#SPCG : des articles constructifs qui favorisent le dialogue #Inspiration

Par défaut

Cela faisait un moment que je n’ai pas relevé des articles du Service de Presse de Common Ground.
Et là, d’un coup d’un seul, je vous propose à la lecture des extraits de ceux de l’édition du 14 octobre 2011, jour fertile en évènements dans le monde. En particulier, ce jour-là j’ai retenu celui de la commémoration de la vie de Madame Wangari Maathai.

Voici des extraits des articles publiés par SPCG dans l’édition du 14 octobre 2011.

Des Israéliens et des Palestiniens qui refusent d’être des ennemis par Haggai Matar
Haggai Matar, journaliste et militant, parle d’ initiatives menées conjointement par des Israéliens et des Palestiniens qui refusent d’être des ennemis.
(Source : Service de Presse de Common Ground (CGNews), 14 octobre 2011)
[…]
Depuis une dizaine d’année, la lutte pour la paix et la démocratie dans notre région repose de plus en plus sur les partenariats établis entre Israéliens et Palestiniens qui refusent d’être des ennemis.
Alors que l’Assemblée générale de l’ONU se prépare à débattre du changement de statut de la Palestine pour devenir un Etat, ce genre de partenariat est nécessaire, plus que jamais.
Selon la tournure des événements, la région peut basculer à nouveau dans une situation de violence, comme en octobre 2000. L’esprit anti-militariste du mouvement J14 sera alors mis à rude l’épreuve. Les Israéliens devront choisir entre : démonter leur tente de contestation pour prendre les tambours de guerre ou ne pas s’enrôler dans l’armée et refuser de soutenir l’occupation et persévérer dans leur lutte pour plus de justice.

Arabie Saoudite et Chicago : des femmes sur la même longueur d’ondes par Naazish YarKhan
L’auteure Naazish YarKhan se penche sur la manière dont les réseaux sociaux et la nouvelle technologie sont utilisés pour rapprocher les individus par-delà les frontières nationales et culturelles, et pour traiter des questions concernant les relations entre les sexes de la même manière à travers le monde.
(Source : Service de presse de Common Ground (CGNews), 14 octobre 2011)
Chicago, (Illinois) – De plus en plus petit, le monde est un lieu où le débit de l’information est à nous couper le souffle. Et pourtant, les individus parviennent rarement à dialoguer par-delà les frontières. Parce que nous nous fions presque exclusivement à ce que les médias nous rapportent sur « autrui », notre compréhension des autres nations et de leurs peuples est bancale, et il faut s’en alarmer. Car, malgré la mondialisation, nous n’avons accès, dans la plupart des cas, qu’à une version partielle de l’histoire, surtout lorsqu’il s’agit des femmes de cultures et pays différents des nôtres.
J’ai été confrontée une nouvelle fois à ce problème lorsque l’on m’a chargée de rédiger cet article, suite à ma participation à un projet financé par le Service de presse de Common Ground. Ce projet mettait en relation des militantes pour les droits de la femme au Proche-Orient avec leurs homologues dans d’autres pays, par voie électronique et par le biais de conversations assistées. Le but était de proposer un cadre informel favorisant un soutien mutuel et l’échange d’exemples de meilleures pratiques, de nouvelles méthodes et d’outils qui auraient permis aux femmes de faire triompher leurs causes.
[…]

Investir dans les jeunes au Royaume-Uni: un incroyable retours sur investissement par Khawar Mann
Khawar Mann, membre du conseil d’administration de l’une des oeuvres de charité du Prince Charles d’Angleterre, Mosaic – qui propose des programmes de mentoring dans les écoles et les prisons – répond à la question  »Comment faites-vous pour établir le contact avec quelqu’un qui choisit de voler une paire de chaussures au risque de purger une peine de prison » et examine la difficulté de motiver les jeunes privés du droit de vote au Royaume-Uni.
(Source: Service de Presse de Common Ground (CGNews), 14 octobre 2011)
[…]
Pour beaucoup, ce qui s’est produit pendant les émeutes s’est révélé particulièrement inquiétant en raison du nihilisme effrayant dont bien des émeutiers ont fait preuve. Mais comment faites-vous pour établir le contact avec quelqu’un qui choisit de voler une paire de chaussures neuves au risque de purger une peine de prison? Cette vue conduit en fin de compte à l’autodestruction et à une perte massive de potentiel chez beaucoup de jeunes.
Les émeutes n’étaient pas liées à l’ethnicité mais elles donnent l’occasion à la société de réfléchir sur les préoccupations de ceux qui ne bénéficient pas des avantages de l’éducation.
La manière de traiter ce problème consiste à s’engager auprès des jeunes. Bien qu’imparfait, notre système éducatif est fabuleux. Malheureusement, beaucoup de familles – surtout celles issues des groupes ethniques minoritaires – ne profitent pas des opportunités qu’offre le système. Dans certaines familles d’Asie du Sud, par exemple, le cursus universitaire pour les filles est loin d’être une priorité aux yeux de leurs parents.
[…]

L’engagement entre femmes: la clé des campagnes pour leurs droits par Paola Salwan Daher
Paola Salwan Daher, membre et formatrice de Nasawiya, un collectif féministe au Liban, souligne les initiatives exceptionnelles prises au Liban et en Turquie pour mettre fin à la discrimination contre les femmes.
(Source: Service de Presse de Common Ground (CGNews), 14 octobre 2011)
Beyrouth – J’ai toujours pensé que s’engager aux côtés d’autres femmes est un des rôles les plus beaux et les plus excitants que peut connaître une activiste pour les droits des femmes. Ma dernière conversation au sujet des droits des femmes s’est tenue par courrier électronique et a été sponsorisée par le Service de Presse de Common Ground. Dans le cadre de cette nouvelle initiative, les activistes des droits des femmes au Moyen-Orient ont été jumelées à leurs homologues d’autres pays. En ce qui me concerne, j’ai été jumelée avec Idil Aybars, chercheuse au Centre d’études européennes à l’université technique du Moyen-Orient d’Ankara. Ma conversation avec Idil s’est avérée aussi enrichissante que mes précédentes rencontres avec des activistes des droits des femmes.
Au cours de notre conversation, Idil et moi-même avons partagé nos vues sur la manière la plus efficace d’aborder les femmes dans nos communautés afin de les mobiliser et de leur permettre d’élargir leurs droits.
La nécessité de parler aux femmes – issues de tous les milieux – et de les écouter est primordiale si nous voulons parvenir à une véritable égalité des sexes car nous ne pouvons pas discuter des droits des femmes si nous ne parvenons pas à sensibiliser une certaine catégorie de femmes moins privilégiées, moins accessibles. Cela est particulièrement vrai avec l’utilisation croissante des médias sociaux pour attirer l’attention sur différentes questions. Toutes les femmes n’ont, en effet, pas accès à ces outils en ligne qui tendent à être à la portée de celles qui appartiennent à une certaine classe économique et/ou sociale. Pour compléter l’activisme en ligne, il est donc nécessaire de mener une action sur le terrain.
[…]

Un appel au cinéma égyptien afin qu’il traite d’histoires de femmes réelles par Rasha Dewedar
La journaliste égyptienne Rasha Dewedar examine quelques signaux venant du cinéma et des médias indépendants que le courant dominant de l’industrie du divertissement égyptienne pourrait considérer afin de mieux adresser les problèmes sociaux auxquels les femmes sont soumises dans la réalité.
(Source : Service de Presse de Common Ground (CGNews), 14 octobre 2011)
Le Caire-Le cinéma égyptien est de très loin celui le plus regardé dans le monde arabe et l’Egypte est l’un des rares pays à être parvenu à maintenir son industrie cinématographique depuis 1930 et ceci malgré les guerres et les instabilités. Par conséquent, les films égyptiens, qui ont beaucoup inspirés les gens à travers la culture arabe, ont le potentiel significatif d’influencer le rôle des femmes dans la région et de parler des problèmes sociaux qui pourraient autrement être tabous dans les médias dominants, tel que le divorce, qui touche les femmes égyptiennes de toutes les couches socio-économiques.
[…]
Bien que nous ne puissions pas compter sur l’industrie du spectacle pour changer les attitudes de la société envers les femmes divorcées, des projets de films spécialisés et d’autres initiatives représentent leurs intérêts.
Radio Divorcée, par exemple, est une radio en ligne indépendante créée et dirigée par Mahasen Saber, elle-même divorcée et ayant réalisé que les autres femmes se trouvant dans la même situation n’étaient pas bien représentées dans les médias dominants. Elle a donc décidé d’attirer l’attention sur les défis qu’elle et les autres femmes divorcées rencontrent au quotidien tout en mettant en avant leurs réussites et leurs succès.
« Je trouvais que les femmes divorcées étaient non seulement marginalisées dans les médias, mais étaient également rejetées par leur communauté. C’est pour cela que j’ai décidé de faire de ma radio une passerelle de sorte que les gens puissent les comprendre sans stéréotypes ou sans sauter sur des conclusions » explique Mahasen Saber.
[…]

Vidéo de Cette Semaine
Les droits des femmes placés sous les feux des projecteurs
CGNews continue à présenter le travail des lauréats du concours « Changement positif par les actes » du site 1001 Histoires de Common Ground. Le sujet de cette vidéo de trois jeunes militants libanais, Alex Shams, Rehanna Farah et Lioba Hirsh, est le harcèlement des employées africaines ou asiatiques au Liban. Pour en savoir plus sur le travail des militants des droits des femmes au Liban, veuillez lire l’article de Paola Salwan Daher dans l’édition d’aujourd’hui.
Resist Harassment – Beirut

Ajoutée par mwtaskforce le 18 juin 2011

Advertisements