Archives de Tag: Afrique

Pour en revenir à la malédiction des ressources naturelles #Afrique #Madagascar

Par défaut

J’avais déjà parlé de cette malédiction des ressources naturelles sur mon blog précédent (malheureusement supprimé). Alors j’en parle à nouveau aujourd’hui pour étayer mon propos sur les ressources naturelles pillées par l’Etat et les multinationales dans mon post précédent .

J’ai effectué une recherche Google sur «procès contre les compagnies pétrolières et minières en Afrique»  surtout après avoir lu cet article «California Counties Sue Oil Giants for Climate Impact – ATTN:»  sur Twitter.

Voici quelques extraits des résultats de mes recherches. Il n’y est pas vraiment question de procès (au tribunal, comme en Californie) mais il s’agit bien de dénoncer les agissements de ces multinationales.

Global Witness

Vous trouverez sur Global Witness plusieurs rapports et/ou campagnes concernant les ressources naturelles en Afrique. Derniers focus en date sur la République Démocratique du Congo.

Cela fait vingt ans que Global Witness mène des campagnes pionnières contre les conflits et la corruption liés aux ressources naturelles ainsi que contre les violations des droits environnementaux et des droits de l’homme qui y sont associées. Du Cambodge au Congo, de la Sierra Leone à l’Angola, nous exposons la brutalité et l’injustice engendrées par la lutte pour l’accès aux richesses naturelles et le contrôle de celles-ci, et cherchons à faire rendre des comptes aux responsables de cette corruption et aux auteurs de ces conflits.
Nos travaux ont ainsi révélé qu’au lieu de bénéficier aux citoyens d’un pays, l’abondance de ressources naturelles (bois, diamants, minerais et pétrole, entre autres) peut encourager la corruption, déstabiliser les gouvernements et causer des guerres. À travers nos enquêtes, nos travaux de plaidoyer et nos campagnes, nous cherchons à identifier des solutions à la «malédiction des ressources» pour permettre aux citoyens de pays dotés de ressources abondantes de profiter d’une manière équitable de la richesse de leur pays.

Report / July 21, 2017 – DISTRIBUTEUR AUTOMATIQUE DE BILLETS DU RÉGIME

Comment les exportations en plein essor de la République démocratique du Congo ne profitent pas à ses habitants.

CAMPAGNE – RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

La République démocratique du Congo (RDC) est un vaste pays disposant d’immenses richesses en ressources naturelles.

Press release / June 7, 2017

LES ENTREPRISES DOIVENT AGIR MAINTENANT ET RESPECTER LE NOUVEAU RÈGLEMENT DE L’UE SUR L’APPROVISIONNEMENT EN MINERAIS, ET NE PAS TRAÎNER LES PIEDS PENDANT QUATRE ANS
Le règlement européen sur l’approvisionnement responsable en minerais qui vient d’être adopté est une initiative importante mais hésitante  dans sa volonté d’apporter des changements dans le secteur, notamment parce que de nombreuses entreprises de premier plan en sont exemptées, déclare Global Witness.

Le règlement, qui entre en vigueur le 8 juin, est le premier du genre à rendre les entreprises responsables de leurs chaînes d’approvisionnement en minerais à l’échelon mondial. Mais il comporte certaines insuffisances qui le rendent difficilement compatible avec la nouvelle stratégie commerciale de la Commission européenne basée sur des «valeurs», laquelle vise à encourager la transparence et le commerce responsable en tant que moteurs du développement durable.

CAMPAGNE – UNE CHASSE AUX PIERRES

Alors que la communauté internationale travaille avec le gouvernement centrafricain et les entreprises de diamants pour établir des chaînes d’approvisionnement légitimes ; contrebandiers et marchands prospèrent dans le marché noir parallèle.

Briefing / Nov. 3, 2016 – LES MINERAIS DES CONFLITS EN EUROPE

Halte au soutien de l’UE à un commerce meurtrier.
En juin 2016,  après plusieurs années de négociations, l’Union européenne (UE) a conclu un accord politique concernant un nouveau règlement destiné à rompre les liens entre le commerce de minerais, les conflits et les atteintes aux droits  de l’homme. Appréciée, cette initiative est un premier pas prometteur pour l’UE, qui était à la traîne derrière les États-Unis et certains États africains ayant déjà doté leur  législation  respective d’actes similaires.
[…]
L’UE se doit d’agir de manière décisive pour clarifier les messages contradictoires qu’elle adresse aux entreprises qui ne sont pas couvertes par la législation et leur faire comprendre qu’il est quand même attendu et souhaitable qu’elles s’engagent en faveur de l’initiative pour un approvisionnement responsable. Si ces entreprises ne répondent pas à cette requête et que la  loi ne parvient à avoir un impact ni sur les méthodes employées dans le monde des affaires ni sur le sort des individus affectés par les aspects opaques et irresponsables du commerce des minerais, des démarches supplémentaires devront être mises en œuvre. L’UE a promis de prendre d’autres mesures législatives si tel était le cas, et nous allons travailler aux côtés de nos partenaires afin de nous assurer qu’il en soit ainsi. 

Report / July 5, 2016 – LA RIVIÈRE D’OR

Comment l’État s’est retrouvé perdant lors de la ruée vers l’or dans l’est du Congo, tandis que des groupes armés, une société minière étrangère et les autorités provinciales ont empoché des millions

Quant à Madagascar, j’ai trouvé 28 résultats mais aucun de récent. En revanche, quand on regarde les dates, les «affaires sales» ont été rapidement relevées après le coup d’état (fin 2009). En voici quelques extraits.

« In The Press » Article / Oct. 26, 2010 – BBC WORLD – CHINA FUELS MADAGASCAR TIMBER CRISIS

Soaring demand in China and political unrest in Madagascar are fuelling illegal logging for hardwoods in the African nation, a report concludes.

Communiqué de presse / 29 Mars 2010

GLOBAL WITNESS ET L’EIA SE FÉLICITENT DE L’ADOPTION D’UNE INTERDICTION D’EXPORTER LE BOIS DE ROSE MALGACHE MAIS INSISTENT SUR LA NÉCESSITÉ D’ASSURER SON MAINTIEN ET SA MISE EN APPLICATION

Briefing Document / Dec. 2, 2009 – CORRECTIONS TO REPORT ON MADAGASCAR

It has come to our attention that an arithmetic error on log volumes introduced a series of significant over-estimates in our recent report on illegal logging in Madagascar. This has been corrected and the report has been re-published today.
The error concerned the calculation of estimated log volumes from observations made by the team.

Journal Le Monde

Total en Angola, Areva au Niger : plus de 100 millions de dollars évaporés

Une étude publiée par Oxfam, ONE et Sherpa montre que le flou domine encore dans les comptes des industries extractives.
Par Christophe Châtelot
LE MONDE Le 13.04.2017 à 10h41 • Mis à jour le 14.06.2017 à 10h26
Gaz, pétrole et uranium dans le secteur de l’énergie, métaux dans le secteur de la construction, terres rares dans celui des nouvelles technologies… Les ressources extractives représentent un enjeu géopolitique et économique majeur. Mais leur exploitation reste marquée par des pratiques de corruption et d’évasion fiscale, dont pâtissent en premier lieu les populations des pays fortement dotés en ressources minérales et naturelles. C’est la malédiction des ressources naturelles, qui entretient la pauvreté de pays virtuellement riches, et ce n’est pas nouveau. 

 

ENTRETIEN – «Il existe une sorte de malédiction des matières premières»

LE MONDE Le 14.02.2017 à 14h51 • Mis à jour le 14.02.2017 à 15h08
Propos recueillis par Pierre Lepidi
Philippe Chalmin est professeur en économie internationale à l’université Paris-Dauphine. Directeur du rapport Cyclope, il est aussi spécialiste du marché des matières premières. Dans un entretien au Monde Afrique, il revient sur la récente hausse du prix des métaux et sur l’impact de cette croissance sur les économies des pays africains.

CHRONIQUE – En Afrique, la population subira le recul des investissements des majors pétrolières

La chute des prix de l’or noir entraîne la mise en sommeil de nombreux projets d’investissement. Cela aura un impact sur le développement des réseaux d’électricité dans plusieurs pays.
Par Benjamin Augé (chroniqueur, Le Monde Afrique)
Le Monde.fr Le 11.02.2015 à 09h32 • Mis à jour le 11.02.2015 à 18h58
La baisse prolongée des prix du pétrole se fait déjà sentir sur les investissements des grandes compagnies pétrolières en Afrique. Des projets ont été abandonnés comme c’est le cas du développement du gisement gazier de Banda en Mauritanie qui devait approvisionner des centrales à Nouakchott. Le courant ainsi produit était destiné au secteur minier mauritanien d’une part mais avait aussi une vocation régionale en alimentant les réseaux électriques du Mali et du Sénégal.

Jeune Afrique

Contentieux : les États africains face aux multinationales

Publié le 12 décembre 2016 à 08h02 — Mis à jour le 12 décembre 2016 à 09h56
C’est le redressement fiscal du siècle. Fin octobre, le Nigeria a annoncé aux majors pétrolières présentes dans le pays – Chevron, ExxonMobil, Shell, Total et ENI – qu’elles lui doivent 12,7 milliards de dollars (12 milliards d’euros) pour sous-déclaration des volumes de pétrole à l’exportation. Abuja les accuse d’avoir masqué 57 millions de barils de brut exportés entre 2011 et 2014.
[…]

Les États face à une conjoncture délicate
Algérie, Mali, Tchad… Les conflits – judiciaires, douaniers et fiscaux – entre les États et les grands groupes internationaux se sont multipliés ces derniers mois sur le continent. Avec la chute des cours des matières premières, pétrole en tête, depuis deux ans, les caisses de plusieurs États africains sont vides.

Bastamag

Comment les multinationales pétrolières et minières se moquent du fisc et des États

PAR AGNÈS ROUSSEAUX 20 SEPTEMBRE 2011
Ne payer que 6 % d’impôts quand on gagne 4 milliards de dollars par an, c’est possible ! Les multinationales Glencore, Chevron ou BP s’y attèlent. Et débordent d’imagination pour multiplier les filiales dans les paradis fiscaux ou «les juridictions secrètes». Quant au groupe pétrolier français Total, il est le champion toutes catégories de l’opacité. C’est ce que révèle un rapport de la coalition «Publiez ce que vous payez».

 

«La colère est nécessaire mais elle doit déboucher sur un projet… L’Afrique a des idées».

Par défaut

J’ai été parmi ceux qui ont réagi violemment (moi en tout cas) sur Twitter aux propos de Macron sur le problème «civilisationnel» de l’Afrique. Et sur ses précédents «délires». Je ne mets pas de liens, ça n’en vaut pas la peine.

Ma colère passée, j’ai commencé à chercher qu’est-ce que je pourrais bien trouver de positif. Et je tombe cette nuit sur cet article publié par Le Monde «Frères Africains, répondons par le mépris aux élucubrations d’Emmanuel Macron !»  en lien dans cet autre article Après les déclarations de Macron sur la natalité en Afrique, la vérité des chiffres .

Je vous laisse lire l’état des lieux en chiffres de la natalité en Afrique, je me concentrerai sur la réponse par le mépris de Hamadou Anne, chroniqueur Le Monde Afrique, aux élucubrations d’Emmanuel Macron. J’espère que Le Monde ne m’en voudra pas de publier une grande partie de l’article. J’en ai besoin pour mon mea culpa d’avoir été violente dans ma réaction mais aussi pour parler de la suite.

Je note avec beaucoup de circonspection le bruit, souvent excessif, provoqué par les propos d’Emmanuel Macron au G20 à Hambourg sur le «défi civilisationnel» de l’Afrique, que le président français précise ainsi : «Quand des pays ont encore sept à huit enfants par femme, vous pouvez décider d’y dépenser des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien». Certains ont vite établi un parallèle avec le discours de Dakar de Nicolas Sarkozy, dans lequel l’ex-président français regrettait que «l’homme africain» ne soit pas «assez entré dans l’Histoire».

Replaçons le contexte. Emmanuel Macron répondait à une question exaspérante de Philippe Kouhon sur comment l’Occident peut «sauver» l’Afrique. Le journaliste ivoirien représente, certainement de façon involontaire, cette «conscience de la défaite» qui nous étreint depuis si longtemps, celle qui place une large frange d’entre nous, Africains, dans la posture du mendiant réclamant une pitance au généreux «chef blanc».
Pour en revenir à la polémique, je suis convaincu d’emblée qu’Emmanuel Macron n’est pas raciste. C’est exagéré, voire malhonnête, de soutenir le contraire. Mais il porte en lui toute la condescendance de la classe sociale des privilégiés qu’il représente : mâle, blanc, riche, membre de l’élite issue des grandes écoles, etc.
Frères Africains, consacrons notre énergie à ce qui en vaut la peine ! Si les élucubrations d’un enfant gâté de la République nous font autant sortir de nos gonds, c’est nous qui avons un problème profond avec nous-mêmes. Je ne fustige pas la colère, elle est nécessaire. Il nous faut évidemment savoir nous indigner face aux malheurs et aux injustices du monde. Mais utiliser notre énergie pour réagir aux propos d’un président français pendant que les Burundais, les Congolais, les Sud-Soudanais meurent à cause de l’inaction coupable, voire complice, de nos dirigeants africains est une perte de temps.
Lire aussi :  «L’Afrique doit se regarder et regarder le monde avec ses propres lunettes»
Lors de la première édition des Ateliers de la pensée à Dakar, l’historien sénégalais Mamadou Diouf rappelait son embarras que des intellectuels aient mobilisé leur énergie et leur temps pour répondre aux déclarations de Sarkozy sur l’Afrique. Il a raison. Le mépris reste parfois la meilleure réponse face à la bêtise humaine et à l’ignorance.
S’indigner ne signifie pas se couvrir de ridicule à coups de tweets ou de posts Facebook exagérés. Les bouffons racistes, parmi nous, qui parlent en notre nom, ne nous rendent pas service et ne servent pas la cause de la transformation sociale et du progrès dans nos pays. La colère doit déboucher sur un véritable projet, lequel est d’ores et déjà voué à l’échec s’il n’est que réaction aux propos de tel ou tel. Fût-il un président français.

Il est signalé en bas de l’article qu’Hamidou Anne est membre du cercle de réflexion L’Afrique des idées.

Voici donc quelques articles relevés sur ce think tank indépendant fondé sur l’afro-responsabilité

Quels sont les risques et les enjeux de l’intégration financière en Afrique francophone ?

Quelles perspectives de croissance pour l’Afrique en 2017 ?

Comment les TIC peuvent-elles permettre à l’Afrique d’atteindre ses objectifs de développement ?

Le numérique au secours de la santé en Afrique

FinTechs in Africa: Multifaceted Tools to Promote Financial Inclusion

The Iroko project: The Crowd lending Pioneer in West Africa

Entretien avec Bénédicte Kudiman, fondatrice de Beto academy

Reflections: From the Misery of Lucid people in a Simple World

Les nouveaux agriculteurs : Anturia Mihidjai, la femme qui change la vision de l’agriculture aux Comores

Mon but n’est pas de reporter ici tous ces articles, c’est pour dire que les projets foisonnent en Afrique! 

Pour terminer, vous trouverez sur ma page «Défis Afrique»  ce qu’est l’Autre Afrique, celle d’aujourd’hui, celle du 21ème siècle. Il était temps d’alimenter à nouveau cette page!

Bon 14 juillet à tous

IMG_7625

Photo crédit : prettyzoely