quartiers sont souvent négligés par les programmes de lutte ­contre la malnutrition. Le repas de koba aina est vendu 7 centimes d’euro et trois rations représentent 8 % du revenu d’un ménage pauvre. « C’est 5 à 10 fois moins cher que des produits équivalents vendus dans le commerce. Pour les plus démunis, nous passons par des ONG à qui nous vendons la koba aina encore moins cher », indique Mme Rakotonarivo. Sans compter que la farine ­de Nutri’zaza est produite, à partir de matières premières locales, par une entreprise… malgache.

En savoir plus sur le monde.fr 

Et pour terminer voici 2 des articles de Jeune Afrique consacrés à Madagascar pour un nouveau départ. Allez on y croit !!!

Madagascar : Nouveau Départ ? Dossier de Jeune Afrique

Mines : Madagascar, une île aux trésors à fort potentiel

Publié le 24 novembre 2016 à 16h37

[…] le code minier malgache, qui avait très peu évolué depuis l’indépendance, est en cours de révision.

L’État cherche à mieux protéger les exploitants locaux et les paysans qui découvrent des pierres ou des minerais, tout en attirant des investisseurs étrangers qui garantissent une gestion durable des ressources minières et dont les activités profitent aux populations locales.

Madagascar : la santé de l’industrie textile en nette amélioration

Publié le 24 novembre 2016 à 16h33

Après les années difficiles marquées par les crises politiques de 2002 et de 2009, qui ont fait fuir de nombreux clients, en particulier aux États-Unis, l’industrie textile malgache affiche une bien meilleure santé. La force de Madagascar, c’est sa zone franche, créée en 1990, qui offre une fiscalité avantageuse.

« Compte tenu des difficultés que l’on doit surmonter ici, s’il n’y avait pas cette zone franche, on ne serait pas établis à Madagascar », confirme Frédéric Wybo, directeur général d’Ultramaille. Avec un effectif de 1 000 employés, cette entreprise phare du secteur, spécialisée dans le tricot et la bonneterie, est installée dans la zone franche d’Antananarivo, d’où elle exporte principalement vers l’Europe et l’Afrique du Sud.

Publicités

Les commentaires sont fermés.