Archives de Catégorie: Droits de l’Homme

Wednesday Food For Thoughts

Par défaut

«Je suis allé jusqu’au sommet de la montagne», le dernier discours de Martin Luther King

Le discours «I’ve Been to the Mountaintop» («Je suis allé jusqu’au sommet de la montagne») fut prononcé par Martin Luther King le 3 avril 1968 à Memphis. La figure emblématique du Mouvement des Droits Civiques s’était rendu dans le Tennessee afin de soutenir la grève d’un syndicat d’ouvriers Noirs. Ce discours fut l’ultime discours du pasteur baptiste afro-américain. Le lendemain, il fut assassiné sur le balcon du Lorraine Motel. «I’ve Been to the Mountaintop» avait quelque chose de prémonitoire car le Dr King y évoquait lui-même sa possible mort imminente.

«Voyez-vous, si je me trouvais au début des temps avec la possibilité d’avoir une vue générale panoramique sur toute l’histoire du genre humain jusqu’à nos jours, et si le Tout-Puissant me demandait: «Martin Luther King, à quelle époque veux-tu vivre?», je m’en irais mentalement en Égypte et je verrais le peuple de Dieu entamer sa marche magnifique pour s’évader des sombres donjons d’Égypte à travers la mer Rouge, et franchir le désert vers la Terre promise. Mais en dépit de sa magnificence, je ne m’y arrêterais pas.

Je poursuivrais ma route jusqu’en Grèce et transporterais mon esprit sur le mont Olympe. Et je verrais Platon, Aristote, Socrate, Euripide et Aristophane assemblés autour du Parthénon, en train de discuter des grandes et éternelles questions que pose la réalité. Mais je ne m ‘y arrêterais pas.

Je poursuivrais ma route jusqu’aux beaux jours de l’Empire romain. J’y verrais les événements survenus sous de grands chefs et de grands empereurs. Mais je ne m’y arrêterais pas.

Je parviendrais même jusqu’aux temps de la Renaissance et admirerais rapidement tout ce que la Renaissance a apporté à la vie culturelle et esthétique de l’homme. Mais je ne m’y arrêterais pas.

 J’irais même là où vivait celui dont je porte le nom, et je verrais Martin Luther clouer ses quatre-vingt-quinze thèses sur la porte de l’église de Wittenberg. Mais je ne m’y arrêterais pas.

 Je parviendrais même à l’année 1863 et observerais un président hésitant nommé Abraham Lincoln se résoudre finalement à signer la proclamation d’émancipation. Mais je ne m’y arrêterais pas.

Je parviendrais même au début des années 30 et verrais un homme se colleter avec les problèmes que pose la banqueroute de son pays et crier:»Nous n’avons rien à craindre que la crainte.» Mais je ne m’y arrêterais pas.

 Bizarrement, je me tournerais vers le Tout-Puissant et lui dirais: «Si Tu m’accordes de vivre juste quelques années dans la seconde moitié du XXè siècle, je serais heureux.» C’est là une demande bizarre, car le monde est sens dessus dessous.

Le désordre mondial

IMG_7722

Publicités

Le vrai leader en politique existe. Je l’ai trouvé. Enfin, presque. Et pas en France en tout cas.

Par défaut

Comme pour ma quête «Qu’est-ce qu’un bon Chef d’état ?» (billets connexes ci-dessous) et ainsi alimenter ma Page connexe Gouvernance, j’ai fait une recherche sur «Un vrai leader en politique». Surprise ! Les résultats obtenus viennent plus de sites de business, développement personnel, approche du leadership, … que de sites politiques.

A l’adresse de Macron-Jupiter-Machiavel-Julien Sorel-Je suis le Chef : les débats/idées/réflexions/etc. ci-dessous pourraient peut-être inspirer sa pensée complexe. J’dis ça, j’dis rien.

Débat. Le pape est-il le dernier vrai leader politique ?

[…] François [Le Pape] offre une vision du monde au lieu de s’en prendre bêtement à l’épouvantail du populisme, écrit ce site italien. Les leaders politiques feraient bien de s’en inspirer.
NB : l’article est réservé aux abonnés et je n’en suis pas une. Bonne lecture à ceux qui le sont!

5 conseils de Jules César pour devenir un vrai leader

[…] Une destinée qui semble inaccessible tellement elle est ambitieuse. Et pourtant, Jules César n’a jamais cessé de croire en ses rêves et suivre sa propre voix, n’en déplaise aux plus puissants sénateurs. Il faut beaucoup de courage pour suivre inlassablement sa propre voie et ne jamais laisser les obstacles briser ses propres rêves.

Le charisme comme condition du leadership politique

Le danger de sujets comme celui-ci (leader, leadership, opinion, démocratie) est de donner pour acquis la notion elle-même sans l’interroger. Or, il s’agit d’abord d’une question de langage, de savoir ce que signifient les mots qui sont employés par les divers acteurs sociaux, et qui circulent dans l’espace public. Le travail d’un analyste des discours est d’interroger les mots dans leurs divers emplois afin de voir à quelles notions ils correspondent, et de quelle réalité sociale ils témoignent.

Les qualités qui font un bon leader (selon 200 leaders dans le monde)

Avoir du leadership n’est pas donné à tout le monde… La Harvard Business Review a classé les meilleures compétences et qualités à avoir pour bien manager une équipe, selon une étude réalisée auprès de 195 leaders de 15 pays différents. Avez-vous la trempe d’un bon leader ?

Les trois plus importantes qualités d’un leader performant

Un leader, c’est une personne qui aide les gens à se responsabiliser quant à l’atteinte d’un objectif commun dans une synergie de groupe. Que vous soyez un patron, un parent, un coach, un politicien, ou que vous occupiez toute autre fonction qui vous positionne à l’avant-scène, vous avez un rôle de guide à assumer.

Dix étapes pour devenir un vrai leader comme Malcolm X

Bien sûr! Devenir un  L E A D E R  n’est pas chose facile… Ça demande beaucoup de courage, de connaissances et de dévouement. Il s’agit d’être un faiseur de tendances, un révolutionnaire, un leader d’opinion. Si nous en parlons aujourd’hui, c’est parce qu’une #Femmedinfluence devient une Leader de fait ; et malgré vous, vous devrez assumer ce rôle. Et pour vous y aider, nous avons analyser la vie d’une figure emblématique du leadership : Malcolm X. Charismatique, déterminé et courageux, ce défenseur de la cause noire est certainement l’un des exemples les plus accomplis en matière de leadership. Et ça ne s’est pas fait du jour au lendemain.

Crise: et si Roosevelt avait raison

Le collectif Roosevelt 2012 défend des réformes radicales pour sortir de la crise, en évitant les politiques d’austérité.
Alors que le G8 de Camp-David aux Etats-Unis s’ouvre, la crise de la zone euro menace toujours de déstabiliser les marchés financiers et l’économie mondiale. Si elle tombe, cette épée de Damoclès pourrait provoquer une crise bien plus importante que celle de 2008. Pour y faire face, « il faut passer à des médecines d’urgence », estime le collectif Roosevelt 2012.

What Makes an Effective Executive

An effective executive does not need to be a leader in the sense that the term is now most commonly used. Harry Truman did not have one ounce of charisma, for example, yet he was among the most effective chief executives in U.S. history. Similarly, some of the best business and nonprofit CEOs I’ve worked with over a 65-year consulting career were not stereotypical leaders. They were all over the map in terms of their personalities, attitudes, values, strengths, and weaknesses. They ranged from extroverted to nearly reclusive, from easygoing to controlling, from generous to parsimonious.

Simon Sinek : Comment les grands leaders inspirent l’action

 

 

Billets connexes

Parler à ma place «Robert Bourgi : Ca sent les boules puantes» – «La lumière doit être faite et le Chef de l’Etat s’expliquer»

«Un chef d’Etat subsaharien peut le cas échéant obtenir le départ d’un ambassadeur. Mais de là à désigner son successeur, il y a une marge.» Marge pour le moins étroite à l’évidence.

Ce n’est pas le gouvernement mais les entreprises qui créent des richesses et donc qui sont les moteurs de la croissance économique…Et TOC !!!

Maintenant que j’ai grandi, je vais pouvoir rechercher un bon Chef d’Etat sur le Net…