Le vendredi magique d’inspiration pour le développement d’un pays : Séparer le bon grain de l’ivraie

Par défaut

Afrique: Le Chapitre suivant selon Georges Ayittey

J’ai déjà parlé du flot de colère déversé par Georges Ayittey à propos des gouvernants corrompus en Afrique et je profite à nouveau de ce billet pour en « reparler » via Twitter. En particulier, à la suite de la lecture de l’article publié sur Afrique Avenir : Les nouveaux «lions» africains de la croissance.
Ce qui me choque
un peu beaucoup dans cet article : il y est dit que l’Ethiopie affiche plus de 10% de taux de croissance et à côté, le peuple meurt de faim !!!!
Par ailleurs, l’article parle du démarrage de la production de pétrole à grande échelle en décembre 2010  au Ghana alors que le Nigeria est en train de se «dépatouiller» de sa pollution qui nécessiterait 30 ans de nettoyage complet !!!

« Nous devons mobiliser les Africains, dans la Diaspora en particulier » George Ayittey #Afrique #LeChapitreSuivant

« Les Guépards n’attendront pas que les gouvernements fassent quelque chose pour eux » http://t.co/ptQbs5H #Afrique #LeChapitreSuivant

« La génération des Hippopotames sont les élites au pouvoir. Ils sont vautrés dans leur marigot intellectuel » George Ayittey

« It’s the elites, stupid »

Et j’enchaîne avec cet article « It’s the elites, stupid » publié sur architecturefordevelopment  by DAVID WEEK on 08 AUGUST 2011 pour rédiger ce billet, en le traduisant avec l’aide de Google Translate.

RT @Dochasnetwork RT @Act_Now_2015 Aid doesn’t end poverty: In Africa, aid equals 3.2% of GDP. How does the other 97% affect the poor? – bit.ly/otrbvJ

Google translate
Aide-bashing [i]
J’ai passé la plupart de ma vie professionnelle à travailler dans le Pacifique et l’Asie, et j’ai été récemment invité à participer à quelques projets en Afrique. En conséquence, j’ai commencé à prêter plus d’attention à ce qui se passe en Afrique, et je suis étonné de voir que l’aide-bashing semble être un sport populaire sur le continent. Un exemple récent qui a incité ce post, c’est un article dans The East African par Rasna Warah: « L’alliance impie en Somalie: les médias, les donateurs et les agences d’aide ». (en anglais)
L’argument est que la Somalie, les médias ne peuvent pas se permettre ou ne pas avoir accès à l’histoire sur le terrain, de sorte qu’ils comptent  sur le personnel de terrain des agences d’aide, qui, ayant acquis un intérêt évident, vont tout faire afin d’obtenir plus d’aide. L’ONU est aussi critiquée pour dépeindre les Africains comme des « affamés », parce que ces représentations pourront générer des fonds.
Tout cela semble sans doute vrai, mais à peine impie. Je suis plus intéressé par les hypothèses de la trame de fond derrière cet article.
Dans l’article lui-même, Warah dit:
L’aide des donateurs réduit également la souveraineté des pays. L’aide est le moyen le plus efficace (et rentable) utilisé par les pays bailleurs de fonds étrangers pour contrôler d’autres pays sans être étiquetés comme des colonialistes. Elle conduit à des situations bizarres où un pays donateur – et encore plus alarmante, une agence d’aide internationale – définit la politique du gouvernement d’un pays pauvre, tandis que les présidents, les ministres et secrétaires permanents regardent, impuissants. Les donateurs ont investi un vif intérêt, par conséquent, à maintenir l’industrie de l’aide bien huilée.
Ceci est un thème récurrent dans les écrits de Warah. Ailleurs, elle écrit:
Quand ils parlent des échecs de l’industrie du développement, de nombreux auteurs de l’anthologie nous référons au fait que malgré les milliards de dollars d’aide des donateurs, la pauvreté en Afrique demeure un problème constant, et dans certains cas, a en fait empiré. Le fait que l’industrie du développement – comprenant les donateurs, les ONG, agences des Nations Unies, les institutions financières multilatérales, les gouvernements et toute la gamme des agences humanitaires – n’a pas réussi à éradiquer la pauvreté sur le continent suggère qu’il doit y avoir quelque chose de mal dans la façon dont l’aide est utilisée ou dans la façon de «développement» est pratiquée.
L’aide n’est qu’un fragment
Un magicien m’a dit que si je voulais voir comment fonctionne un tour de magie, il faut que je regarde ailleurs que vers lequel le magicien vous demande de regarder.

En Afrique, la proportion du PIB représentée par l’aide étrangère est de 3,2% (en anglais). Dans l’article de l’Afrique, Warah écrit que, au Kenya, où elle est basée, «… il ya plus de 6.000 ONG internationales et locales qui contribuent plus de 1 milliard $ à l’économie kenyane ». Ce qui semble être un grand nombre, n’est-ce pas? Mais en fait, l’économie totale du Kenya est de 29 milliards de dollars, alors que le nombre est à nouveau autour de trois pour cent.
Si nous voulons comprendre la pauvreté dans un pays, dans n’importe quelle partie du monde, nous devons regarder pas les 3%, mais les 97%. L’aide est rien de plus qu’un paiement de transfert de la classe moyenne des pays développés, via les impôts et les dons, pour les pauvres dans le monde en développement. Et elle constitue un petit fragment de l’image totale.
Qu’est ce qui l’emporte
Les politiciens ne sont pas pris en otage par les agences d’aide: ils sont beaucoup plus sous l’emprise des élites qui contrôlent la plupart des 97%.

L’aide n’est pas un échec, car elle n’élimine pas la pauvreté: l’élimination de la pauvreté dépend beaucoup plus sur la façon dont la gestion des 97% affecte les pauvres.
Le rôle de l’élite
Chaque pays a ses élites. Le pouvoir n’est pas réparti de façon égale. Certaines personnes ont plus de pouvoir que d’autres.

Aux fins d’analyse, il ya trois élites:
L’élite politique: ceux qui détiennent les leviers du pouvoir gouvernemental
L’élite des affaires: ceux qui contrôlent le capital, la finance et les grandes entreprises
L’élite instruite: ceux qui gèrent les systèmes professionnels et techniques desquels les élites politiques et économiques dépendent.
Ces trois élites ne sont pas une seule et même chose. Beaucoup de gens d’affaires et les dirigeants politiques n’ont pas de hauts niveaux d’éducation. Mais les trois élites sont profondément liées et interdépendantes. En particulier, l’élite éduquée est très susceptibles de provenir de familles de l’élite politique et des affaires.

Depuis les élites détiennent les leviers du pouvoir réel dans les pays en développement, ils sont ceux que vous devriez regarder comme responsable de l’état de développement. Comme mon ami magicien, à leur tour, ils vont tenter de détourner l’attention d’eux-mêmes en pointant vers des ennemis extérieurs, des ennemis internes, un Occident diabolisé, ou un passé historique. Ces accusations peuvent toutes avoir une certaine vérité, elles ne seraient pas crédibles sinon. Mais ce sont les 97% qui importent, pas les 3%.
Au bout du compte ici:L’élite d’un pays est responsable de l’état du pays: non pas les pauvres, ni l’aide étrangère.
Elite-bashing
Je veux faire la distinction entre tenir les élites pour responsables du développement d’un pays, et les présenter comme une sorte de mal qui doit être abolie. Les pays ont des élites, parce que les pays ont besoin de gens qui savent comment gérer une entreprise, gérer les systèmes techniques et professionnelles, comment rassembler les gens à travers le système politique.

Ces élites s’attendent à être récompensées pour leurs talents au-dessus du salaire moyen. Mais il ya une différence entre:
Bonnes élites, qui travaillent pour le bénéfice de la société tout entière, et modérer leur propre niveau de récompense, et
Bad élites, qui travaillent exclusivement pour leur propre intérêt, et prennent tout à leur compte.
« Capture d’élite », c’est quand l’élite utilise le système de gouvernance ou les affaires uniquement pour son propre profit. La capture d’élite est ce que font les bad élites.

Malheureusement, tout comme il ya une aide-bashing, il ya aussi l’élite-bashing. Bashing Elite est d’avis que toutes les élites sont corrompues, égoïstes et cupides, et devraient donc être évitées. Certaines ONG sont de cet avis, et essayent de contourner toutes les élites pour agir « directement » avec les pauvres. Ce n’est pas durable, car elle omet de reconnaître le rôle nécessaire des élites locales dans le développement, c’est aussi intenable, parce que ces mêmes ONG finissent par employer des membres de l’élite.

Regardez les 97% : Tenez les élites pour responsables.
Lorsque vous rencontrez un membre de l’élite – en particulier l’élite instruite, qui devrait savoir mieux détourner la responsabilité – demandez-leur ce qu’ils font pour développer leur pays. Si la réponse est «rien», trouvez ceux qui font quelque chose.

Surtout, n’oubliez pas les conseils du magicien. Ne regardez pas vers ce que l’élite dirige votre attention, mais vers ce qu’ils veulent dévier votre attention.

Je voudrais conclure par ceci : le comble à Madagascar, ce ne sont pas les élites qui détournent notre attention, c’est la HATATITE.  Voilà, je l’ai dit !!!

Sur Twitter
A. RAJOELINA : «Nous avons accompli ce qui a été promis en 50 ans» http://t.co/Yj6SfRd > plus CON que celui-là tu meurs ! j’en reviens pas !
Estamos hasta la madre ! Putain de Ras le Bol ! Aoka Izay ! Y en a marre ! http://t.co/a3eIGlV #Madagascar
En finir avec l’injustice à #Madagascar : “We need to face our fears and take back our streets, our cities, [cont’d]” http://t.co/J1PKubO

Billet connexe
Le lundi magique d’inspiration #RevolutionEducative #Leadership


[i] Bashing is a harsh, gratuitous, prejudicial attack on a person, group or subject (Wikipedia)

  1. Pingback: Le #Leadership vu sous différents angles « Blogueuse sur le Net pour un Monde Meilleur

  2. Afrique du Sud : African Leadership Academy, pépinière d’élite

    04/11/2011 à 11h:55 Par Andrew England
    Former de futurs leaders et les retenir sur le continent : la réponse de l’African Leadership Academy (ALA) au déficit de main-d’œuvre qualifiée.
    Joel Mwale a de grandes ambitions et n’a pas peur d’en parler. « J’espère devenir un bon chef d’entreprise – peut-être serai-je un Bill Gates africain d’ici à quelques années », déclare-t-il. Ce Kényan de 18 ans est le type d’étudiant que recherche l’African Leadership Academy (ALA). Il fait partie des 83 élèves venus de plus de trente pays africains, en septembre dernier, pour entamer à Johannesburg leur première année d’étude dans l’école créée par Fred Swaniker, un Ghanéen de 34 ans.

    Lire l’article sur Jeuneafrique.com : Afrique du Sud : African Leadership Academy, pépinière d’élite | Jeuneafrique.com – le premier site d’information et d’actualité sur l’Afrique

    http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2650p064-065.xml1/bad-ernst-and-young-enseignement-afrique-du-sudafrique-du-sud-african-leadership-academy-pepiniere-d-elite.html

  3. Pingback: Lundi magique d’inspiration : je fais feu de tout bois pour changer le monde à ma façon si vous me le demandez #15Octobre « Blogueuse sur le Net pour un Monde Meilleur