Archives de Catégorie: Education

«La colère est nécessaire mais elle doit déboucher sur un projet… L’Afrique a des idées».

Par défaut

J’ai été parmi ceux qui ont réagi violemment (moi en tout cas) sur Twitter aux propos de Macron sur le problème «civilisationnel» de l’Afrique. Et sur ses précédents «délires». Je ne mets pas de liens, ça n’en vaut pas la peine.

Ma colère passée, j’ai commencé à chercher qu’est-ce que je pourrais bien trouver de positif. Et je tombe cette nuit sur cet article publié par Le Monde «Frères Africains, répondons par le mépris aux élucubrations d’Emmanuel Macron !»  en lien dans cet autre article Après les déclarations de Macron sur la natalité en Afrique, la vérité des chiffres .

Je vous laisse lire l’état des lieux en chiffres de la natalité en Afrique, je me concentrerai sur la réponse par le mépris de Hamadou Anne, chroniqueur Le Monde Afrique, aux élucubrations d’Emmanuel Macron. J’espère que Le Monde ne m’en voudra pas de publier une grande partie de l’article. J’en ai besoin pour mon mea culpa d’avoir été violente dans ma réaction mais aussi pour parler de la suite.

Je note avec beaucoup de circonspection le bruit, souvent excessif, provoqué par les propos d’Emmanuel Macron au G20 à Hambourg sur le «défi civilisationnel» de l’Afrique, que le président français précise ainsi : «Quand des pays ont encore sept à huit enfants par femme, vous pouvez décider d’y dépenser des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien». Certains ont vite établi un parallèle avec le discours de Dakar de Nicolas Sarkozy, dans lequel l’ex-président français regrettait que «l’homme africain» ne soit pas «assez entré dans l’Histoire».

Replaçons le contexte. Emmanuel Macron répondait à une question exaspérante de Philippe Kouhon sur comment l’Occident peut «sauver» l’Afrique. Le journaliste ivoirien représente, certainement de façon involontaire, cette «conscience de la défaite» qui nous étreint depuis si longtemps, celle qui place une large frange d’entre nous, Africains, dans la posture du mendiant réclamant une pitance au généreux «chef blanc».
Pour en revenir à la polémique, je suis convaincu d’emblée qu’Emmanuel Macron n’est pas raciste. C’est exagéré, voire malhonnête, de soutenir le contraire. Mais il porte en lui toute la condescendance de la classe sociale des privilégiés qu’il représente : mâle, blanc, riche, membre de l’élite issue des grandes écoles, etc.
Frères Africains, consacrons notre énergie à ce qui en vaut la peine ! Si les élucubrations d’un enfant gâté de la République nous font autant sortir de nos gonds, c’est nous qui avons un problème profond avec nous-mêmes. Je ne fustige pas la colère, elle est nécessaire. Il nous faut évidemment savoir nous indigner face aux malheurs et aux injustices du monde. Mais utiliser notre énergie pour réagir aux propos d’un président français pendant que les Burundais, les Congolais, les Sud-Soudanais meurent à cause de l’inaction coupable, voire complice, de nos dirigeants africains est une perte de temps.
Lire aussi :  «L’Afrique doit se regarder et regarder le monde avec ses propres lunettes»
Lors de la première édition des Ateliers de la pensée à Dakar, l’historien sénégalais Mamadou Diouf rappelait son embarras que des intellectuels aient mobilisé leur énergie et leur temps pour répondre aux déclarations de Sarkozy sur l’Afrique. Il a raison. Le mépris reste parfois la meilleure réponse face à la bêtise humaine et à l’ignorance.
S’indigner ne signifie pas se couvrir de ridicule à coups de tweets ou de posts Facebook exagérés. Les bouffons racistes, parmi nous, qui parlent en notre nom, ne nous rendent pas service et ne servent pas la cause de la transformation sociale et du progrès dans nos pays. La colère doit déboucher sur un véritable projet, lequel est d’ores et déjà voué à l’échec s’il n’est que réaction aux propos de tel ou tel. Fût-il un président français.

Il est signalé en bas de l’article qu’Hamidou Anne est membre du cercle de réflexion L’Afrique des idées.

Voici donc quelques articles relevés sur ce think tank indépendant fondé sur l’afro-responsabilité

Quels sont les risques et les enjeux de l’intégration financière en Afrique francophone ?

Quelles perspectives de croissance pour l’Afrique en 2017 ?

Comment les TIC peuvent-elles permettre à l’Afrique d’atteindre ses objectifs de développement ?

Le numérique au secours de la santé en Afrique

FinTechs in Africa: Multifaceted Tools to Promote Financial Inclusion

The Iroko project: The Crowd lending Pioneer in West Africa

Entretien avec Bénédicte Kudiman, fondatrice de Beto academy

Reflections: From the Misery of Lucid people in a Simple World

Les nouveaux agriculteurs : Anturia Mihidjai, la femme qui change la vision de l’agriculture aux Comores

Mon but n’est pas de reporter ici tous ces articles, c’est pour dire que les projets foisonnent en Afrique! 

Pour terminer, vous trouverez sur ma page «Défis Afrique»  ce qu’est l’Autre Afrique, celle d’aujourd’hui, celle du 21ème siècle. Il était temps d’alimenter à nouveau cette page!

Bon 14 juillet à tous

IMG_7625

Photo crédit : prettyzoely

Publicités

Comment agir pour lutter contre la faim dans le monde – Agir Local, Penser Global #CitoyensduMonde #Transformation

Par défaut

Je passe sur ce qui s’est dit au G20 à Hambourg. Pour moi le G20 est définitivement (G)vain : « Ils sont eux-mêmes souvent bien plus une partie des problèmes que la solution. D’autant plus qu’ils essaient de les résoudre avec les mêmes moyens que ceux avec lesquels ils les ont causés. »

Mes tweets qui n’engagent que moi à propos du G20

Je confirme le G20 est toujours un G vain. Quand est-ce qu’ils vont arrêter de dépenser autant d’argent? C’en est même indécent.

Des sourires de façade pour un G20 en échec. Pas d’engagement sur le climat. Ils ont besoin du fric des USA.

Au G20, Macron annonce un nouveau sommet sur le climat et espère encore « convaincre » Trump. Qui va payer encore? Pourquoi chercher à convaincre Trump?

J’ai donc fait une recherche «lutter contre la faim dans le monde» et je trouve un résultat en 4ème position qui me semble parfaitement correspondre à la réponse à ma question «Comment agir pour lutter contre la faim dans le monde»

La famine dans le monde a significativement augmenté au cours des dernières années : en 1990 ce fléau touchait environ 822 millions de personnes et en 2008 il concernait environ 963 millions de personnes. Le 19 juin 2009, la BBC a annoncé un chiffre d’un milliard de personnes. Cela représente près d’une personne sur sept sur la Terre. Chaque année, 8,8 millions de personnes meurent de faim. La plupart sont des enfants. Cela représente un mort toutes les trois secondes[1]. Vous pouvez lancer une collecte de fonds et donner de l’argent ou des conserves de nourriture, mais sachez qu’il existe de nombreuses autres initiatives qui sont plus efficaces pour aider à résoudre la faim dans le monde, en plus d’être durables.

Je ne fais qu’énumérer ici les actions locales et à l’international mais vous pouvez lire les détails, les conseils et avertissements  dans l’article.

Partie 1 : Éradiquer la faim localement

  1. Donnez de la nourriture
  2. Soutenez les organisations qui distribuent de la nourriture
  3. Portez directement de la nourriture aux gens dans le besoin
  4. Impliquez votre employeur
  5. Combattez les stéréotypes

Partie 2 : Éradiquer la faim internationalement

  1. Faites des recherches pour mieux comprendre où on a besoin d’aide et quel type d’aide est nécessaire
  2. Faites attention aux produits que vous achetez
  3. Donnez aux organismes de charité honnêtes
  4. Achetez des produits issus du commerce équitable
  5. Soutenez les réformes concernant l’immigration
  6. Usez de vos compétences pour devenir volontaire

Voici quelques wikiHows en relation (retrouver tous en bas de l’article)

Comment produire votre propre électricité
5 parties:Réduire sa consommation d’énergie Utiliser des systèmes alternatifs Obtenir le bon appareillage Se préparer à tout Utiliser et choisir une batterie

Comment prendre des mesures pour réduire la pollution atmosphérique
4 parties:Revoir ses moyens de transport Changer ses habitudes d’achat Préserver l’énergie S’impliquer

Comment fabriquer un pesticide biologique
7 méthodes:Utiliser des légumes Utiliser de l’huile Utiliser du savon Utiliser du tabac Utiliser des oranges Utiliser du chrysanthème Utiliser du margousier

Comment réduire la pollution de l’eau
3 parties:Changer ses habitudes quotidiennes Ne pas contaminer son jardin Transmettre le message